FOOTBALL

L'ACTUALITE EN DIRECT...

Identification

 

 
Le tirage de la coupe Jean-Pierre Gonidec et de la coupe du conseil général ont été effectués par les différentes amicales du district du Sud-Finistère. Découvrez ce tirage au sort. Comme les 16ème de la coupe de Bretagne, ces matchs seront joués le week-end de Pâques, le 19 et 20 avril.

Tour Coupe Jean-Pierre Gonidec

- US Quimperlé (DRH) - DC Carhaix (DRH)
- Plounevezel (D1) - Poullaouen (D2)
- US Trégunc (DSE) - Glazicks Coray (PH)
- Paotred Dispount (DSR) - FC Odet (DRH) 

 

 
Tour Coupe du conseil général

- AC Carhaix (D4) - Spézet (D1)
- Plomodiern (D1) - Guengat (D2)
- Mahalon Confort (D1) - Tréméoc (D2)
- Hermine Concarneau (D1) - Mellac (D1)
- Kerlaz Sport (D2) - AS Camaret (D1)
- Pleyben (D1) - Landeleau (D2)
- Saint-Jean Trolimon (D3) - Treffiagat Guilvinec (D1)
- Plogastel (D1) - Tréogat (D2)
- Combrit Sainte-Marine (D2) - US Pluguffan (D1)
- Saint-Evarzec (D1) - FC Pleuven (D1)
- Quimper Portugais (D2) - Quimper Italia (D1)
- Elliant (D1) - Amicale Ergué-Gabéric (D1)
- Motreff (D2) - Edern (D1) 

 

 
Le tirage de la coupe de Bretagne s'est déroulé, ce jeudi soir, au parc des expositions de Saint-Jacques de la Lande, près de Rennes (35). Découvrez les affiches de ce 16ème finale de la coupe de Bretagne pour les clubs du Sud-Finistère. Le cendrillon de cette compétition s'appelle l'ES Plogonnec (D1). Les matchs seront joués le week-end de Pâques du 19/20 et 21 avril.

- Chartres-de-Bretagne (DSE) - Vignoc (DSR)
- Le Rheu (DRH) - Montgermont (DSR)
- Stade Rennais 3 (DSE) - Rannée la Guerche (DH)
- Ploërmel (DSE) - Plaintel (DSE)0
- Moréac (DRH) - Bain-de-Bretagne (DRH)
- Saint-Jouan-des-Guérêts (DRH) - Cesson-Sévigné (DH)
- AS Vitré 2 (DSE) - TA Rennes (DH)
- Plogonnec (D1) - Châteaulin (DRH)
- Plouguerneau (DSR) - Saint-Brieuc Cob (DSE)
- Quimperlé (DSE) - Pluvigner (DH)
- Saint-Thégonnec (DRH) - US Concarneau 2 (DSE)
- Ploubezre (PH) - Plobannalec (DSE)
- Plouvorn (DH) - Plouzané (DH)
- Saint-Renan (DSE) - Stade briochin 2 (DSR)
- Quimper Kerfeunteun FC (DSE) - Larmor-Plage (DSR) 

 

Les lanceurs de missile

   
  Football. Pays Bigouden: Jean-Pierre Bosser et Kévin Le Goff, 28 ans d'écart pour un même but 
Mardi 11 mars. Le coup-franc direct des 60 mètres de Kévin Le Goff (AS Plobannalec-Lesconil, DSE) a vite rattrapé son auteur pour prendre une direction médiatique sur les réseaux sociaux et par voie de presse. Le missile longue distance de la 77', objet non identifié par le gardien du FC Quimperlé, a propulsé ce coup-franc dans la légende du football amateur. Un tir, auquel une référence appuyée a été faite deux générations en arrière, à Jean-Pierre Bosser, le défenseur de Pouldreuzic, qui avait soulevé l'admiration des spectateurs du stade Mayol, à Toulon, avec le Stade Brestois (saison 1985/1986). Une transmission Bigoudène de témoin.

" On m'en a beaucoup parlé sur ces derniers jours. Dès dimanche, j'ai su qu'un autre Bigouden avait marqué du milieu de terrain. Après, record, pas record, c'est dur à dire. Tous les records sont fait pour être battus autrement ils n'ont pas de sens. Il était de côté, j'étais face au but. Le secret est d'oser le faire. Après, il faut des circonstances qui s'y prêtent. Pascal Olmeta, qui était un excellent gardien, avait raté son dégagement. Je n'avais plus qu'à soigner ma frappe. Nous avons reparlé après de ce but avec Pascal Olmeta. Il est fort possible que ça lui a coûté sa place en coupe du monde au Mexique, avec l'équipe de France en 1986", précise Jean-Pierre Bosser, l'ancien joueur de Brest, l'OGC NIce et du Paris Saint-Germain.

Les pieds sur terre, la tête dans les nuages par rapport à ce fait extraordinaire de jeu, Kévin Le Goff, défenseur à l'AS Plobannalec-Lesconil (DSE) voulait essentiellement mettre en avant la performance collective de l'équipe plus qu'une action de jeu isolé. " Émotionnellement, mes buts décisifs, l'an dernier, contre Penmarc'h (97', 3-2) et Baud ont été plus forts car ils nous garantissaient les points de la victoire. Là, il restait du temps à jouer. Il fallait donc rester concentré jusqu'au bout pour tenir cette victoire qui nous sortait enfin de la zone de relégation. Il trouvera un sens ce but si nous avons le maintien en fin d'année".

La référence à Arnaud Fouquet

Ce but dépassera sûrement le cap d'une saison. Il restera dans les mémoires collectives de ceux qui ont vécu cet instant en direct, au stade de Kerbertrand. Il prendra tout son sens quand des années, après, la référence sera encore faite au cours d'une conversation, à ce but venu d'ailleurs, qui a germé le temps d'une minute de réflexion dans la tête du joueur. " Notre gardien, Yann Raphalen avait fait la remarque que leur portier adverse était sans arrêt avancé. Il a fait remonter l'information à Mathieu Daniel, qui me l'a indiqué avant le coup-franc. Le changement fait par notre coach, Mikaël Caoudal, de Clément Le Bec par David Piriou, m'a aidé car il m'a donné le temps de me concentrer sur cet objectif. Il ne fallait surtout pas que je regarde le but. J'ai même le souvenir d'avoir appelé David pour faire une fausse-piste. Je fais le geste parfait. Je l'avais déjà tenté contre Quimper Kerfeunteun B, l'an passé mais c'était passé à trois mètres du but".

Ayant commencé au CS Penmarc'h pour ses premiers pas de footballeur, il se rappelait d'un joueur senior au club des Cormorans, qui avait tenté et réussi ce même geste du milieu de terrain. " Tout le monde m'a parlé du but de Jean-Pierre Bosser. Ma référence pour ce genre de but venait plus de Arnaud Fouquet, qui avait réussi ce tir face à Quiberon. J'avais 13 ans à l'époque dans les tribunes mais je m'étais promis de marquer un tel but en senior à cet âge. Je me suis fait chambrer par mes partenaires, qui m'ont pris pour un fou. Certains pensaient qu'on allait perdre la balle (rires). Maintenant, il faut rester les pieds sur terre. Nous sommes très chanceux de gagner ce match. Quimperlé a eu la possession 80% du temps sur ce match. Nous sommes invaincus en 2014. Le groupe a été formidable dans l'adversité. Personne n'a jamais lâché".

Jean-Pierre Bosser, revenu de son aventure avec un club Réunionais, se rappelle non avec certitude qu'il avait fait un geste similaire, un ovni gagnant du milieu de terrain à Le Blé face à Lille. " Maintenant qu'il a commencé à s'essayer, il faut qu'il en fasse un autre. J'avais réussi, quelques semaines après le même but que Toulon, un peu plus avancé dans le terrain, face à Lille. C'est dans les gênes des Bigoudens (rires)".

Ce coup de maître mérite une reconduction. A vos smart-phones dorénavant quand le "Scudator" de Pont-Plat, Kévin Le Goff prend sa course d'élan.

Christophe Marchand 
 
  Avec 28 ans d'écart, Kévin Le Goff (AS Plobannalec-Lesconil) et Jean-Pierre Bosser (Stade Brestois) ont réussi ce que le roi Pelé avait manqué en coupe du monde 1970 face à la Tchécoslovaquie.  

 

 

Tous les résultats du dimanche 9 mars

DSE:
FC Quimperlé - AS Plobannalec-Lesconil 0-2
But: Tanguy ALLAIN, Kévin LE GOFF

DSR:
15h30: FC Quimperlé B - Paotred Dispount 3-2

PH:
Plonéour - Plomelin 3-3
Buteurs: Adrien TALBOT, Florent LENCLUME (X2)

Penn-Ar-Bed - Quimper Ergué-Armel FC 0-4
Buteurs: MOREAU (52'), Matthieu DIQUELOU (57'), Julien BARRE (73', 78')

D1:
Poule A:
TGV - Pont l'Abbé B 0-0

Douarnenez Tréboul - ES Mahalon Confort 1-2
But Tréboul: Antoine YOUINOU (56')
But Mahalon: Franck ROLLAND (15'), Maxime BEAUVAIS (89')

Poule C:
Pleuven - Mellac 1-1
But Pleuven: Olivier CHRISTIEN (80')
But Mellac: Kévin PORCHER (2')
Saint-Yvi - Trégunc B 0-2
But: Anthony CHOUFFEUR (60'), David LE PORS (90')

D2:
Poule B:
Kergloff - Trégourez
Poullaouen - Landeleau 1-4
Buteurs: Jordan CONAN, Mathieu LABBE, Nicolas LE GOFF, Mickaël ROLLAND

Poule C:
RC Porzay B -Lopérec 2-2
But RC Porzay: Gildas Le Roux, Pierre-Yves Paillart

Crozon - Saint-Nic 2-2
But Crozon: Thibaut CHARPENTIER, Arnaud PLATINI
But Saint-Nic: Bastien ROBIN, Laurent NICOLAS

Poule D:
Stella Maris C - Gourlizon B 2-4

Poullan/Mer - ES Landudec 1-1
Buteur Poullan: Gaël TROADEC
Buteur Landudec: Ludovic GLOAGUEN

Guengat - Penn Ar Bed B 2-2
Plozévet B - FC Bigouden 2-1
Buteurs: Yohan LE CORRE (X2)

Poule E:
TGV B - Combrit Sainte-Marine 1-3
Buts Combrit: Yann CARIOU (X2), Gildas PERON

Tréméoc - Plonéour B 1-0
Buteur: Johan GUEGUEN (92', superbe lob)

Poule F:
Saint-Evarzec B - US Fouesnant B 0-3

FC Odet B - Quimper Ergué-Armel B 1-3

Hermine Concarneau B - AS Melgven B 2-2

Coupe du conseil général:

- KERLAZ SPORTS (D2 C) - CAST-PORZAY R (D1 A) 3-0
- ST THURIEN US (D2) - MOTREFF AS (D2 B) 3-4
- STELLA MARIS B (D1 A) - CAMARET AS (D1 B)
- ST HERNIN US (D4 B) - PLEYBEN STADE (D1 B) 1-5 - But Saint-Hernin: Gaël LE LOUARN
- BAYE AS (D3) - ELLIANT M (D1) 0-1 - Buteur: Franck RIVALIN
- CONCARNEAU HERMINE (D1) - REDENE ES (D2 A) 9-0
- GOURLIZON (D1 A) - ERGUE-GABERIC AMICALE (D1 C) 1-3
- FC LESTONAN (D2 A) - PLOGASTEL JS (D1 A) 0-3 (ap)

Coupe Jean-Pierre Gonidec:

- CARHAIX DC (DRH B)- FOUESNANT US (DRH F) 1-0 But: Romain KERHOAS
- CORAY GLAZIKS (PH J) - SPEZET PB (D1 B) 1-0 (ap) Buteur: Anthony KERAUDREN
- FC ODET (DRH A) - QUIMPER ITALIA (D1 C) 2-1 (ap)
- PLOUNEVEZEL (D1 B) - CARHAIX AC (D4 B) 3-1 But Plounevezel: Yohan LE LAY (X2, dont 1 pénalty), Lomig BAIL
But Carhaix AC: William ANDRE
- PLOUHINEC AS (DSR B) - STELLA MARIS (DSE A) 1-0 But: Loïc DRUON (62')
- PLOGONNEC ES (D1 A) - PONT L ABBE FC (DRH A) 0-4
- SAINT-EVARZEC US (D1 C) - US PORTUGAISE (D2 E) 2-1 Buteurs Saint-Evarzec: Jérémie CHRISTIEN, Jocelyn HASCOET
- TREOGAT MS (D2 E) - PLOZEVET (PH J) 0-4 Buts: Luc GLOAGUEN (11' csc), Nicolas MAGNAUX (27'), Nicolas HERRY (72', sp), Anthony PEUZIAT (82')
- PLOMODIERN GMH (D1 B) - PLOBANNALEC B (PH J) 0-2 (ap)

 

Le tirage du mondial pupilles 2014

Football. Mondial Pupilles (U13) de Plomelin 
Au cinéma Le Goyen, à Audierne, le tirage au sort du 29ème mondial pupilles U13 de Plomelin (29 mai au 1er juin) s'est tenu, ce vendredi soir. Toujours attendu comme le coup d'envoi officiel du mondial, 88 équipes, 72 masculines, 16 féminines savent désormais leurs adversaires. Anderlecht, quadruple vainqueur de l'épreuve, ne défendra pas son titre. La succession est ouverte. Voici les groupes.

TOURNOI MASCULIN, 8 CENTRES :

Combrit Sainte-Marine:
Sélection Combrit, Hapoel Tel Aviv (Israël), Asikea Blida (Algérie), TC Lideranca São Paulo (Brésil), RC Charleroi (Belgique), Lille OSC, Paris FC, Sélection Guyane, CS Begard

Douarnenez:
Maccabi Haïfa (Israël), Bate Borisov (Biélorussie), Vila Nova Passo (Brésil), US Wasquehal, Toulouse FC, FC Tours, Perpignan Cannet FC, Ville de Quimper, Sélection Douarnenez

GPGP:
Ajesaia Tananarive (Madagascar), Aoste Calcio (Italie), Vidar Stavanger (Norvège), Royal Boussu Borinage (Belgique), FC Lorient, Le Havre AC, La Gauloise Guadeloupe, ES Milloise, Séléction GPGP

Penmarc'h:
EF Ouagadougou (Burkina-Fasso), ASD Aygreville Calcio (Italie), C Fut Talentos (Brésil), RAEC Mons (Belgique), Olympique Lyon, SCO Angers, Stade Spiritain (La Martinique), US Fouesnant, Sélection Bigoudène.

Plogastel:
Standard de Liège (Belgique), KAEC Marrakech (Maroc), Drumchapel (Ecosse), Woluwe Bruxelles (Belgique), EA Guingamp, US Concarneau, US Chartreuse Guiers, Sélection Plogastel Saint-Germain

Plomelin:
NEC Breda (Pays-Bas), Académie Mohamed VI (Maroc), JVFO Kirchain (Allemagne), Stade Brestois, Stade Rennais, AC Boulogne-Billancourt, JS Saint-Pierroise, Breteil Talensac, EA Saint-Renan, Sélection Plomelin

Pluguffan:
FC Ada Belgrade (Serbie), Servette Genève (Suisse), FC Capital United Ottawa (Canada), RWM FC Bruxelles (Belgique), Valenciennes, Vannes OC, US Quevilly, SC Lannilis, Sélection Pluguffan

Primelin :
Jet Mada (Madagascar), Sdudhor Poivs Moscou (Russie), Prolozac (Croatie), Estaimbourg (Belgique), Montpellier HSC, Stade Malherbe Caen, Sporting Toulon Var, Pornic, Sélection Cap Sizun

TOURNOI FEMININ, 2 CENTRES :

Quimper:
Quimper, Sélection Kassel (Allemagne), FC Lyn Oslo (Norvège), Montpellier, Le Mans, Toulouse, Dirinon, La Vitréenne,

Fouesnant:
Standard Liège, Liskeard Girls FC, AS Saint-Etienne, Olympique Lyon, Condé sur Noireau, EA Guingamp, FC Ploermel, Kalon Breizh Foot (centre Bretagne)  

 

Concarneau brise sa spirale négative

 
Football. CFA. 19° journée. US Concarneau - Fontenay : 2-1  
Samedi 22 février. Sur une pente savonneuse, sur ces deux derniers mois, après quatre défaites consécutives, l'US Concarneau voulait retrouver la victoire pour continuer à nager dans ce premier tiers du bassin de tête face à Fontenay. La volonté Concarnoise, à 10 sur une mi-temps entière, a été plus fort que l'attentisme des Vendéens. Christophe Gourmelon, par son doublé, offre la victoire à Concarneau (2-1).

Après un mois tronqué dans la préparation, les Thoniers repartaient à l'abordage à Guy-Piriou. Les Vendéens présentaient un état de forme similaire à pareille époque. Une des deux équipes pouvaient amorcer un nouveau virage, à travers ce match. Les visiteurs étaient les premiers à se mettre en évidence par un centre qui devenait tir du meneur de jeu, Belissaoui. Le poteau d'Ivan Seznec repoussait ce surprenant ovni arrivé de l'aile (12').

Passé ce temps fort, Concarneau prenait ses marques. La fluidité de la circulation s'en trouvait amélioré. Ca lâchait plus vite, en une à deux touches. Stephen Quemper se distinguait sur son aile par un centre premier poteau dangereux. Le capitaine local, Guillaume Jannez livrait une somptueuse ouverture dans l'espace pour Thibault Sinquin, qui avait parfaitement devancé le coup. Et le gardien Vendéen, Adrien Retaillou saisissait le pied à défaut du balle. Le pénalty était converti avec un contre-pied de Christophe Gourmelon (1-0, 35').

Alors que Concarneau semblait trouver la mesure de son adversaire, la partie prenait un détour imprévu avec l'expulsion au titre de dernier défenseur pour Guillaume Jannez à Concarneau. La sanction fut double et immédiate avec un coup-franc parfaitement tiré par Lescaille (1-1,42').

Les compteurs étaient remis à zéro. La conséquence était une adaptation à cette situation à Concarneau avec le glissement de Thibault Sinquin au poste de défenseur central. Au lieu de prendre confiance et afficher une maîtrise de la balle, Fontenay ne savait plus sur quelle tactique jouait.

Christophe Gourmelon fait le doublé

Concarneau reculait le bloc et densifiait son axe. Fontenay ne prit le parti de le contourner sur les extérieurs. Le pressing était bon à Concarneau qui récupérait nombre de ballons par anticipation défensive. Sur un bon décalage, Guillaume Gégousse centrait au deuxième poteau sur un Gourmelon, toujours prompt à se faufiler dans les bons coups (58').
Décevant en supériorité numérique, Fontenay ne proposait rien dans le jeu. En face, Christophe Gourmelon était dans un bon jour, pistant tous les coups, face à un adversaire direct, Dupas, qui commençait à sérieusement baisser de régime. Et il était justement récompensé de ses rushs sur son côté droit, avec un but plein de finesse, une frappe décroisée qui prit sur ses appuis le gardien adverse (2-1, 80').

Concarneau était devant! Mérité même sur sa seconde mi-temps menée intelligemment, sans se découvrir mais toujours en ne refusant jamais la moindre occasion de voir au large.
Fontenay s'en voulait! Ca se voyait à leur rage pour revenir au score. Un mauvais dégagement de Ivan Seznec donnait une chance au rentrant Platon. La fin de match était intelligente. Concarneau pouvait savourer son bon coup!

Championnat de CFA. 19ème journée.
Concarneau - Fontenay 2-1
450 spectateurs
Arbitre: M. Guillemain
Concarneau: Gourmelon (35' sp, 80')
Fontenay: Lescaille (42')
Expulsion:
Concarneau: Guillaume Jannez (42')  

 

Report des rencontres de district 8 et 9 février

Football. Le district du Sud-Finistère a pris un arrêté

Vendredi 7 février. En raison de l'impraticabilité de très nombreux terrains liée aux intempéries, toutes les rencontres officielles comptant pour les compétitions district (seniors, jeunes, foot animation, féminines) y compris sur les synthétiques prévues les 8 et 9 Février 2014 sont annulées et reportées à une date ultérieure. Cette décision a été prise en commission, en début d'après-midi, à Cuzon, ce vendredi.

 

 

Quimper fait front face à Juvisy

Football. 32° finale de la coupe de France. Quimper Kerfeunteun (D2) - FC Juvisy (D1) : 0-3  
Dimanche 26 janvier. L'affiche avait de l'allure pour les filles de Quimper Kerfeunteun FC. Un 32ème de finale de la coupe de France face à Juvisy, une équipe taillée pour la ligue des champions avec ses internationales Françaises, Camille Catala, Julie Soyer et Gaëtane Thiney. Quimper a fait son match. Sans regret sur la fin, l'équipe locale s'incline 0-3, avec quelques occasions pour réduire l'écart.

La montagne avait de quoi impressionner pour les Quimpéroises, au milieu de tableau de la D2. Marquer vite était sans doute un leitmotiv fort de la part de Juvisy. La domination était totale. Quimper n'arrivait pas à sortir de ses 30 mètres, hormis allonger un maximum pour sauter les lignes.

A force de jouer dans sa surface de réparation, les locales finissaient par craquer au quart d'heure. La Francilienne, Janice Cayman, profitait d'une tête mal appuyée, avec un rebond resté en terre par l'état du terrain, de Aurélie Doaré. Le tir ne laissait aucune chance à la gardienne, Camille Desforges (0-1, 15').

Deux situations chaudes pour Quimper

Ce but presque logique faisait réagir Quimper, qui entrevoyait enfin une sortie de tunnel. La seule joueuse Quimpéroise, capable sur ce match, de faire une différence face à Juvisy, était Stéphanie Canevet. La frappe des 25 mètres était de qualité. Elle devait une pleine attention de la part de la gardienne Marion Mancion pour ne pas concéder l'égalisation de suite pour Juvisy (16').
Les visiteuses maîtrisaient la rencontre. Tranquillement! En évitant soigneusement de perdre la balle dans des zones décisives, en attendant le bon moment pour porter l'estocade.

Traikia (30'), Catala (32'), Dusang (34') pouvaient le faire, mais elles tombaient face à une excellente Camille Desforges. Quimper sortait par parcimonie. Mais à chaque fois, ça faisait mouche. Encore en relais indispensable, Stéphanie Canevet, qui fit le décalage, pour la fusée Julie Hélias. L'ailière Quimpéroise ne se rabattait pas suffisamment sa course pour se présenter seul avec l'angle nécessaire face à Mancion (39').

Gaëtane Thiney fait la différence

Le temps devait faire la différence d'écart entre Quimper et Juvisy. Les Franciliennes campaient dans la moitié de surface adverse. Camille Desforges accumulaient les parades décisives pour retarder l'échéance, dont une exceptionnelle sur une frappe de Anaig Butel (53', 57'). La fatigue commençait à faire son effet.

Avec une technique hors pair, Gaëtane Thiney régalait l'assistance par une technique d'orfèvre et un toucher de balle subtil. Elle enrhuma sur le second but de la défenseur par un crochet intérieur, avant de frapper premier poteau face à Camille Desforges, qui touchait mais ne pouvait empêcher la balle de mourir dans les filets (0-2, 65').

Juvisy avait fait le plus dur et parachevait son oeuvre avec Sandrine Brétigny, toujours servi par l'impeccable Thiney (0-3, 73'). Quimper, par Alexandra Faucon, Audrey Moreau ou Stéphanie Canevet voulaient sauver l'honneur mais la défense visiteuse veillait au grain pour se prémunir de tout suspense inutile.

Football. 32ème finale de la coupe de France
Quimper Kerfeunteun (D2) - Juvisy (D1)
350 spectateurs
Arbitre: Mme Séverine Crepeau
Score mi-temps: 0-1
Buteurs: Janice Cayman (15'), Gaëtane Thiney (66'), Sandrine Bretigny (73')  

 

David Brusau, coach de Quimper:

" Je n'ai absolument rien à reprocher aux filles. Elles peuvent être fières d'avoir tenu tête à une des meilleures équipes Françaises. Elles ont eu l'abnégation nécessaire pour faire preuve d'une grande combativité. Nous prenons les deux premiers buts sur des bêtises. Camille Desforges, notre gardienne nous sort un grand match. Mégane Duval, également, sur son côté droit, très bien dans sa relation avec Julie Hélias, sur le couloir droit. Nous avons été à la hauteur même si nous manquons de maturité sur certaines situations. Il y'a une émulation qui se crée en ce début d'année" 

 

Pascal Gouzenes, coach de Juvisy:

" Ca reste un match de coupe. Nous avons fait le travail face à une équipe vaillante et très sympa. Je pense que le terrain en herbe a nivelé les valeurs par rapport au synthétique où nous aurions fait une plus grande différence. J'ai 20 joueuses à ce niveau que je peux faire tourner. Il fallait comme tout match de coupe, face à une équipe hiérarchiquement inférieur marquer tôt dans le match. Nous l'avons fait mais Quimper a fait de la résistance. Nous avons l'ambition d'aller le plus loin possible dans cette compétition et de la gagner". Crédit Photo DR 

 

Fier comme un Concarnois

Football. 16ème finale de la coupe de France. US Concarneau (CFA) - EA Guingamp (L1) 2-3 (ap) 
Mardi 21 janvier. La tête haute, le port altier à l'entrée sur le terrain, le regard fier au bout de 120 minutes de jeu, l'US Concarneau (CFA) a résumé en un match, tous les sentiments d'une vie: courage, force, abnégation, solidarité, folie, bonheur et tristesse. Ces sept traits d'union de l'existence ont été caractérisés en une soirée par les Thoniers. Admirables jusqu'au bout, ils ont fait vacilller, douter, presque tomber des Guingampais, qui ont dû puiser dans leurs retranchements pour vaincre cette opposition redoutable. Le coup de grâce est venu de Claudio Beauvue à la 105'. Concarneau doit être fier! Tous ses joueurs ont donné une leçon de bonheur et de courage à toute une ville, qui les a acclamés, à la hauteur de leur performance (2-3, ap).

MERCI! BRAVO! Deux mots laconiques qui résument par le plus court des chemins, la valeur de la performance de Concarneau face à Guingamp. En 120 minutes, les 6.200 spectateurs se sont évadés de leur vie réelle pour être emporté ailleurs par la troupe de Nicolas Cloarec. La magie de la coupe a ce pouvoir immense de faire ressortir l'émotion, et le coeur des êtres. Il était grand comme ça pour les gladiateurs Concarnois, qui ont jeté toutes leurs forces, et même au-delà dans l'arène boueuse de Guy Piriou.

L'acte III, après les partitions inachevées de Brest en 1982 et de Limoges en 1986, des 16ème finale de la coupe de France se devait être le plus beau de l'US Concarneau! Guillaume Jannez, en capitaine courage, claquait les mains en haranguant " On ne lâche rien!", dans le couloir d'entrée. Guingamp ne savait pas encore dans quel marasme il plongeait. Toute l'énergie, la concentration étaient envoyées, dès les premiers ballons. Un vrai ouragan d'ambitions s'abattait sur la moitié de terrain de Guingamp, qui subissait contraint et forcé une horde d'invasions adverses. Concarneau gagnait les duels, montrait une farouche envie d'écrire la plus belle page de l'histoire du club. Les spectateurs le sentaient et poussaient vertement les Thoniers. Intelligent dans son attaque à-contre temps, Kharim Semmam, le latéral gauche Thonier, chipait le ballon à Atik. La voie royale s'offrait pour un centre fouetté, qui trouvait au second poteau, N'Zinga. Il s'étirait de tout son long pour asséner une tête piquée, sauvée par réflexe par le bondissant, Mamadou Samassa (17'). L'épicentre de l'ouragan était maintenant bien localisé, à savoir la surface de réparation visiteuse. Sur un coup-franc, le capitaine, Guillaume Jannez, faisait lever le stade et chauffer le montant de Samassa sur une tête à bout portant (21').

Guingamp était à l'agonie, pris dans un piège dont la clé était cachée dans les strates du terrain de Guy-Piriou. Concarneau jouait le match de sa saison. Il fallait même attendre la 38ème pour observer leur périscope de remontée Costarmoricain, avec un coup-franc plein axe de Fatih Atik, qui ne donnait pas dans la précision sur le geste final.

Killian Gargam, le monsieur coupe de l'US Concarneau

Sûr que la première période des Guingampais n'avait pu satisfaire Jocelyn Gourvennec, tant les phases de conservation du ballon avaient été faméliques. Après la pause, Guingamp posait enfin le pied sur le ballon. Même si c'était par intermittence, la volonté était manifeste de faire remonter le bloc pour dégager en assurance. Le premier vrai frisson pour le public nous venait du renard des surfaces, Cédric Fauré, toujours à la limite du hors-jeu. Il avait l'art de se faire oublier, pour mieux se glisser dans le dos des défenseurs centraux. Devançant la sortie du portier, Ivan Seznec, il passait à juste temps à Fatih Atik, qui s'essayait à une frappe dans un but déserté, un essai qui passait à quelques centimètres du poteau droit (57'). La seconde lame sera la bonne pour Guingamp. Toujours dans le rôle du lévrier, Claudio Beauvue, dont la rentrée a apporté de la profondeur au jeu Guingampais. Sa frappe sur le poteau se dirigeait vers Yatabaré, qui débloquait son capital but (0-1, 64').

Concarneau ne perdit pas pied! La grinta amarrée à leur maillot! Il formait un bloc-équipe, une pensée commune, qui était dirigée vers un état d'esprit positif. Gaétan Arguilhé s'arracha pour centrer, la défense repoussa et Semmam, excentré, ne se posait pas de questions en frappant coup de pied, un tir repoussé sur la ligne par l'ange-gardien de Samassa, le latéral Dos Santos (67'). Et Concarneau remonta inexorablement à l'abordage. Pour un bonheur indescriptible! Stephen Quemper ajusta un centre, Killian Gargam, le monsieur Coupe de l'US Concarneau, passa devant son défenseur, tête plongeante et puissante. Samassa était battu (1-1, 84')! Faire lever en même temps 6.200 spectateurs pour un joueur amateur est inoubliable! Plus qu'à un joueur, l'ovation allait pour tous ses Concarnois, qui tenaient jusqu'au bout leurs promesses échangées dans l'intimité d'un vestiaire: tout donner, rien regretter, ensemble!

Concarneau a été grand!

La prolongation arriva! Concarneau était sur la batterie, après ses trois changements. le réservoir s'était rempli d'énergie supplémentaire suite à ce coup de boule de Killian Gargam. Et il finissait son oeuvre par un but venu d'ailleurs, une frappe monstrueuse, à l'entrée de la surface. Ce météorite filait à la vitesse de la lumière. Mamadou Samassa se déployait. Les filets avaient encore du mal à stopper la course de ce missile, et en tremblaient encore rien qu'en y repensant (2-1, 99')! La folie gagnait Guy Piriou. Les petits étaient les grands de la soirée. Ou vice-versa. Le stade vibrait comme jamais! Concarneau passait devant! La suite fut des plus cruels. Les rentrants, Thibaut Giresse et Rachid Alioui faisaient un bien fou à Guingamp car ils étaient bien la boussole de contrôle, qui pouvait réindiquer les chemins des 8ème de finale, à un groupe en détresse totale sur le terrain. Et Alaoui sortit le grand jeu pour ajuster deux centres à la parade, le premier sur Yatabaré (103') et le second sur Beauvue (105').

Le froid réalisme Guingampais contrastait avec la fougue et la passion Concarnoise. Sans coeur, mais pas sans raison. Avec mesure et sens de la répartie. Guingamp soufflait et souffrait encore dans ses dernières minutes tant Concarneau donnait tout et espérait encore une balle contrée, un rebond hasardeux. Mais elle n' arrivait pas. Certes, il y'a la défaite! Injuste, imméritée, disproportionnée par rapport aux tonnes d'effort fourni sur le terrain. Les Thoniers peuvent être fiers d'avoir fait plus que le maximum. Ca ne ravalera jamais leur déception d'être passé si près d'un 8ème de finale de la coupe de France. Mais elle sera atténuée par le fait d'avoir rendu tout un peuple rouge et bleu heureux. Une ville qui s'est reconnue à travers ces joueurs dans leur loyauté à l'effort, et leur abnégation à y croire jusqu'au bout. Concarneau a été grand, ce soir! Et ce n'était malheureusement pas suffisant !

Christophe Marchand

Mardi 21 janvier 2014. 16ème finale de la coupe de France
Stade Guy-Piriou. Concarneau.
Concarneau (CFA) - Guingamp (L1) 2-3 ap
Arbitre: M. Fautrel assisté de MM.Gringoire et Pottier
6200 spectateurs

Buteurs:
Concarneau: Gargam (84', 99')
Guingamp: Yatabaré (64', 103'), Beauvue (105').  
Concarneau et Guingamp ont joué un vrai match de coupe. Le sentence a été irrévocable pour le petit poucet, qui se sera fait ogre pendant une bonne partie de ses 120 minutes  

 

Le résumé du match avec la vidéo des 5 buts

 

Le 2° but concarnois somptueux de Kilian Gargam

 

Déja auteur d'une superbe tête plongeante, à la 84', pour l'égalisation, le milieu de terrain Concarnois, Killian Gargam a fait lever les 6.200 spectateurs de Guy-Piriou par un missile des 25 mètres. Magnifique! Le portier Guingampais, Mamadou Samassa ne pouvait rien faire. Concarneau (CFA) passe devant avec cette superbe réalisation, à la 99', en prolongation face à Guingamp (L1) des 16ème de finale de la coupe de France (L1).

 

Guillaume Jannez trouve le poteau

 

Qu'est ce qui serait advenu si Concarneau avait ouvert la marque en 16ème de finale de la coupe de France? La première demi-heure a été outrageusement dominée par les Thoniers, qui n'ont pas laissé Guingamp imprimer le rythme. Asphyxiés, contraint à la faute, les visiteurs auraient pu être menés, comme sur cette tête à la 21' du capitaine de Concarneau, Guillaume Jannez, sur un service de Christophe Gourmelon.

 

Pénalty or not pénalty ?

 

Juste après l'égalisation de Killian Gargam, à la 84', Concarneau pousse face à Guingamp. Une situation litigieuse entre le défenseur central, Mathieu Viel et l'avant-centre visiteur, Cédric Fauré. Pénalty ou pas? Contact ou pas? M. Fautrel, excellent, ne bronche pas.

 

LES REACTIONS D'APRES MATCH

Nicolas Cloarec, le coach, Matthieu Viel, le défenseur central, Soki N'Zinga, l'avant-centre de l'US Concarneau, Jocelyn Gourvennec, Christophe Kerbrat et le capitaine Lionel Mathis, côté Guingampais, donnent leur sentiment sur ce 16ème finale de la coupe de France. Dans leur avis, chaque Guingampais est unanime pour louer la valeur de l'opposition, qui les a poussés à puiser dans leurs ressources. Pour Concarneau, sur le coup, la déception était apparente dès les premiers mots. Si près de l'exploit, cette équipe Concarnoise aura fait passer un grand moment de sport aux 6200 personnes présentes, au stade Guy-Piriou, en ce mardi 21 janvier. ECOUTEZ LES INTERVIEWS D'APRES-MATCH.

 

 

La réaction de Jocelyn Gourvennec

 

La réaction du Président Bertrand Desplat (EAG)

 

La réaction de Jérémy Sorbon

 

Maxime Etuin. L'alchimiste du beau jeu

   
  Football. Maxime Etuin, un Quimpérois aux portes d'un contrat pro au Stade Rennais (L1) 
Lundi 13 janvier. Classe 1995, Maxime Etuin est à 18 ans, dans la chambre d'appel du Stade Rennais, aux portes d'un premier contrat professionnel paraphé de trois ans minimum. Ce milieu de terrain gaucher, qui peut jouer indifféremment dans l'axe ou sur un côté, est un pur footballeur dans l'âme, qui se rend meilleur en servant ses partenaires. Dans une tradition de joueurs oubliés (voir perdus), dans la génération précédente en France (1984-1990), Maxime Etuin, par sa taille et sa gestuelle (1,74 m) se veut plus être dans la lignée de joueurs Ibériques ou Argentins, qui ont cette capacité de sentir le jeu dans un juste timing et une pure intuition.

Ce dimanche, sur le terrain de la Piverdière, Maxime Etuin était le dépositaire du jeu de la jeune troupe U19 du Stade Rennais, en coupe Gambardella face à l'En Avant Guingamp. Tout en maîtrise, sur son pénalty, avec une Panenka, qui n'était pas sans rappelé celle de Zinédine Zidane en finale contre l'Italie en 2006 ou Francesco Totti, en demi-finale de l'Euro 2000 face au Pays-Bas, il s'est hasardé à ce jeu subtil du contre-pied, en finesse, dextérité et assurance (0-0, 3-0 tab).

Fils de Jean-Philippe, gardien reconnu sur tous les terrains du Sud-Finistère dans les années 90, Maxime Etuin est maintenant en plein dans la concrétisation de son rêve d'enfant et d'adolescent: faire de sa passion un métier. " Je suis un grand fan de sports. J'aime pratiquer plein de disciplines, même si j'ai une affection naturelle pour le football. J'ai commencé à six ans, à l'école de foot de l'Etoile de Penhars. A 13 ans, j'ai rejoint l'ES Kerfeuteun, avec les moins de 13 ans DH et les 14 ans fédéraux. En même temps, à 13 ans, je suis arrivé au centre technique de Ploufragan. Ca a été la meilleure préparation pour le Stade Rennais. D'autres ne l'ont pas fait et ils ont eu du mal à tenir le rythme exigé par le Stade Rennais: deux entraînements quotidiens plus les cours en parallèle. J'ai eu mon bac S avec mention, cette année. Le club est un modèle dans l'éducation de ses jeunes du centre. Dans ma classe, nous étions deux, avec un travail presque personnalisé avec le professeur".

Un pur gaucher

Avoir une tête bien faite aide certainement à mieux comprendre les subtilités du jeu. Se démarquer, trouver le juste angle de passe, savoir quand la donner, ajuster son déplacement en fonction d'une anticipation d'une action, Maxime Etuin est un alchimiste du jeu, qui cherche sur chaque ballon, à transformer et façonner en matière noble, l'espace d'action de ses partenaires. Etre gaucher donne aussi une perspective différente dans le domaine cognitif. Souvent mis en avant dans les sports individuels de raquette, cette différence est une force dans le football, quand il s'agit de quérir une variété de propositions. Mezut Ozil, Lionel Messi, Diego Maradona, Ferenc Puskas, ces gauchers subtiles et très fins dans le toucher et la protection de leur balle ont été des références en même temps que des chercheurs d'idées permanentes sur un terrain. Maxime Etuin est à son échelle de stagiaire pro, un joueur de cette subtilité, qui se met au service des autres, pour se muer en créateur d'espace.

" Je connais le football. Ploufragan a été une étape difficile et très constructif, de 13 à 15 ans car avec son club de l'ES Kerfeunteun, on attendait des merveilles de lui, à chaque week-end alors qu'il revenait fatigué de sa semaine avec l'accumulation de football et des études. Actuellement, il est en réussite, après un bon début de saison. Il faut savoir temporiser et relativiser car il aura forcément des coups de moins bien. Il faut y aller marche par marche", reconnait son père, Jean-Philippe Etuin.

Une confiance réaffirmée dans la jeunesse au Stade Rennais

Pour passer footballeur professionnel, il ne faut pas seulement du talent,mais également avoir la chance de tomber sur des décideurs plus âges, qui collent avec votre philosophie de jeu. Par rapport à son profil technique, de vivacité, et de compréhension de jeu, Maxime Etuin est sans doute tombé avec l'arrivée de Philippe Montanier, sur un entraîneur, qui croit en la jeunesse, et qui aime gagner avec la manière. Le public de la route de Lorient a toujours eu une appétence pour le beau jeu. Et un certain amour pour les joueurs de sa région. Quand Romain Danzé avait été certainement approché à une intersaison par l'AS Saint-Etienne, le public avait pris fait et cause pour lui en lui exprimant sa gratitude et son estime pour son amour sincère des couleurs rouges et noires. La génération des Etienne Didot (1983), Fabien Lemoine (1987), Julien Féret (1982), Yoann Gourcuff (1986) aurait dû être le levier des ambitions européénnes du club, avec une forte identité régionale dans son expression créative.

Nul doute que la signature de six contrats professionnels sur la classe précédente de 1994 avec Steven Moreira, Cédric Houtondji, Tiémoué Bagayako, Adrien Hunou, Wesley Said et Zana Allée est un signe très fort de la volonté affirmée d'un changement de cap assuré et affirmé par le Stade Rennais. " Nous sommes deux, de la génération 1995, à avoir signé un contrat de stagiaire professionnel de deux ans. J'aurais la décision finale d'un contrat pro dans les deux ans. J'ai une forte marge de progression. Physiquement, j'ai encore de la masse à prendre pour contenir les chocs. Je dois travailler le renforcement musculaire en haut et en bas. Dans ma connaissance du jeu, je dois évoluer. Une chose est sûre, je n'aurais pas de regrets, à la fin car j'aurais tout fait pour devenir footballeur professionnel", assure Maxime Etuin.

Après Romain Danzé, dont le père Jean-Yves, et comme celui de Maxime, Jean-Philippe, deux acteurs-clés de la réussite du Cap Horn en football corpo, le Stade Rennais pourrait trouver un parfait chef d'orchestre avec Maxime Etuin. Surtout que très près, arrive déjà un immense potentiel, avec le défenseur Pluguffanais, Jérémy Gelin, appelé régulièrement en équipe de France U17.

Christophe Marchand  
 
  A 18 ans, le Quimpérois, Maxime Etuin, meilleur jeune du centre de formation 2013, est aux portes de signer un contrat pro avec le Stade Rennais et marcher ainsi sur les illustres traces de son parrain, capitaine de l'équipe du SRFC, Romain Danzé. Crédit photo: DR 

 


12/01/14 : Gambardella : Penalty Maxime Etuin par StreamRougeMemoire

 

 

" Etre indispensable mais pas irremplaçable!"

 
Football. Didier Deschamps au CAC de Concarneau 
Vendredi 27 décembre. Invité par le club entreprise de l'US Concarneau, le sélectionneur national, Didier Deschamps, en résident de la commune, et ami de longue date de l'US Concarneau, est intervenu une heure et demie, au centre des arts et de la culture face à 250 spectateurs et aux 110 partenaires économiques du club. Symbole de la France qui gagne, Didier Deschamps cultive la victoire, avec une volonté quotidienne de réussir ses buts fixés.

La France n'aimait pas les premiers! Le culte des perdants magnifiques, Raymond Poulidor et sa quête effrénée et vaine du tour de France, dans les années 60, l'équipe de France de football demi-finaliste de la coupe du monde 1982, avec son trident créatif, Giresse/Platini/Genghini, ou les Bleus de 1987, en rugby, battus en finale de la coupe du monde par les Blacks, après une demi-finale d'anthologie face à l'Australie (30-24).

Longtemps, notre pays a vécu sur ce mythe de la défaite avec panache, dans le sport collectif. Or, toute une génération de sportifs est née et a grandi, dans les années 70 et 80 avec cette frustration en tête. Cette faiblesse originelle est devenu une vraie force et a exprimé un culte presque assumé et libéré de la victoire, par la suite quand ils sont devenus adultes.

Dans les années 1990, est apparu la France qui gagne dans les sports collectifs. Le handball, champion du monde en 1995 en Islande, et le sport roi sur la planète, le football, avec la coupe du monde 1998.

Didier Deschamps est sans doute le sportif Français, qui a "magnétisé" le plus cette volonté de vaincre, une grinta jamais mise à défaut. Tel un sourcier permanent, il a compris qu'il ne pouvait pas faire gagner les matchs sur le terrain, mais en coulisse, il pouvait être un créateur surprenant du succès.

Une conception personnelle du leadership

Dans les yeux dans les bleus, avant le premier match face à l'Afrique du Sud, il alla même jusqu'à donner le scénario aux acteurs, qui tenaient le premier rôle de la pièce, dans les vestiaires, avec toujours un mot, une attention, qui fasse tilt, chez le joueur.
" Etre un leader demande des prédispositions. La première et principale est d'être bien dans sa vie personnelle, ne pas avoir de soucis et passer beaucoup de temps pour les autres".

Cette conception du leadership, dans une entreprise ou dans le sport, est une réflexion neuve, car ce n'est pas l'autorité, ni la prise arbitraire de décisions, qui fait naître le consentement général. Il passe donc d'abord par une paix intérieure avec soi-même pour un meilleur regard sur l'autre.

Didier Deschamps marque par son attitude, ses mots réfléchis, obsédé par un même but: la victoire. " Hasta la victoria, siempre", symbole du révolutionnaire Cubain, Che Guevera. Reprise et adaptée dans le sport et la vie par Didier Deschamps. " Même enfant, je n'ai jamais joué pour jouer. J'ai toujours joué pour gagner. Aux cartes, aux boules, je cherche toujours à gagner. Après, je peux perdre. C'est le jeu mais avec la certitude d'avoir tout fait pour gagner. Ca implique une très grande exigence personnelle au quotidien pour atteindre ses objectifs".

" J'ai dit non à Bernard Tapie"

Cette rigueur, ce perfectionnisme qui le définit, qui tend presque vers une obsession du projet et de l'objectif est une matrice de la personnalité du Basque. Sa force est sa personnalité forte et son refus de la compromission. " Je déteste qu'on décide à ma place. Le FC Nantes avait décidé de mon transfert en novembre 1989, à l'Olympique de Marseille, pour des raisons budgétaires. Ca ne m'a pas fait plaisir! Mais comme je suis fier, je me devais de réussir à Marseille puisqu'il m'avait choisi. J'ai dit non à Bernard Tapie pour un transfert définitif à Bordeaux. J'ai reçu quelques coups de fil, peu sympathique de sa part, en vacances dans le Pays Basque. Mais je n'oublie non plus quand c'est lui qui m'a donné ma chance à mon retour à l'OM".

Ne pas oublier, sans être rancunier, le cap est fixé en permanence au loin sur les objectifs, que lui seul se fixe dans la tête. Et comme il transpire la rage et l'ambition, il met tout pour atteindre ses rêves en donnant une force énorme à ses collaborateurs directs appelé footballeurs dans son milieu professionnel.

Un détachement permanent sur le superflu pour une focalisation totale sur l'essentiel

" La Juventus de Turin m'a marqué. J'ai trouvé le club qui correspondait le mieux à ma personnalité: une exigence au quotidien, une grande structure sportive, une histoire, un passé, et une culture du travail et une remise en question permanente".

Petit, il notait sur un cahier, les grandes dates de l'équipe de France, joueur, il faisait attention à ne pas se blesser, lors d"un match de l'équipe de France (" Avant ou après, mais jamais à cette échéance), champion de France minime en athlétisme, DD sait s'entourer de personnes de confiance, comme Guy Stéphan, son adjoint et confident. Meneur d'hommes, chercheur d'idées, créateur de bien-être pour les autres, il dévie parfaitement les questions embarrassantes, en retournant comme une crêpe, la balle vers son interlocuteur, qui se trouve alors pris à son propre jeu.

L'auto-dérision est permanente, qui prouve un détachement sur sa personne. C'est sa manière de se protéger par rapport à la bulle de sollicitations quotidiennes. Sa façon de sourire immédiatement aux moindres louanges, marque une modestie et un recul nécessaire dans sa fonction. Car il est ailleurs, dans sa bulle intérieure, tout en donnant la sensation d'être en permanence connecté avec le moment présent. Il est capable de faire la concordance des temps pour réussir ses buts. Un exemple? La victoire face à l'Ukraine a crée des liens, des attitudes, qui est un cap franchi et qui seront une force dans notre vie collective à la coupe du monde au Brésil 2014.

Un plaisir partagé par les 250 spectateurs du CAC

Seuls les êtres extraordinaires, assorti à une rigueur personnelle extrêmement forte, y arrivent! Ce n'est pas un hasard, c'est une question de vision permanente, actualisé sans cesse au quotidien. Pierre par pierre, Didier Deschamps construit sa maison à trophée. Il a fait d'un souhait individuel une vocation collective. " La où Attila passait, l'herbe ne repoussait plus", " Là où Didier Deschamps passe, la victoire vous gagne".

" Joueur, je me suis toujours mis en tête d'être le premier inscrit sur la feuille de match par l'entraîneur. Etre indispensable mais non irremplaçable".

Attaché à Concarneau, comme port de coeur et de vie, il tire aussi sa force de cet alliage basque/breton, de ces terres, qui façonnent les caractères, en détachant par une auto-dérision constante, une retenue sur son quotidien. Le plaisir a été immense pour les 250 spectateurs, au centre des arts et de la culture, ainsi qu'aux 110 partenaires économiques du club, via le carré bleu, présidé par Jacques Stefanczyk, d'assister à cette conférence-débat mené par le journaliste Concarnois, à France Télévision, Jean-Paul Ollivier. Une chance inouïe d'être présent, ce vendredi soir, face à un homme qui a tout gagné, gagne inlassablement et gagnera toujours et encore, à l'avenir.

Christophe Marchand  
Animé par Jean-Paul Ollivier, journaliste de Lanriec, le sélectionneur national, Didier Deschamps, est revenu de long en large sur son parcours de vie, à travers le football. Crédit photo: René Riou  

 

FC Lorient. La maladie de la croissance

 
Football. L1. Le départ de Christian Gourcuff.  
Lundi 23 décembre. En mettant ce sujet à sa une, le Télégramme, par son journaliste Laurent Aquilo, a donné la confirmation (si elle est avérée) d'une décision scellée dans le for intérieur de Christian Gourcuff, depuis le 31 août 2013. Ce jour-là, la vente du meilleur joueur de son centre de formation, Mario Lemina, à l'Olympique de Marseille, pour 5 millions d'euros, avait provoqué l'ire de Christian Gourcuff, ainsi, qu'un malaise dans tout l'organigramme décisionnel du FC Lorient. La rupture, déjà partielle, entre le président Loïc Ferry et Christian Gourcuff, est devenue totale. Elle est aujourd'hui consommée sur l'échangeur de deux droites parallèles qui n'avaient pas la même conception du football. Le financier contre le technique, la raison contre la passion, éternel dilemme! A la fin, leur chemin se sépare, sans jamais s'être croisé.

Le livre de Loïc Bervas " Un autre regard sur le football" sur Christian Gourcuff est une merveille absolue! Il évoque la conception du football pour le coach emblématique des Merlus et révèle un caractère atypique dans le milieu, qui fait des compromis et de la compromission, une zone rouge à ne jamais dépasser. Or, cette ligne invisible à l'oeil humain, car intérieure aux synapses du Trébouliste, a été franchie le 31 août. Le rubicon du déchirement personnel avait touché ses limites. En vendant son meilleur "produit" du centre de formation, Mario Lemina, à l'OM, Christian Gourcuff, averti en dernière minute, au grand prix cycliste de Plouay, a ressenti une trahison de son principe de base sur lequel il est intransigeant. La chance du FC Lorient est que ce club lui tient particulièrement à coeur. C'est son âme! Même blessée, elle innerve encore une flamme apparente même si vacillante. Il maintiendra le club en ligue 1, par passion et par loyauté pour les supporters.

Ce drame du football professionnel met en exergue sa trop forte vulnérabilité, dans les méandres d'un sport business, qui n'en a cure des facondes des puristes du jeu. Les clubs professionnels ont tourné le dos à la passion! Et ils méprisent complètement leurs supporters, qui sont ballottés volontairement selon les désiratas de la LFP (ligue professionnelle de football) et des chaînes de télévision, qui programment sans vergogne des matchs sur trois jours et autant de tranches horaires, 14h, 17h, 19h, sur l'autel du dieu " Pognon".

L'exemple contraire du football Espagnol

L'argent est un moyen, et non une finalité! Sur l'assommoir du fric, les clubs perdent leur âme les uns après les autres. Les corbillards sont mis à l'entrée des stades où les débats et la critique n'ont plus leur place, au sein des directions. Source d'enrichissement pour tous, ils sont aujourd'hui bafoués, par des structures professionnelles, où une pensée totalitaire et exclusive prévaut. Celui qui dérange, est mis sur la touche. Les clubs professionnels sont maintenant un état dans l'état, à un niveau mondial (La FIFA n'est-elle pas considérée comme le 198ème état de la planète), national ( La LFP qui tente désespérément de faire rapatrier le siège social de l'AS Monaco en France), ou local (l'exemple du FC Lorient où la pensée unique est activée).
Qu'est ce qui arriverait si le Qatar se désengageait soudainement du Paris Saint-Germain, si Roman Abramovitch partait du FC Chelsea, ou le sheik, Mansour Ben Zayed Al Nahyan se retirait de Manchester City? Qui paierait l'addition de ces centaines millions d'euros de pertes cumulées? Pour l'instant, les propriétaires de ces clubs doivent payer des sommes astronomiques, pour nous, simples citoyens, afin de réinjecter en fonds propres un déficit colossal amassé à chaque fin d'exercice. Le football Espagnol est loué pour beaucoup de points, mais une des raisons de son succès est dans ces penas de supporters, qui ont acte de décision dans le vote de leur président. La démocratie directe s'applique dans le football, en Espagne, à l'intérieur de clubs les plus prestigieux de la planète, comme le Real Madrid ou le FC Barcelone. Pour des résultats incontestables et une progression des idées avec une volonté de réalisation collective.

Les départs emblématiques de Bernard Le Roux et Ramon Ramirez

En France, une opacité et une barrière règnent entre les dirigeants et les supporters. Ces derniers n'ont plus leur mot à dire, juste à payer leurs billets ou abonnements et consumer leurs deniers dans l'achat de produits dérivés. 65% des partenaires privés du FC Lorient partiraient, en cas de départ de Christian Gourcuff, à la fin de la saison. La Trinitaine ou Armor-Lux, des entreprises, qui apportent un capital de six chiffres à l'année, ont émis par leurs dirigeants des grosses réserves sur leur continuité dans le projet du FCL, en cas de départ avéré de Christian Gourcuff. Le directeur commercial du club Tango, Fabrice Devillers devra s'armer de courage et de persuasion pour faire repartir dans l'aventure des entreprises récalcitrantes, après la fin de l'ère Gourcuff.

" Il ne faut jamais oublier d'arroser ses racines, sous peine de voir l'arbre mourir", m'avait confié le président de la fédération française de rugby, Pierre Camou. Le FC Lorient s'est coupé, depuis quelques années, de ses racines. Christian Gourcuff en est le symbole technique et médiatique. Les deux fusibles historiques du FC Lorient, Bernard Le Roux, défenseur au FCL dans les années 80 et Ramon Ramirez, goléador des années 80, avaient sauté, dès la saison 2011/2012. Recruteurs attitrés pour le FC Lorient, ils ont été mis sur le banc des remplaçants. N'était-il pas Bernard Le Roux, qui avait permis par son oeil avisé de remarquer tout le potentiel de Laurent Koscielny au Tours FC en ligue 2? Acheté 750.000 euros, revendu 12,5 millions d'euros à Arsenal FC (16 fois la mise de départ), soit une sacrée plus-value dans les caisses du club.

Jean-Michel Abiven, capitaine courage

Par cette amorce du précédent paragraphe, ce n'est pas seulement les clubs, qui sont borgnes, les dirigeants du football le sont aussi. L'avant-centre de Plabennec (CFA), Jean-Michel Abiven avait brisé une omerta, avant le match de coupe de France, Plabennec - Lille, en 16ème finale de la coupe de France, en janvier 2013. "Je suis joueur à Plabennec, nous avons appris ce soir (lundi, ndlr) que notre match était programmé, le mercredi à 17H00 !!! Vous devriez avoir honte, qui peut aller voir un match de foot un mercredi à 17H00 ?", écrivait-il. "Notre stade ne sera même pas rempli, et nous les joueurs, nous travaillons tous ! La Coupe de France pour le monde amateur ? C'est ça oui, tout pour les pros, on les protège au maximum", s'insurgeait le capitaine. "Vous brisez notre rêve !! Je ne vous remercie pas", avait-il conclu.

Quel vent de fraîcheur! Quel acte de courage! Par ces quelques phrases, qui venaient du fond de son coeur, il avait mis en bascule tout le système du football français, soudainement revenu à la raison, face à une vindicte populaire des supporters, qui commençaient à gagner les réseaux sociaux.

Le précédent exemple de Laval, Auxerre, Nottingham Forest

Avec cette séparation ( Info: Le Télégramme si elle est officialisée), entre Christian Gourcuff et le FC Lorient, le club Morbihanais est dans l'ascenseur pour la Ligue 2, prêt à appuyer sur le bouton de l'étage inférieur dans les cinq ans. Le parti-pris est affiché. Le FC Lorient est une ville de taille moyenne, comparé aux mastodontes de la L1: Paris, Marseille, Lyon, Lille.... De les voir en ligue 1 est presque une anomalie, par rapport au potentiel économique de la ville. Le sport contourne parfois la logique cartésienne, appelée économique dans le sport professionnel. Le slogan de la France des années 70 " On n'a pas de pétrole, mais on a des idées", sied parfaitement à l'esprit conquérant et intelligent de Lorient. En se coupant avec sa base, qui a fait la recette de son succès, le président Loïc Ferry est maintenant seul à la tête de son navire. Des clubs emblématiques de Ligue 1 sont tombés pour les mêmes circonstances: Laval, après la période dorée des années 80 avec Michel Le Milinaire, Auxerre, après l'ére Guy Roux, Nothingham Forest, double vainqueur de la coupe d'Europe des clubs champion 1979 et 1980, après le départ de son coach emblématique, Brian Clough.

En perdant son maître à penser, le FC Lorient chutera très certainement pour les mêmes raisons. Et là, le parallèle, si savamment utilisé par Loïc Ferry, avec le monde de l'entreprise, peut être aussi utilisé, à son corps défendant. Apple n'a-il pas perdu définitivement la partie face à Samsung avec la mort prématuré d'un des plus grands génies du XXème siècle, Steve Jobs, en octobre 2011? Microsoft n'est plus que l'ombre de lui-même depuis le départ de son père fondateur, Bill Gates. Une entreprise, comme un club de football professionnel est l'affaire de visionnaire et de technicien, qui voient avant les autres, et décident plus vite que les autres. Comme dans le jeu, si Andrea Pirlo et Andres Iniesta sont des génies de la passe, c'est parce qu'ils perçoivent des éléments que personne ne ressent à leur place.

L'intelligence est une donnée rare et précieuse. Elle ne se partage pas, ne se diffuse pas. Elle est liée à quelques êtres d'exception, qui en tirent un usufruit légitime en garantissant un impact dans la durée, et non aux coups par coups, à l'institution qu'ils représentent. Le FC Lorient est en passe de perdre son leader d'influence et d'anticipation. Le club vivra sur son vécu pendant quelques années. Possédant quelques coups d'avance, les Morbihannais devraient tenir trois ou quatre ans, en ligue 1, avant de voir son avance technique et de réflexion, se faire rattraper. Il sera alors temps de la ligue 2 pour les Morbihannais, pour un dur retour programmé à moyen terme, sur terre.

Christophe Marchand  
Si l'information du journaliste Laurent Aquilo du Télégramme, est confirmée par Christian Gourcuff, le FC Lorient perdrait certainement très gros pour son avenir à moyen terme en ligue 1.  

 

Anderlecht ne défendra pas son titre

 
Football. Mondial Pupilles de Plomelin. 29 mai au 1er juin 2014 
Vendredi 20 décembre. Double champion en titre, le RCS Anderlecht, le club-phare de Belgique, ne viendra pas sur l'édition 2014 du mondial Pupilles de Plomelin. Le Lille OSC et le FC Nantes reviennent. Le Toulouse FC débarque pour la première fois en Cornouaille, chez les garçons et les filles. La fête de l'enfant et du football se prépare activement dans les locaux de Pennanguer, à Plomelin, avec toute l'équipe de bénévoles entourée par Jean Cloarec, Alain Bosser, Marcel Le Moigne, Yannick Nicolas... Le tirage au sort des équipes sur les 10 centres de compétition, huit masculins, deux féminins avec Quimper et Fouesnant, se fera à Audierne, au cinéma Le Goyen, le 28 février 2014.

88 équipes, 72 masculines, 16 féminines, 1700 personnes venues de part le monde, à cet évènement de fête pour la jeunesse, le Mondial Pupilles de Plomelin est devenu pour toute une générations de joueurs, passée par un des huit centres du mondial, une madeleine de Proust, qui n'ait jamais aussi forte, que lorsqu'on croise un collègue-footeux autour d'un stade, en ressassant les mêmes anecdotes de notre boîte interne de souvenirs. Prendre une branlée est souvent mal-vécu, mais face à Marseille, Chelsea, Lyon, ça prend de suite un sens mieux accepté pour les sélections jeunes locales.

Le mondial pupilles fait peau neuve, cette année, en accentuant le virage du football féminin, avec le 2ème centre, celui de Fouesnant, qui vient après celui de Quimper, l'an passé. " Les huit premières équipes féminines de l'histoire ont toutes été réinvitées. Nous avons la confirmation d'une équipe Anglaise de la Cornouaille, de Toulouse, de l'AS Saint-Etienne. Les Belges du Standard Liège nous ont donné leur accord oral. Nous ouvrons le tournoi féminin sur la catégorie U14", précise le président, Alain Bosser.

" Nous avons du mal à recruter à l'étranger"

Chez les garçons, l'Hapoël Tel Aviv (Israël), le NAC Breda (Pays-Bas), Ajassaïa Tannanarive, vainqueur en 2005 (Madagascar), La Gauloise (Guadeloupe) ont confirmé leur venue. Le Brésil, avec les regards braqués sur ce pays, avec la coupe du monde 2014, seront bien représentés avec 3 clubs. " Nous avons de plus en plus mal à recruter à l'étranger. C'est mon sentiment. Nous nous investissons toute l'année sur cet événement. On le fait avec passion, et désintéressement. On voudrait juste plus de reconnaissance car nous avons fait de cet événement un des grands moments de l'année dans le Sud-Finistère, avec nos 10 centres partenaires", affirme le secrétaire, Marcel Le Moigne.

Depuis 1986, le mondial Pupilles de Plomelin est un refrain du printemps, un tube indémodable qui met l'enfant au coeur de toutes les attentions. En perpétuelle évolution, le Mondial est une institution dans le Sud-Finistère. Arrivé à l'âge adulte, à 28 ans, il s'engage sur la voie du football féminin et mettra en avant le dimanche, les artisans de la région, au village monté pour l'occasion, au stade de Pennanguer.  
Le Mondial Pupilles de Plomelin représente à jamais trois valeurs nobles: la fête, le football et l'enfant.  

 

Maël Illien, le Costarmoricain délivre Concarneau.

Football. 8° tour de Coupe de France. US Concarneau - FC Lannion : 2-1 
Samedi 7 décembre. Concarneau, à 10 contre 11, a vaincu l'adversité. Ce n'était pas forcément beau à voir. Le match ne s'est jamais lancé. La pièce de la victoire a même été lancée en l'air, en fin de partie sur un coup de pied arrêté. Elle est retombée du côté de Concarneau, qui passe en 32ème de finale, sur une tête renversée, à la 80' du plus Costarmorcian des Concarnois Maël Illien et un but de la poitrine de Cyril Benamara, à la 88' (2-1).

Gagnante au tirage, avec la réception du FC Lannion (CFA 2), l'US Concarneau (CFA) s'engouffrait dans les affres du 8ème tour de la coupe de France, au stade Guy-Piriou. Seulement, les Costarmoricains, ayant raté de très peu l'accession, l'an passé, avait tout du client piégeux, qui pouvait par son jeu et sa robustesse, poser une équation difficilement déchiffrable pour les Concarnois.

Après une première ébauche timide du Concarnois, Thibault Sinquin, Concarneau subissait le premier coup de tonnerre, qui s'abattait sur le pauvre Guillaume Gégousse, qui avait mis une semelle trop appuyée, aux yeux de l'arbitre, M. Denis, à Le Pape. Carton rouge direct! Concarneau devrait jouer à 10, au moins 78' dans ce 8ème tour.

Cette supériorité numérique n'était pas profitable à Lannion. La tactique ne changeait pas, une ligne de cinq en défense avec le glissement de Le Goff, au poste de latéral droit, et deux joueurs qui tiennent l'axe.
Concarneau maîtrisait le ballon, sans trouver de solutions dans un axe parfaitement verrouillé à double tour pour la charnière centrale, Riou/Le Dantec.

La meilleure occasion de cette première mi-temps, était pour les locaux. Herman Koré était devancé par le gardien Toulazan. Thibault Sinquin, aux 18 mètres, s'essayait en force mais la maîtrise de son équilibre n'était pas le meilleur et la balle s'envolait hors du cadre (45').

Le coup de pied arrêté du bonheur pour l'USC

Ce match restait très tactique dans son approche. Il n'y avait pas de folie. Lannion s'offrait sa première occasion du match par une frappe enroulée de Guillaumin (53'). Ivan Seznec, par une superbe horizontale, sauvait la patrie USC sur une frappe du Lannionais, Lelong (63'). Concarneau marquait même à la 70' par Mathieu Viel. L'arbitre de touche n'avait pas signalé la faute au préalable pour une poussée sur un Lannionais. Cependant, l'arbitre central, M. Denis ne validait pas ce but (70'). Tendu, Concarneau ne pouvait s'en sortir que par un coup de pied arrêté. Et il est arrivé: le Costarmoricain de Concarneau, Maël Ilien déviait le coup-franc de Semmam, par une tête renversée. Le coup était gagnant (80'). On soufflait à Concarneau! Benamara ajoutait un deuxième but à la 88' en devançant de la poitrine, la sortie de Toulouzan (88'). Lannion était touché. Et cette équipe s'offrait un dernier baroud d'honneur en marquant dans les arrêts de jeu par Harrison.

Football. 8ème tour Coupe de France.
Concarneau (CFA) - Lannion (CFA 2) 2-1
Arbitre: M. Denis
1226 spectateurs

Buteurs:
Concarneau:
Maël Ilien (80'), Cyril Benamara (88').
Lannion: Harrison (93')

Crédit photo : Fanch HEMERY 

 

Nicolas Cloarec, coach de Concarneau:

" Les décisions arbitrales ont changé la donne de ce match. Nous ne nous sommes pas affolés après l'expulsion. Je n'ai pas senti mon équipe en infériorité numérique. 10 joueurs à 110% valent 11 joueurs à 100%. Lannion n'a pas changé sa tactique. Nous avons incontestablement gagné en maturité". Crédit photo DR 

 

Guillaume Jannez, capitaine de l'US Concarneau:

" Nous avons joué très rapidement à 10. Nous avons été intelligents dans notre tenue de ballon, en multipliant les phases de longue conversation, sans nécessairement mettre du rythme. C'était dur mais nous sentions que nous maîtrisions ce match". Crédit Photo DR 

 

Jérémy Drouglazet, milieu de terrain:

" Nous avons eu une maîtrise plus importante qu'eux. C'est gagné ! C'est extraordinaire de vivre un tel match. On joue au football pour vivre ces moments-là. Crédit photo DR  

 

Karim Semmam, latéral gauche:

" L'expulsion est sévère, à mon goût. Nous avons eu une grosse maîtrise du ballon et nous avons été récompensés de nos efforts. Lannion n'a pas changé son système de jeu en 5-3-1. Nous avons été les premiers étonnés sur le terrain. En football, la meilleure défense, c'est l'attaque. Lannion a payé pour le savoir, et nous avons gagné pour avoir respecté ce principe de jeu". Crédit photo DR 

 

Un derby pour le fair-play

   
  Football. DSE. Quimper Kerfeunteun FC - Plobannalec-Lesconil, dimanche 15h 
  Jeudi 5 décembre. Une telle opération pour le fair-play est régulièrement l'apanage d'une fédération, d'une ligue ou d'un district. Le Quimper Kerfeunteun FC et l'AS Plobannalec-Lesconil ont décidé de rependre en interne, cette symbolique pour marquer d'une journée du fair-play leur affrontement, lors de cette 7ème journée de championnat. L'accent sera mis sur le comportement irréprochable des joueurs, des dirigeants et des supporters, sur le terrain et dans les tribunes. Cette première, dans le Sud-Finistère, pour les deux clubs marque une volonté d'apaisement et véhicule une philosophie similaire du sport amateur.

L'objectif zéro carton est une thématique apposé à ce derby entre le Quimper Kerfeunteun FC et l'AS Plobannalec-Lesconil. L'idée développée par le chargé de communication du Quimper Kerfeunteun FC, Philippe Sizorn, est simple mais elle est chargée de sens et de symbolique. " Nous voulions marquer notre envie de donner une bonne image, à travers cette opération spéciale. Nous voulons dépasser les clivages et mettre en avant ce changement par une telle opération. Nous devons aider les arbitres dans leur fonction, en faisant tout pour leur rendre le match facile. L'atmosphère dégagée doit être la plus agréable pour toutes les personnes présentes à ce match. Nous sommes très respectueux du travail réalisé par l'AS Plobannalec. Ce match sera très important pour les deux équipes", précise Philippe Sizorn.

Deux clubs similaires dans l'état d'esprit

Pour Loïc Le Fur, le chargé de communication de l'AS Plobannalec-Lesconil, cette opération est une excellente démarche pour englober un travail effectué dans ces deux clubs. " Nous sommes deux clubs, aux profils similaires. Beaucoup de joueurs sont passés par les deux clubs, comme Christophe Guéguen, Julien Lucas, Mikaël Caoudal, Gwendal Ollivier avec le club de Quimper et de Kerfeunteun ou des jeunes U17, comme Erwan Heulot et Esteban Faou ou en senior, Edwin Feunteun qui ont fait le chemin inverse. L'objectif est de finir le match avec zéro carton de part et d'autre. Bien-sûr dans le jeu, ça peut arriver mais dans le comportement extérieur, nous ne voulons pas de carton. Le Quimper Kerfeunteun FC et l'AS Plobannalec-Lesconil se rapprochent dans leur politique sur l'importance donnée à la formation avec des éducateurs aux brevets d'Etat".

Ce match prend toute son importance sur un plan comptable. Avec une telle opération, les deux clubs s'engagent à ce que l'enjeu ne prenne pas le dessus sur une forme d'agressivité et non-respect.
 
 
  Le Quimper Kerfeunteun FC et l'AS Plobannalec-Lesconil s'engagent, ce dimanche, dans un derby, marqué par un fair-play total 
 

 

Une journée de détection pour un projet d'un an

   
  Football. Edusport academy. Journée de détection à Lamor/Plage, ce vendredi 
Mardi 3 décembre. Ce vendredi 6 décembre, sur le terrain synthétique de Larmor-Plage, à 13h30, certains footballeurs Bretons de 17 à 21 ans passent une sélection pour intégrer la 4ème promotion de Edusport Academy, en Ecosse, en 2014/2015. A la base, un Ecossais, basé sur Paris, Christopher Ewing, ancien joueur de football à bon niveau, qui s'est mis en tête de faire concilier à des jeunes Français, le sport et les études dans une académie unique en son genre. Cette sélection, à Larmor, est ouverte à tous les joueurs, tentés et disponibles par cette aventure.

Passer un an en Ecosse, consolider son Anglais en pratiquer sa passion du football, Edusport Academy permet de le faire, chaque année pour 35 français. Ouverte en 2011, cette académie se veut être un projet porteur de sens. " Nous voulons toucher des jeunes Français, intéressés par le football, qui ont la bonne mentalité et la bonne éducation pour passer un an en Ecosse. On ne promet pas à ces jeunes d'être footballeur professionnel mais de connaître une expérience unique, qui débouchera sur une meilleure pratique du football et de l'Anglais. Tous les jeunes sont suivis scolairement. L'entraînement est quotidien, le matin, avec un ancien joueur professionnel Français, Guillaume Beuzelin (500 matchs en pro). Ils affrontent chaque semaine, un club pro en jeune", résume Chris Ewing.

L'expérience est unique. Le coût à charge pour la famille est de 16.000 euros à l'année. Une somme qui doit être vue comme un investissement, avec un réseau bâti dès la sortie de l'adolescence, par des contacts réguliers avec d'autres jeunes Ecossais. Et la perspective comme deux des représentants de cette académie de signer un contrat d'aspirant dans des clubs professionnels de football en Ecosse, Angleterre ou France.

La Bretagne offre une date de sélection, ce vendredi 6 décembre, à Larmor-Plage, à 13h30. Tous les joueurs intéressés sont invités à participer à cette journée.

Contact: c.ewing@edusportacademy.com

Page Facebook
 
 
  Une journée de sélection pour Edusport Academy se déroulera ce vendredi 6 décembre, dès 13h30 à Larmor-Plage.  

 

 
Le tirage au sort du 8ème tour de la coupe de France a été effectué. Deux clubs Sudistes sont concernés et les matchs sont programmés le samedi et dimanche 7 et 8 décembre.

- VIGNOC HEDE GUIPEL (DSR) - FC QUIMPERLE (DSE)
- US CONCARNEAU (CFA) - FC LANNION (CFA2)  

 

Les Bleus: Héros ou Zéros?

Football. Match de barrage. France - Ukraine, mardi soir, 21h  
Mardi 19 novembre. Le manichéisme du football s'abattra telle une foudre sur tous nos commentaires entre ami(e)s ou sur les réseaux sociaux, ce mardi à 23 heures. Ils oscilleront à coup sûr sur cette question de héros ou zéros! Nos sentiments seront mis à rude épreuve car l'histoire d'amour avec les Bleus est brisée pour plus d'un supporter, depuis la Bérézina de Knysna en Afrique du Sud de 2010. A l'heure du foot-fric, une non-qualification à la coupe du monde serait vécue comme un séisme à très forte magnitude par nos instances dirigeantes et les partenaires économiques de la fédération. Pour les simples et pieux supporters, que nous sommes tous, une non-qualification à la coupe du monde 2014, au Brésil nous priverait juste de quelques bons moments de partage entre amis ou en famille. Et c'est déjà beaucoup!

France - Ukraine: le match de la rédemption ou du cataclysme? Les Bleus sont au bord du précipice sportif, après leur accroc, ce vendredi à Kiev. Les fosses des médias sont prêtes à les découper avec voracité, en cas de contre-performance sur le match retour des barrages. Piégée par le tourbillon Roman Zozulya au match aller (un but et un pénalty provoqué), la France se retrouve, ce soir, la tête sur le billot du Stade de France. Cependant, le mal est bien plus profond et le divorce déjà consommé, tel un amour qui a mal tourné, avec cette équipe.

A chaque génération, un membre de notre famille a toujours distillé son anecdote sur un match de l'équipe de France, qui avait imprimé la fameuse madeleine de Proust de ses souvenirs: France - Brésil en demi-finale de la coupe du monde 1958 en Suède, France - Allemagne en demi-finale de la coupe du monde 1982 en Espagne, la victoire à l'Euro 84, le quart de finale mythique face au Brésil en 1986, les Champs-Elysées, noir de monde, le 12 juillet 1998 ou encore la finale perdue face à l'Italie en 2006.

Une campagne de qualification menée dans l'indifférence générale

Justement, cette finale perdue face à l'Italie avec le coup de tête de Zinédine Zidane sur Marco Materazzi est le dernier souvenir commun d'une génération de Français avec leur équipe de France. Sept ans de calvaire, marqué par la symbolique catastrophe de Knysna, en juin 2010. Ce jour-là, les joueurs ont refusé de porter les couleurs de la nation, par une grève très mal placée, avant leur dernier match face au Mexique. Inqualifiable! Grotesque! Suréaliste! Le malaise était tel qu'il a fait le tour du monde et a été récupéré par tous les bords politiques et médiatiques, en mal de gloire éphémère et de ventes. Ce triste événement a eu un impact considérable sur notre rapport avec l'équipe de France. Les médias se comportent maintenant à traquer la moindre taupe ambiante, à épier le moindre nuage pour donner plus d'importance aux faits extérieurs qu'au jeu sur le terrain. Tout le monde est responsable de ce désamour pour les Bleus. Cette équipe avec ce comportement ne fait plus rêver! Un match de l'équipe de France est même devenu un non-événement. A part le dernier quart d'heure face à l'Espagne (1-1) et ce match retour face à l'Ukraine, la campagne de qualification s'est déroulée sans ferveur populaire. Presque dans une indifférence générale de la part d'une nation mature sur son désaccord avec les Bleus.

Le terrible constat est aujourd'hui l'énorme contraste entre des footballeurs-stars payés à coup de millions d'euros par an et plusieurs millions de Français, qui luttent pour leur survie, à quelques euros près, à la fin du mois. Certains joueurs sont aujourd'hui coupés de ce monde réel et sont rentrés dans une bulle de multiples sollicitations gangrenés par un essaim de parasites, qui tournent éphémèrement autour d'eux. Pour leur bien-être sportif, ils seraient tellement sains qu'ils reviennent à des valeurs de normalité. Assainir ce fossé entre l'équipe de France et ses supporters, aujourd'hui nauséabond. Est-ce que la France sera portée dès le coup d'envoi, par le public? N'assisterons-nous pas à des sifflets conspués des supporters dès l'entrée des Bleus? Non, sans doute pas, car ils seront sans doute virtuels dans les têtes, à l'entame de la partie pour devenir réel si le match prend une mauvaise tournure.

La fédération française de football et les clubs professionnels, responsables de ce marasme

Et le jeu, maintenant? La coupe du monde 1998 a été un leurre, dont le mirage a fait perdre la vue aux formateurs Français. Nous avions gagné la coupe du monde avec des colosses infranchissables en milieu de terrain et en défense: Marcel Desailly, Lilian Thuram, Bixente Lizarazu, Christian Karembeu, Patrick Vieira, Didier Deschamps, Emmanuel Petit, Laurent Blanc. On paie aujourd'hui un prix élevé d'une politique de joueurs très fort physiquement mais tellement limités techniquement dans notre championnat de ligue 1. Est-ce un hasard si des joueurs à petites tailles ont été refoulés des centres de formations des clubs professionnels à l'adolescence comme Mathieu Valbuena à Bordeaux, Franck Ribéry au RC Lens, ou Antoine Griezmann à l'Olympique Lyonais?

Le niveau de la ligue 1 est d'une tristesse technique affligeante, à part les extra-terrestres Paris ou Monaco. C'est essentiellement dû à une politique de la fédération française de football, et des clubs professionnels, qui en interne, ont promu et voulu ces portraits robots de footballeurs, à la carrure et à la musculature d'athlètes. Et ils se sont bigrement trompés. Ca serait au moins juste de le reconnaître publiquement! L'équipe d'Espagne ou le FC Barcelone avec sa technicité formidable sont les parfaits exemples d'un football fait de panache, qui égaie les amoureux de football. Tout ce que l'équipe de France n'a plus depuis notre dernier soliste, Zinédine Zidane.

Les tricolores sont devenus une nation moyenne du football mondial. Notre championnat de ligue 1 est dépassé dans la technique, par presque tous les championnats Européens. Encore impensable, dans les années 90 et 2000, les équipes de Chypre, en coupe d'Europe, battent aujourd'hui régulièrement les meilleures formations de Ligue 1, comme Lyon ou Bordeaux avec l'Apoël Nicosie ou Nice avec l'Apollon Limassol. La formation à la Française était le fleuron et une fierté au début des années 2000. A force de se reposer sur ces acquis, nous sommes maintenant à la traîne du football européen dans ce domaine. Les autres ont avancé pendant que nous pensions avoir la science infuse. Cette génération perdue expose maintenant à boulets rouges lancés vers eux, ce constat général.

Une coupe du monde au Brésil 2014 est un mythe! C'est le pays du football par excellence, l'amour d'un sport idolâtré par tous! Ne pas y participer amènerait sûrement la prise de conscience nécessaire à une évolution future. En tout cas, comme dans toute déconvenue, la chasse aux coupables et aux fusibles deviendrait pour quelques semaines, un vrai sport national. Les Bleus ont 90 minutes, voir 120 si affinités pour éviter de répondre aux (nombreuses) questions qui fâchent. Comme Saint-Etienne en 1975/1976 l'avait fait face au grand Dynamo de Kiev de Blokhine et Onyschenko, en remontant à Geoffroy-Guichard, les deux buts d'handicap. A une époque où le football se révélait être une affaire de tripes, de coeur et de passion, tel Dominique Rocheteau, l'ange vert, paralysé par les crampes, qui poussait l'offrande de Patrick Revelli dans les buts en prolongations. Le "vieux-gaulois" qui avait tout donné pour éviter que la balle ne sorte en corner, ce jour-là, le 17 mars 1976. Tout comme Jean Tigana l'avait fait au Vélodrome en demi-finale de l'Euro 1984 face au Portugal, pour réaliser la copie conforme de ce but des Verts, en s'arrachant pour centrer en retrait sur Michel Platini. Et comme devra le faire, ce soir, Paul Pogba, en prolongations face à l'Ukraine pour offrir le but vainqueur à Franck Ribéry.

Christophe Marchand  

 

Concarneau, puissance 4

 
Football. Coupe de France. US Concarneau - Club Franciscain : 4-1 
Samedi 16 novembre. Au stade Guy-Piriou, Concarneau a laissé passer la foudre adverse pour électrocuter ensuite son adversaire Martiniquais. Quatre décharges reçues, un adversaire foudroyé de rouge avec l'expulsion du stoppeur Marc-Harry Codassé, les Thoniers passent le cap du 7ème tour avec une victoire 4-1 sur le Club Franciscain.

La saveur des îles avait franchi l'autre côté de l'Atlantique pour gagner le stade Guy-Piriou. Les Martiniquais ont assuré l'ambiance dans les tribunes avec un kop, tout acquis, sur fond de zouk et musique des Caraïbes, à la cause du Club Franciscain. Concarneau (CFA) savait que le tirage avait été une chance unique d'accéder au 8ème tour de la coupe de France. Encore fallait-il faire le nécessaire sur le terrain pour justifier cet accès au titre de favori.

Dépassé par le rythme Martiniquais, Concarneau fut proche de se noyer dans la tornade visiteuse, en ce début de rencontre. Rentrés plein d'envie, dans leur match, les Martiniquais ne se posaient pas de questions. Ils emballaient le match. Le gardien Concarnois, Ivan Seznec, assurait une pleine horizontale pour détourner en corner une tête appuyée et placée du meneur de jeu, Tresfiel (9').

Concarneau était en souffrance. Incapables de tenir la balle, et imprimer leur tempo, les Thoniers pressentaient néanmoins les premières fissures de ce vernis adverse. Killian Gargam, le Monsieur Coupe, pouvait par un plat du pied mieux assuré (18'),enclencher le score.

L'orfèvre maison, Christophe Gourmelon fit parler la classe en un coup de pied gauche enroulé, comme il en a le secret. La livraison arrivait à bon port. Lucarne gauche (1-0, 21'). Ce but libérait quelque peu les locaux, qui maîtrisait enfin les débats. Sur les coups de pieds, Concarneau, par la taille de ces défenseurs centraux, Viel et Jannez, était menaçant. Gargam pouvait mettre le KO à la 37'. Sans succès.

Concarneau déroule

Le suspense était entier, à la pause. Les Martiniquais n'avaient aucun souci d'adaptation, ni de décalage horaire. Ils étaient dans le ton d'un 7ème tour de coupe de France. Concarneau devait visser l'exigence et mettre ce 2ème but pour s'offrir une fin de match tranquille.

Le Club Franciscain, sur une récupération haute de son milieu défensif, Epheston, avait l'occasion unique de revenir à hauteur. Surtout que le centre était parfait pour Thimon, qui s'emmêlait les pinceaux au moment de l'estocade (57'). Et les Martiniquais voyaient avec cette occasion rêvée, leur crépuscule du 8ème tour, car Concarneau pliait l'affaire.

Le "Box to Box", Jérémy Drouglazet choisissait la force à bout portant, suite à une-deux avec Gourmelon pour faire le break (2-0, 63'). Le Club Franciscain perdait pied, encore plus suite à l'expulsion du stoppeur Codassé (71'). L'affaire était définitivement pliée et compostée avec le doublé de Christophe Gourmelon, plein de sang-froid, dans la surface, suite au bon décalage de Maël Illien (3-0, 74').

La cause était entendue. Soki N'Zinga, sur un centre de Gaétan Arguilhé , alourdissait encore un peu plus l'addition (4-0, 87'). Les généreux Martiniquais et leur public étaient justement récompensés de leur effort en sauvant la marque par l'excellent, Abaul (4-1, 90'). Concarneau (CFA) a assuré son billet pour la 8ème tour de la coupe de France, pour le 7 et 8 décembre.

Football. 7ème tour coupe de France.
Stade Guy-Piriou. Arbitre: M. Dujardin
Concarneau (CFA) - Club Franciscain (DH) 4-1
1348 entrées payantes, 2.000 spectateurs

Buteurs:
Concarneau: Gourmelon (21', 74'), Drouglazet (63'), N'Zinga (87')
Club Franciscain: Abaul (90')
Avertissements:
Concarneau: Gourmelon (40'), Semmam (42'), Koré (88')
Club Franciscain: Thimon (43'), Codassé (45'), Delem (82')
Expulsion:
Club Franciscain: Codassé (71')  
 

 

 

Football. Renaud Farou, district du Sud-Finistère

 
Renaud Farou, nouveau conseiller technique du football d'animation 
Jeudi 31 octobre. Au poste de conseiller technique du football d'animation depuis le 1er octobre 2013, le Douarneniste, Renaud Farou, 29 ans, a pris la suite de Olivier Cadic, promu en Finistère-Nord. Sa mission et ses prérogatives sont larges pour accompagner le développement des 136 clubs de football du district 29S. Ancien joueur des Gas d'Ys de Tréboul et de l'ES Kerfeunteun en jeunes, il est au club de Plouzané AC, titulaire régulier en équipe première (DSE/DH) depuis des années. Encore en phase découverte, il fixe les priorités de son poste.

La place était vacante, depuis juillet, suite à la nomination de Olivier Cadic dans le Finistère-Nord. Président du district 29 Sud, André Toulemont explique les raisons du choix de cette candidature. " Nous avons reçu 9 candidatures et retenu 3 pour ce poste, qui semblait légitime par rapport au profil des candidats. Notre choix s'est arrêté sur Renaud Farou car il présente un profil intéressant. Il est issu du milieu du football amateur, y a fait toutes ses classes de joueur et d'éducateur. Les retours ont tous été positifs. Il entre dans le cadre de la politique fédérale, qui décline les principales missions du poste. On se veut au district 29 Sud être un centre de ressources techniques pour aider les clubs dans leur développement interne".

Avec l'adoubement d'Olivier Cadic (" C'est lui directement qu'il m'a fait part de sa volonté de postuler dans le Finistère-Nord), il intègre la structure fédérale et quitte en même temps, son poste de CDI d'éducateur au Plouzané AC. " Je voulais intégrer une instance, qui m'offre des perspectives intéressantes d'évolutionainsi qu'une plus grande stabilité professionnelle. Je suis au service des 136 clubs du Sud-Finistère. Je m'adapte en fonction de leur profil et de leurs attentes. Les missions sont nombreuses. Je donne une priorité au football féminin, au football animation dans les écoles de football et l'accompagnement des clubs. Je suis avant tout un homme de terrain, plus que de bureau, même si la part administrative nous prend également du temps", reconnaît Renaud Farou.

Gérer la section sportive de Saint-Jean Baptiste à Quimper, de la 6ème à la 3ème, former les cadres à l'initiateur 1/2/3, développer le football animation et le football féminin, étendre la pratique du futsal, telles sont les missions du conseiller technique du football d'animation.

A 29 ans, Renaud Farou ne perd pas sa passion de jouer car il est toujours joueur au Plouzané AC. " J'ai reculé avec l'âge. Je suis fixé au poste de numéro 6. J'ai joué en première, le week-end dernier en DH. Je suis resté jouer dans ce club car il est difficile avec mon poste de jouer pour un club du Sud-Finistère. Je préfère rester d'une neutralité totale".

Après une première phase nécessaire de prise de contact, il amènera sa vision de la formation et du football, à l'instance départementale, toujours dans le but premier de fédérer une dynamique autour du ballon rond.  
Au milieu de André Toulemont, le président du district 29 Sud et Lanig Kervarec, membre du bureau, Renaud Farou a été nommé au 1er octobre 2013, nouveau conseiller technique du football d'animation dans le Sud-Finistère.  

 

La force tranquille de l'US Concarneau

 
COUPE DE FRANCE. Pont l'Abbé - US Concarneau : 1-4  
Samedi 12 octobre. Les échecs sont les clés à toute réussite future. S'ils sont analysés à la juste valeur, ils servent de repères pour une progression dans la durée. Concarneau s'est servi de ses sorties de route en coupe de France, notamment face à Pluvigner (1-0) pour ne plus montrer d'états d'âme face aux clubs hiérarchiquement inférieur dans cette compétition. Pont l'Abbé (DRH) s'est bien battu, mais Concarneau composte son billet au 6ème tour, au sortir d'une rencontre maîtrisée et gérée de manière intelligente.

La marche était haute pour le FC Pont l'Abbé. Dès le début de la rencontre, l'initiative du jeu était à Concarneau. Pont l'Abbé voulait aspirer dans l'axe son adversaire. Et lancer ses feux-follets locaux comme Grégory Ribeiro, Vincent Lucas ou Arthur Le Corre, à la récupération du ballon. Le plan se tournait sans le moindre accroc, avec un faux-rythme palpable. Pont l'Abbé plaçait les machicoulis avec quatre défenseurs à plat, et les murailles avec cinq joueurs au milieu de terrain, chargés de coller au maximum à leur défense pour éviter à certains joueurs adverses de jouer les électrons libres entre les deux lignes de flottaison.

La 10ème minute marquait le vrai coup d'envoi, de cette rencontre du 5ème tour. L'arbitre M. Jérôme Guillou, sifflait une faute dans la surface. Le gardien Bigouden, Steven Cosquéric, n'eut le temps de fixer du regard le tireur adverse, Killian Gargam, que la balle était déjà dans son but. Les palabres des joueurs de Pont l'Abbé ne faisaient absolument pas revenir sur sa décision l'arbitre principal.

Vincent Lucas avait la semelle d'égalisation, sur un coup-franc finement joué avec son compère, le capitaine Romain Bureller mais il était un poil trop juste pour l'égalisation à bout portant (14').

Cependant, Concarneau contrôlait le rythme, en indiquant le baromètre à suivre, en évitant que l'adversaire ne se prenne à jouer les taureaux fougueux. Herman Koré, par deux fois, dont un essai sur la barre transversale, cherchait déjà à porter l'estocade (24', 32').

En face, Romain Bureller répondait par une frappe flottante et tombante, qui mettait en difficulté le gardien Ivan Seznec, sur le reculoir sur ses appuis (33'). Quant à Steven Cosqueric, il sortait l'arrêt réflexe à l'ultime minute sur une tête à bout portant de son coéquipier, Mathieu Le Brun.

Concarneau déroule à 11 contre 10

Les lions rugissaient encore, à la pause. Concarneau voulait accélérer par saccade la tendance de ce match, pour se mettre au chaud et s'éviter toute frayeur sur les balles arrêtés dans le dernier quart d'heure. L'homme en forme de ce début de saison, Jérémy Drouglazet, offrait le break à Concarneau sur une frappe sèche et pure à l’extrémité droit de la surface de réparation (0-2, 55'). Pont l'Abbé perdait de la gomme et des plumes suite à l'expulsion, du stoppeur Adrien Le Reun, pris par sa fougue. Le rentrant Stephen Quemper glissait un subtil extérieur pour le 3ème but (0-3, 65'). Pont l'Abbé ne déméritait pas et sauvait l'honneur par l'intermédiaire d'un geste de classe d'Arthur Le Corre, un lob en piqué (1-3, 78'). Mais Concarneau s'accordait un point d'honneur à embellir la marque avec l'excellent N'Zinga (1-4, 87').

Concarneau, comme face à la Stella Maris Douarnenez, avait étouffé toute rebellion adverse. Les Thoniers seront logiquement au 6ème tour, face à des Pont l'Abbistes, qui ont proposé un schéma cohérent sans trouver de finalisation au score.

5ème tour de la coupe de France. Pont l'Abbé (DRH) - Concarneau (CFA) 1-4
Arbitres: M.Jérôme Guillou assisté de MM. Guillaume Troboa et Loïc Flochlay
800 spectateurs

Buts:
Pont l'Abbé: A. Le Corre (78')
Concarneau: Gargam (10', sp), Drouglazet (55'), Quemper (69'), N'Zinga (87')

Avertissements:
Pont l'Abbé: Cosquéric (12'), Simon (13')
Concarneau: Viel (19')

Expulsion:
Pont l'Abbé; Le Reun (59').  
La joie des Concarnois, suite à leur qualification face au FC Pont l'Abbé. Crédit photo: René Riou.  

 

Nicolas Cloarec, coach de l'US Concarneau:

" Nous nous sommes montrés patients dans ce match. Comme face à la Stella Maris, nous n'avons pas connu la difficulté pour se qualifier. On avance! Nous n'avions pas été gagné les dernières années, en coupe de France, par cette tranquillité. Je comprends la frustration de Pont l'Abbé sur le pénalty. La faute est indéniable dans la surface. Le gardien part au bluff. C'est un jeu du chat et de la souris. Notre joueur a été le plus malin car il s'est élancé au moment du coup de sifflet de l'arbitre. Il nous fallait simplement attendre pour trouver la solution".
 

 

Ronan Simon, coach du FC Pont l'Abbé:

" Je suis satisfait de mes joueurs. Nous sommes à égalité, à la mi-temps sur les occasions franches. Nous avions accepté de subir et défendre bas. Nous n'avons pas perdu de ballons dans les zones importantes. Concarneau défend côté ballon. Quand nous sommes arrivés à les déplacer sur le côté opposé, nous les avons mis en danger. Leur qualification reste tout de même logique, sur le match".  

 

Steven Cosqueric, gardien du FC Pont l'Abbé:

" Sur le pénalty, je n'entends pas le coup de sifflet de l'arbitre. Je me concentre, mais je ne vois pas l'arbitre me communiquer ou me faire des signes comme quoi le pénalty va avoir lieu".  

 

Une affaire de pénaltys

 
CFA. US Concarneau - Trelissac FC : 1-1 
Samedi 5 octobre. Défaite lourdement par Fontenay-Le Conte (4-1), l'US Concarneau cherchait à se rassurer pour consolider un bon départ de championnat (2 victoires, 3 matchs nuls,1 défaite). Le verre est à moitié plein ou vide, selon les avis divergents. Concarneau aura eu le mérite de revenir au score dans le dernier quart d'heure (1-1).

Bien qu'un ton en-dessous par rapport à ces ambitions de l'an passé, Trélissac réussissait à garantir un bon équilibre pour éviter de se faire déborder dans son système défensif, en ce début de partie. La première banderille placée était celle du meneur de jeu, Dupuy, dont la demi-volée venait mourir au pied du poteau de Ivan Seznec (12'). Passée cette incartade, Concarneau s'offrait sa seule réelle occasion de la première mi-temps, saugrenue d'ailleurs car Herman Koré, à l'extrême limite d'un hors-jeu, s'essayait d'une tête renversée de tromper la vigilance de Rucart (14'). Même le capitaine Thonier, Guillaume Jannez n'appuyait pas suffisamment sa tête sur un bon centre de Gourmelon (17').

Sans être extraordinaire, Trélissac manoeuvrait bien pour assurer des décalages, dans la transmission des passes. L'avant-centre visiteur, Pigree perdait son duel face à Ivan Seznec (32').

1-1, balle au centre

Concarneau devait proposer plus de vitesse et d'appuis offensifs pour faire remonter plus haut le bloc équipe. Après des escarmouches visiteuses, les locaux faillirent ouvrir le score, en donnant de la vitesse sur le côté par le rentrant Benamara. Son centre premier poteau trouvait N'Zinga, qui tirait pleine balle sur le montant (61'). Alors que Concarneau voulait emballer la rencontre, Trélissac obtenait un pénalty converti par le latéral droit, Rudy Gérard (0-1, 70'). Les Sudsites n'avaient pas le temps de s’appesantir sur leur sort car Killian Gargam remettait les deux équipes à égalité sur un pénalty, suite à une faute dans la surface sur Guillaume Jannez (1-1, 75').

Trélissac faiblissait dans le rythme. L'entraîneur adverse, l'ex Concarnois, Zivko Slijepcevic le sentait en faisant rentrer des joueurs frais. Reparti sur de bonnes bases, les visiteurs occupaient le camp adverse dans les dernières minutes. Sans pour autant débloquer le coffre-fort adverse. Dans les arrêts de jeu, Concarneau avait une sacrée balle de match dans les arrêts de jeu mais Eglin sauvait de justesse devant Koré.

Championnat CFA. 6ème journée
Concarneau - Trélissac
655 spectateurs
Arbitres: M. Dos Santos accompagnés de MM. Le Berre et Mouelo.

Buts:
Concarneau: K. Gargam (75', sp)
Trélissac: Gérard (70', sp)

Avertissements:
Concarneau : Koré (23'), N'Zinga (55'), Sinquin (68'), Clément (82')
Trélissac: Assale (18'), Sophie (48')  
Jérémy Drouglazet et les Concarnois n'ont pu prendre l'ascendant sur une équipe de Trélissac, bien regroupée. Crédit photo: Fanch Hemery.  

 

Football. Recrutement des arbitres.

 
Le District Finistère-Sud de Football recrute des Arbitres de Football 
Mardi 24 septembre. Le Football a besoin d’arbitres pour diriger les dizaines de matchs, chaque week-end. Aussi pour combler le défaut d’arbitres et relancer le recrutement, le District Finistère-Sud de Football organise les cours de formation à l’arbitrage. Le premier examen d’arbitrage se déroulera le 13 Octobre et sera précédé de trois séances de formation, le 28 Septembre et les 5 et 12 Octobre (au siège du District).

Le second examen aura lieu le 15 Décembre avec un week-end de formation prévu en internat du vendredi 13 décembre, en fin de journée jusqu’à l’examen du 15 Décembre en cours d’après-midi. Pour cette formation prévue en internat, les inscriptions devront se faire avant le mardi 26 novembre.

Contact : District Finistère-Sud de Football 02 98 64 56 00 
Confronté à une baisse récurrente du nombre d'arbitres, chaque année, le district 29 Sud organise des cours de formation pour y remédier.  

 

Hermann Koré : « Objectif 15 buts »

   
  CFA. US Concarnoise - Les Herbiers Vendée, samedi (18 h 30).  
  Vendredi 6 septembre. L’attaquant Concarnois Koré veut faire oublier la soirée du 20 avril dernier. Entretien réalisé par Guy-René Leclercq  
 
   
  Avez-vous un souvenir précis du match retour face aux Herbiers le 20 avril dernier à Guy-Piriou ? 
  Bien sûr que je m’en souviens. C’était une mauvaise soirée pour plusieurs raisons. D’abord, j’ai été sanctionné d’un carton rouge à l’heure de jeu alors que nous étions sur le point d’égaliser (nous étions menés 0-1). Réduits à 10, nous n’avons pas pu revenir au score et de plus nous prenons 2 buts dans le temps additionnel. Ensuite j’ai pris 4 matches de suspension, ce qui a eu pour effet de m’empêcher d’atteindre mon objectif de la saison pour le classement des buteurs. J’en suis resté à 13 buts alors que je pouvais espérer au moins 15. J’aimerais marquer face aux Herbiers samedi soir et remettre les pendules à l’heure, pour notre équipe et pour moi-même. 
  Après 3 journées votre compteur buts semble bloqué à 1 depuis l’ouverture à Plabennec. Avez-vous une explication ? 
  Je voudrais d’abord préciser que dans la phase de jeu qui amène un but il y a un passeur et un marqueur. La passe décisive est aussi importante que le but, car les deux gestes sont indissociables. Demandez à Christophe Gourmelon d’où venaient les deux ballons qu’il a transformés en but ? Néanmoins il est vrai que j’ai personnellement un peu de retard si l’on considère le compteur buts. L’an dernier aussi j’étais à 1 but après 3 matches. Chaque saison il y a des séries avec et des séries sans. Reconnaissons que j’aurais pu avoir aujourd’hui une belle avance au classement des buteurs : Face à Pontivy j’ai eu 6 occasions et je pouvais en mettre au moins 4 au fond… À Bordeaux j’ai aussi une belle occasion qui ne passe pas. Mais l’essentiel est que l’équipe marque, si possible un but de plus que l’adversaire, le nom du buteur est secondaire. À ce jour le groupe se comporte bien et nous sommes sur le podium. 
  Pour la saison quels sont vos objectifs pour l’équipe et pour vous-même ? 
  Pour l’équipe les objectifs ont été exprimés par l’entraîneur et par le président, à savoir assurer le maintien le plus tôt possible. Nous adhérons tous à ce projet bien sûr. Je pense que cette année nous sommes prêts à rivaliser avec n’importe quelle équipe. Je souhaite que nous ayons assez de points à la trêve de décembre pour reprendre en janvier dans la sérénité et ne plus avoir à nous soucier du maintien. À titre personnel je renouvelle mon challenge de l’an dernier, à savoir d’atteindre les 15 buts dans la saison. C’est en tout cas le pari que j’ai fait avec le président Jacques Piriou.  

 

Le TGV arrive en gare du 3ème tour

Football. 2ème tour de la coupe de France. TGV (D1) - Penn-Ar-Bed (PH) 2-2 (5-4, tab)

Lundi 2 septembre. Quel match au Guilvinec! Les joueurs de ce TGV - Penn-Ar-Bed seront passés par tous les scénariis possibles, jusqu'à cette égalisation à la dernière minute de jeu de Valentin Le Maréchal, auteur d'un triplé à la 120ème minute, pour les Tégévistes. Ils auraient pu s'éviter cette prolongation mais les Capistes, avec Antoine Kerninon, avaient eux aussi eu la bonne idée de remettre les équipes à égalité à la 88ème minute. A la loterie finale, les Bigoudens ont gagné la timbale du 3ème tour de la coupe de France. VOIR LA VIDEO DES PENALTYS DE FRANCOIS MARZIN.

 

 

 

Deux offres d'emploi à pourvoir

Vendredi 30 août. Le football, outre son aspect social et éducatif, présente aussi un impact indéniable sur la vie économique locale. Deux offres différentes d'emploi ont été postés, avec à la clé un CDI. La première émane d'un club ambitieux du Sud-Finistère en ligue, qui recherche un milieu de terrain offensif en activité, profil 8 ou 10, niveau CFA 2/DH pour un emploi dans le secteur bancaire (Bac +2 souhaité). L'autre offre émane du district du Finistère-Sud, pour un poste de conseiller départemental en Football Animation, à la rentrée de septembre, en remplacement de Olivier Cadic, l'actuel titulaire du poste, qui est promu à une fonction différente dans le district du Finistère-Nord.

Offre n°1:

Club ambitieux de ligue dans le Sud-Finistère, recherche un joueur niveau CFA 2/DH. Possibilité d'un CDI dans le secteur bancaire, à la clé (Bac +2 souhaité). Contact: 06 86 34 38 32

Offre n°2:

Le District Finistère Sud de Football recrute à compter du mois de septembre un conseiller départemental en Football Animation. Ce poste est basé à Quimper et est à pourvoir à partir de Septembre 2013. Les candidatures, avec CV, copie des diplômes et lettre de motivation sont à envoyer au district Finistère-Sud de Football. 14 Route de Cuzon 29336 QUIMPER Cedex avant le 2 septembre. Les candidats sélectionnés seront reçus en entretien durant la 1ère semaine du mois de septembre.

http://goo.gl/XX1HpM

 

" Beaucoup de clubs pourraient déposer leur bilan"

   
  Football. Intervention de Frédéric Thiriez, le président de la ligue professionnelle de football à Brest  
Dimanche 23 juin. A Brest, pour l'assemblée fédérale de la fédération française de football, Frédéric Thiriez a fait parler sa verve habituelle pour tirer la sonnette d'alarme sur l'état du football français professionnel. Son intervention a été teintée d'un franc pessimisme sur l'avenir des clubs, excédés par une fiscalisation la plus haute d'Europe et un déficit chronique des clubs. Même si le football français est propre et vertueux, plusieurs grands clubs Français seraient proches du dépôt de bilan,à court ou moyen terme si leur situation financière ne s'améliore pas.

Il n'y a que les petits clubs amateurs qui n'arrivent plus à supporter la charge de leurs dépenses fonctionnelles, les clubs professionnels arrivent aussi au bout d'un cycle économique, auquel ils sont soumis de trouver une solution interne sous peine de disparaître. L'ère est nouvelle pour des clubs, qui devront à coup sûr se serrer la ceinture. " La France est le pays en Europe où le coût du travail est le plus important. En Allemagne, un joueur professionnel avec un salaire annuel de 500.000 euros, est taxé à 2%, soit 12.000 euros d'imposition. En France, le club doit reverser 186.000 euros en charges sociales, soit 174.000 euros de différence pour un même salaire entre ces deux pays. La perspective n'est pas réjouissante. A partir de 2014/2015, nous perdons 40 millions par an en droit TV. La taxation des hauts salaires à 75% fait peser sur les clubs professionnels, un supplément de charges de 82 millions/an. La somme en impôts et charges sociales sur un an s'élèvent à 687 millions d'euros. Pour la 4ème année consécutive, presque tous nos clubs n'arrivent pas à équilibrer leur budget. Plusieurs grands clubs professionnels sont menacés de déposer le bilan".

Hormis le PSG et Monaco, qui bénéficient de l'apport financier considérable d'un fond d'investissement Quatari et d'un propriétaire majoritaire russe, de nombreux clubs Français sont dans le rouge économiquement. " Je reste malgré tout confiant. Le football français est un modèle propre et vertueux. Le PSG et Monaco, ces hirondelles ne font pas le printemps même si nous nous réjouissons de leur bonne santé économique. Nous sommes solidaires avec le football amateur. La réalité doit l'emporter sur la démagogie".

Dans une course à deux vitesses entre les bolides PSG et Monaco, le football Français ne doit pas franchir ces limites et apprendre à savoir ne pas dépenser ce qu'il n'a pas en fond propre. Il en va de la bonne santé de nos clubs, qui restent un facteur essentiel et une passerelle évidente envers le football amateur. Celui-ci ne doit pas tomber, à un moindre niveau dans les dérives et les travers d'un monde professionnel, qui vit clairement au-dessus de ses moyens réels.  
 

 

" 4 millions d'euros pour les contrats d'avenir"

   
  Football. 3 questions à Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football.  
  Dimanche 23 juin. " Il se veut un éternel optimiste". Lors de l'assemblée fédérale de la fédération Française, tenue ce samedi matin, sur Brest, Noël Le Graët, le président de la FFF, a préféré mettre l'accent sur le verre à moitié rempli que vide, à l'inverse d'un Frédéric Thiriez, le président de la ligue professionnelle, beaucoup plus agressif dans son discours et alarmiste sur la situation financière des clubs professionnels de ligue 1 et ligue 2. Avec la barre symbolique repassée des 2 millions de licenciés, une augmentation des arbitres et des dirigeants, le football amateur trouve des raisons d'espérer en son avenir. Un axe fort de son discours, la volonté de création de 1000 emplois d'avenir dans le football.
 
 
   
  Président, la loi de modernisation sur l'arbitrage a été votée à une large majorité (85%): six membres décisionnaires à la commission fédérale des arbitres (structure unique), la fin d'un âge limite de l'arbitrage. Est-ce une satisfaction personnelle? 
  " Je suis content que la réforme a été votée. C'est une avancée pour notre football. Le football amateur conserve une place majoritaire avec quatre membres à voix délibératives, sur les six au total. Ces dernières semaines ont été marquées par de faits de violence inhabituelle dans les stades. Il y'a un comportement anormal à contrôler. Je remarque que ces incidents se produisent aussi de plus en plus souvent sur les bancs de touches. Les arbitres seront encore meilleurs s'ils se sentent davantage en sécurité et protégés sur un stade. Je souhaite que les incidents des dernières semaines trouvent une sanction pénale car ces choses-là ne doivent pas exister dans le football". 
  Frédéric Thiriez, le président de la ligue professionnelle a présenté un bilan très noir sur l'avenir du football professionnel. Partagez-vous son pessimisme?  
  " Entre aujourd'hui et 2016, le football présente beaucoup d'atout. J'en parle bien souvent avec Frédéric Thiriez. Il a évidemment raison. Il faut d'abord donner moins de salaires aux joueurs. Les sommes, on les connaît jusqu'en 2016. La difficulté est actuelle. La DNCG prendra des situations désagréables dans les jours à venir, qu'elle ne souhaite pas prendre. Surtout en ligue 2, où nous sommes en concurrence entre nous et nous ne sommes pas en concurrence avec l'Europe entière. Une descente en ligue 2 ou national peut balayer un club, qui manque de fonds propres et qui présente une masse salariale trop élevée. Le Paris Saint-Germain ou Monaco vont bien. C'est beaucoup plus dur pour les autres clubs qui vivent avec leurs recettes réelles. La masse salariale de tous nos clubs professionnels est complètement décalée par rapport aux recettes. Le football anglais a le double en droit télévision, en recettes dans les stades avec des actionnaires qui ne regardent pas trop à la dépense. Cette différence est majeure. Nous ne jouons pas dans la même catégorie " . 
  Un axe fort de votre discours est pour le football amateur avec la volonté de création de 1.000 emplois d'avenir, dès la rentrée 2013/2014. Qu'en est-il concrètement?  
  " On connaît tous la crise économique majeure que nous subissons depuis quatre ans. Ces emplois d'avenir sont une chance. C'est le football amateur qui est destinataire de cette mesure à 100%. L'Etat paiera 75% du SMIC, la fédération s'engage à verser 15% par emploi crée. Il reste 10% à la charge du club. Ce n'est pas rien pour la fédération, qui croit en ce projet et met 4 millions d'euros annuel au budget de fonctionnement. Nous sommes dans un cycle économique dur mais la France a toujours su rebondir dans le passé. Ces emplois servent avant tout au tissu associatif local. Le football est un vecteur fort. Le souhait est de permettre à des jeunes de s'ancrer dans un premier emploi, à travers le football et un club amateur local".  

 

4370 euros remis à action contre la faim

   
  Football. Mondial Pupilles Plomelin 2013. Opération des buts contre la faim.  
  Jeudi 20 juin. Le Mondial Pupilles de Plomelin est une fête du football et de l'enfant, depuis 1986. Derrière cette vitrine se cache également un sens porté aux actions solidaires et humanitaires. Avec l'aide directe du Crédit Agricole, un chèque de 4.370 euros a été remis, au stade de Pennanguer de Plomelin, ce mercredi soir, à Jean-Yves Falc'hon, délégué départemental dans le Finistère d'action contre la faim, qui correspond aux 874 buts inscrits sur ces quatre jours de compétition (9 au 12 juin 2013), soit cinq euros par but marqué.

Le modèle avait été déposé au tournoi international de Plougonvelin, sous la forme d'un but, un arbre planté. Le pli a été repris au Mondial Pupilles de Plomelin, sur ces trois dernières années, avec l'action " des buts contre la faim". Chaque année, un pays est choisi pour marquer cette action. " Nous sommes très reconnaissant au Mondial Pupilles de valoriser cette action. Cette somme est importante. Le pays choisi était le Bangladesh. Un kit complet ( hygiène, traitement des eaux...) coûte huit euros. Nous pourrons aider 500 familles à en acquérir un. L'an prochain, nous viendrons en aide à Madagascar.", admet Jean-Yves Falc'hon.

Partenaire historique du mondial, le Crédit Agricole, représenté par Paul Huon, responsable départemental du service communication et animation mutualiste, Maurice Nicolas, responsable du développement sur le secteur de Quimper et Bernard Crenn, responsable départemental du développement durable et solidaire (RSE), est au côté de cette initiative collective. " Nous sommes très sensibles à tous ce qui impacte l'environnement et la solidarité. Nous sommes également partenaire de l'opération " Un but, un arbre" à Plougonvelin. Il est important de donner un sens concret, ludique et mesurable à nos actions", souligne Bernard Crenn.

Président du mondial pupilles de Plomelin, Alain Bosser louait cet apport important en collaboration avec une association et une entreprise. " Nous expliquons le fonctionnement de cette opération aux enfants du mondial. Ils sont très sensibles au fait qu'un but inscrit peut aider une famille dans le monde. C'est quelque chose qui les touchent et qu'ils comprennent", conclut Yannick Nicolas, responsable de la communication au Mondial Pupilles.  
 
  La remise du chèque de 4.370 euros s'est effectuée, ce mercredi soir, dans les locaux du mondial pupilles, à Pennanguer, à Plomelin.  

 

Les propositions de groupe en D1 et D2

   
  Football. Saison 2013/2014: le projet des groupes en D1/D2. 
  Même si les groupes ne sont pas encore figés dans leur version définitive, une première sérieuse ébauche a été donnée, ce matin, sur le site du district du Sud-Finistère, pour les groupes de D1 et D2, saison 2013/2014. Le Quimper Italia fait la bascule du groupe A au C, le RC Porzay intègrera le groupe A (Pays Bigouden/Cap Sizun/Douarnenez). En D2, le FC Lestonan et la Forêt-Fouesnant devraient jouer la plupart de leurs matchs dans un rayon proche de Quimperlé. Quant à Kerlaz Sports, il reste dans le groupe C de la presqu'île de Crozon et Châteaulin. Contrairement à leur voisin de la Stella Maris C et du FC Douarnenez, qui seront opposés aux équipes du Cap Sizun et du Pays Bigouden. Les projets ont été entérinés en commission. Les clubs ont jusqu'au 28 juin, pour faire des propositions en accord avec les autres clubs. TELECHARGER LE FICHIER PDF [318 KB]  

 

Les mouvements sportifs des équipes Sudistes

   
  Football. Le point sur les montées et descentes de la DH à la D2. Championnat 2013/2014  
  Mercredi 5 juin. La saison 2012/2013 a été douloureuse pour nos clubs du Sud-Finistère engagés en championnat de ligue. La descente du Quimper Kerfeunteun FC et du FCQuimperlé en DSE, le carton plein en DSR, avec Quimper Kerfeunteun FC B, DC Carhaix et Pont l'Abbé, cinq descentes de PH en D1: Paotred Briec, Gas d'Ys Tréboul, Edern, TGV et Quimper Kerfeunteun C. Plobannalec-Lesconil a été la grosse équipe de la saison, toutes compétitions confondues. Lanvéoc accède à la D1 pour la 1ère fois en 18 ans avec zéro défaite sur la saison. Quemeneven monte en ligue pour la 1ère fois en 40 ans.  
  LES MOUVEMENTS EN LIGUE DE BRETAGNE 
CHAMPIONNAT DH en 2013/2014: Aucune équipe du Sud-Finistère concernée

CHAMPIONNAT DSE: Relégation à ce niveau du FC Quimperlé, du Quimper Kerfeunteun FC, promotion à ce niveau de Plobannalec-Lesconil. Ils restent en DSE, la Stella Maris Douarnenez, Trégunc, l'US Cooncarneau B

CHAMPIONNAT DSR: Pas de montée, ni de relégation. Ils restent à ce niveau, l'AS Plouhinec, les Paotred Dispount, les CS Penmarc'h, le FC Quimperlé B

CHAMPIONNAT DRH: Relégation à ce niveau du Quimper Kerfeunteun B, DC Carhaix, Pont l'Abbé, promotion à ce niveau du FC Odet. Ils restent dans cette division, le FC Châteaulin, l'US Fouesnant, l'AS Melgven, l'AS Telgruc/Mer, l'US Quimperlé, l'US Concarneau C

CHAMPIONNAT PH: Relégation à ce niveau du Quimper Ergué-Armel FC, du FC Rosporden, promotion à ce niveau de l'US Quemeneven, du Quimper Penhars FC, de Bannalec, de l'AS Plomelin. Ils restent à ce niveau Ploneour FC, le FC Penn-Ar-Bed, l'AS Plobannalec B, Plozevet, le FC Gourin, Clohars-Carnoët, Glazicks de Coray, Moëlan/Mer  
 
   
  LES MOUVEMENTS AU DISTRICT FINISTERE SUD 
CHAMPIONNAT D1: Relégation à ce niveau du TGV, Quimper Kerfeunteun C, Paotred Briec, Gas d'Ys Tréboul, Edern. Promotion à ce niveau du FC Pleuven de l'US Pluguffan, de Lanvéoc Sports, du FC Goyen, de Clohars-Carnoët B, des Papillons Bleus de Spezet.

- Groupe A: Ils restent à ce niveau: Gourlizon, Stella Maris Douarnenez B, Mahalon, Plogastel JS, Pont l'Abbé B, Quimper Italia Calcio, Plogonnec
- Groupe B: Ils restent à ce niveau: Camaret, Plonevez du Faou, RC Porzay, Pleyben, Châteaulin B, Carhaix B, Plomodiern, Plounevezel, Gourin B
- Groupe C: Ils restent à ce niveau: Tregunc B, Scaër, Ergué-Gabéric (AEG), Hermine Concarneau, Saint-Evarzec, Mellac, FC Quimperlé C, Saint-Yvi

CHAMPIONNAT D2: Rélégation à ce niveau: FC Bigouden, Quimper Ergué-Armel B, Landrevarzec, Crozon, US Quimperlé B, Paotred Dispount B, CS Penmarc'h (sous réservation de validation par la ligue de Bretagne)
Promotion à ce niveau: Bannalec B, US Concarneau D, Saint-Goazec, Pleyben B, Plogonnec B, Gouezec, Stella Maris Douarnenez C, Landudec-Guiler, FC Pont l'Abbé C, TGV B, Langolen, Saint-Evarzec B.

- Groupe A: Ils restent à ce niveau: Locunolé Sports, Nevez, Saint-Thurien, Trégunc C, Rédéné, Tremeven, Le Trevoux, Riec/Belon, Hermine Concarneau B
- Groupe B: Trégourez, Cleden-Poher, Landeleau, Roudouallec, Châteauneuf du Faou, Motreff, Leuhan, Kergloff, Poullaouen
- Groupe C: Kerlaz, Pont de Buis, Telgruc/Mer, Edern B, Loperec, Châteaulin C, Porzay Cast B, Saint-Nic
- Groupe D: Guengat, Plozevet B, Poullan/Mer, Beuzec, Plogastel B, Gourlizon B, Penn Ar Bed, Plouhinec B, Douarnenez FC
- Groupe E: Quimper Penhars B, Plomeur, Tréogat, Tréméoc, Combrit Sainte-Marine, Plobannalec C, Ploneour B, Ile-Tudy, Loctudy
- Groupe F: FC Lestonan, US Portugaise, Melgven B, Forêt-Fouesnant, Ergué-Gabéric B, FC Rosporden, Elliant B, FC Odet B  
 

 

L"assemblée générale du District

   
  Une très légère érosion des licences dans un contexte de hausse générale 
Samedi 1° juin. L'assemblée générale du district du Sud-Finistère s'est tenue, ce samedi matin, à la salle Cap Caval de Penmarc'h. Une stagnation globale des effectifs (15.797 licenciés en 2012 contre 15.773 en 2013), une difficulté croissante et persistante du nombre d'arbitres (avec un taux de renouvellement meilleur qu'à l'accoutumée) et des résultats sportifs inégaux d'une élite malheureusement trop resserrée (selon les mots du président André Toulemont) ont été la trame commune de ce bilan annuel.

Sur un plan purement sportif, le district Finistère-Sud est déficitaire dans ces clubs représentés en ligue par rapport aux autres départements Bretons. La locomotive de l'US Concarneau (CFA) ne peut masquer ce constat global. " C'est une année difficile en terme sportif. L'élite est malheureusement trop resserrée. Concarneau se maintient en CFA, les filles de Quimper Kerfeunteun en font de même en D2 et les U19 Concarneau sont à féliciter pour leur parcours en coupe de Gambardella. On peut regretter les descentes du FC Quimperlé et de Quimper Kerfeunteun FC de DH en DSE. Nous serons à nouveau déficitaire avec cinq descentes de nos clubs de PH en D1", assure le président du district du Sud-Finistère, André Toulemont.

Une des explications, à ce fait a été apportée par Jean-Luc Le Bomin, le conseiller technique départemental. " Nos joueurs ne sont pas moins bons que les autres départements bretons. Jusqu'à l'âge de 14 ans, les jeunes du Sud-Finistère ont d'excellents résultats. Ils en restent l'impossibilité de les fixer, faute de structures mis en place. A moins d'une intervention politique ou économique, nous aurons du souci à l'avenir pour inverser la tendance".

En senior, la confirmation de la montée en PH de l'AS Plomelin, mais pas de l'EA Scaër, qui reste en D1, au profit des Morbihannais de Merlevenez, accédant à la PH (63 points chacun, départagé au nombre de matchs de suspension, 0 pour le club du 56). Le jeu des chaises musicales est fatal à Penmarc'h B, moins bon 10ème des poules de D1, qui descend en D2.

"Le combat du club des champs contre le club des villes"

Outre l'aspect sportif, le côté financier est un autre point noir à améliorer avec un compte de résultat en déficit du 1er juillet 2011 au 30 juin 2012, de 13.675 euros, pour le district du Finistère-Sud.

Au niveau des clubs, le voeu évoqué par le FC Pont l'Abbé, l'an passé, à l'assemblée générale de Briec de 2012, a été confirmé dans les statuts. Celui-ci était de responsabiliser les jeunes joueurs des U15 à U19, sanctionnés par une exclusion, en les affectant à l'arbitrage à la touche pour leur match de suspension (sans sanction financière pour le club).

L'US Crozon Morgat a fait une intervention à l'assemblée pour un plus grand brassage général sur les catégories U15, U17. Une proposition acceptée par l'assemblée, qui sera en vigueur, sur la saison 2014/2015. L'AS Plouhinec, avec son président, Pascal Druon, a posé un problème sous-jacent à beaucoup de clubs de la difficulté des clubs en dehors d'une périphérie urbaine proche de recruter ou former des arbitres.

" Dans une période de morosité, le football doit être un SAS. Le football a un rôle majeur d'éducation. Les parents doivent montrer le bon exemple à leur enfant. Nous repassons la barre symbolique des 2 millions de licenciés, un niveau que nous n'avions plus atteint depuis 2010. C'est la preuve que l'attrait n'a pas faibli", remarque le président de la ligue de Bretagne, Jean-Claude Hillion.

Enfin, la date limite d'inscription pour la coupe de France est fixée au 15 juin. La sortie du calendrier des championnats se fera le 17 août et le souhait unanime de l'assemblée a été de jouer la dernière journée de ligue et district, le dimanche 18 mai 2014. L'assemblée générale, suite à la démission d'un des membres, a élu Séverine Le Roux du Racing Club du Porzay. Le nombre de femmes, au bureau est portée à quatre avec Micheline Saffre, Lydie Le Lay, Christine Le Roux et Séverine Le Roux: un record en Bretagne.  
 
  L'ensemble du bureau du district du Sud-Finistère a fait un bilan détaillé de la saison sportive écoulée.  

 

 

Le feu d'artifice final de Plobannalec

   
  Coupe Gonidec. Trégunc - Plobannalec-Lesconil : 1-4 
Dimanche 26 mai. En faisant l'effort au moment judicieux, Plobannalec-Lesconil (DSR) a placé deux banderilles décisives par son picador local, Tanguy Allain (73', 75'). Déjà vainqueur face au Paotred Dispount en 2012/2013 à Guengat (2-0), l'ASPL fait un beau coup double en remportant la finale Jean-Pierre Gonidec face à Trégunc (DSE), 1-4, sur le terrain du Moros de l'Hermine Concarneau

Cette finale de la coupe Jean-Pierre Gonidec marquait le clap de fin de la saison sportive 2012/2013 dans le Sud-Finistère. Entamée pour la plupart des clubs, dès la fin juillet, l'énergie avait été fortement consumée sur l'année entière. Sur la batterie, le jeu se portait plus sur des à-coups d'accélération que sur un pressing haut et constant. Hiérarchiquement supérieur d'une division, Trégunc voulait battre le tempo. Guillaume Iquel se portait en chef d'orchestre. L'envolée se poursuivait jusqu'à un face à face devant le dernier rempart du coffre-fort Bigouden, Yann Raphalen. Solide sur ses appuis, il ne se livrait pas forçant le tireur à choisir la force assurément moins précise qu'un plat du pied placé.

Plobannalec, en spécialiste de la coupe, se mettait à son tour à l'assaut du donjon Trégunois. Félici, d'un coup de patte, passait le premier vent de frisson sur la cage de Kaputa (15'). Trégunc redonnait un coup de boost, à ses ambitions. David Le Pors, intelligemment, feignait par le regard, le sens de la direction de la balle. Le décalage fut parfait pour Clément Chessé, qui était parti dans le bon timing, mais il ne put se rabattre suffisamment sur son aile gauche, pour s'ouvrir un angle de tir intéressant (28'). Benjamin Olivier, sur un tir extérieur lobé, ne parvenait non plus à surprendre la vigilance de Yann Raphalen (35'). Un coup de catapulte crânien de Clément Collorec, des 20 mètres, ne trouvait pas non plus le cadre d'un Yann Raphalen, battu sur le coup (42').

Le picador Bigouden, Tanguy Allain, plante ses deux banderilles

Plobannalec reprenait fort les débats. Mickaël Caoudal (50') était près de l'ouverture (50'). Sa persistance trouva une issue positive, après un coup-franc, dévié malencontreusement dans son but par Damien Jégou (0-1, 50'). Trégunc avait le mérite de ne pas tomber dans le doute. De suite, Clément Collorec, l'attaquant le plus remuant et percutant de Trégunc, sur cette finale, bonifiait un centre de Iquel pour remettre du poids sur l'assiette de la balance Trégunoise dans cette finale Gonidec (1-1, 59'). L'abnégation est la force motrice de Plobannalec-Lesconil. Celle qui fait que le moulin tourne toujours dans le bon sens pour garantir la meilleure récolte à l'arrivée. Le symbole était Mickaël Caoudal, qui persistait son pressing, d'une balle pourtant donnée perdue. Astucieusement, son court centre en retrait trouvait Tanguy Allain, qui par une semelle de temporisation, mettait son adversaire dans le vent, avant de crucifier Gaël Kaputa (73'). Le bourreau des Trégunois, Tanguy Allain préparait sa seconde lame. Le "sptizer" Bigouden piquait au premier poteau. La livraison de l'offrande était signée Mathieu Daniel. Le déviation de l'extérieur du pied de l'avant-centre Bigouden était suffisante pour surprendre Gaël Kaputa (1-3, 75'). Plobannalec avait fait l'effort au bon moment. Trégunc était dans les cordes, presque amorphe. Et les Bigoudens le sentant, parachevaient leur succès par une tête de Scoarnec (85'). Au final, on ne pouvait qu'être admiratif devant la saison exemplaire de l'AS Plobannalec-Lesconil (DSR) avec une montée en DSE, un 7ème tour de la coupe de France, un quart de finale de la coupe de Bretagne et une victoire en coupe Jean-Pierre Gonidec.

Dimanche 26 mai 2013. Finale de la coupe Jean-Pierre Gonidec
Trégunc (DSE) - Plobannalec-Lesconil (DSR) 1-4
580 entrées payantes
Score mi-temps: 0-0

Trégunc: Collorec (59')
Plobannalec: Damien Jégou (55', csc), Allain (73', 75'), Scoarnec (86')

Avertissement:
Trégunc: Ollivier (77')  
 
  L'AS Plobannalec-Lesconil parachève par cette nette victoire 4-1 face à Trégunc une superbe saison 2012/2013 

 

Mikaël Caoudal, entraîneur-joueur de Plobannalec:

" Notre première mi-temps a été délicate. Nous perdions trop de ballons. On s'est attaché à s'offrir une meilleure qualité de relance en seconde mi-temps. Dès que notre jeu s'est fluidifié, nous avons trouvé les solutions sur le terrain. Le 3ème but a été décisif. On retient une superbe saison! Beaucoup de travail et de plaisir, qui a cimenté un esprit de groupe et une cohésion d'ensemble. En deux ans, nous avons fêté six titres: deux victoires en coupe Pierre Riou, deux en coupe Jean-Pierre Gonidec, une montée pour la A en DSE et une autre pour l'équipe B en PH " 

 

Greg Bello, coach de l'US Trégunc:

" Nous avons réalisé une bonne première mi-temps. En seconde mi-temps, on paie cash nos erreurs individuelles. Je félicite cette équipe de Plobannalec qui a réussi une excellente année. C'est juste dommage de faire autant d'erreurs. La rencontre était assez équilibrée. Le score peut paraître lourd à la fin".  

 

Le Quimper Kerfeunteun sort sa carte jeune

   
  Football. Quimper Kerfeunteun FC (DSE/DRH) 
  Mardi 21 mai. Ce mardi soir, au club house de Penvillers, les dirigeants du Quimper Kerfeunteun ont levé le mystère sur le nom des responsables des équipes senior pour la saison 2013/2014. Entraîneur des U19 de l'US Concarneau, auteur d'un 16ème finale de la coupe Gambardella, Julien Rozec, 23 ans, est nommé à la tête de l'équipe première de DSE.

Julien Rozec, Anthony Le Pape, Edwin Feunteun: le Quimper Kerfeunteun FC a choisi trois entraîneurs de moins de 25 ans, pour conduire l'équipe première et réserve, l'an prochain. " C'est un pari osé! Dans notre projet, nous voulions cette audace et une initiative de la sorte où on fasse confiance à la jeunesse. Julien Rozec, Anthony Le Pape, et Edwin Feunteun ont déjà exercé avec succès sur les catégories jeunes. Nous sommes sur un cycle long axé sur la formation. Depuis un moment, il y'a eu beaucoup d'intégration de nos jeunes U19 en DH ou DSR. Nous avons envie de rajeunir les cadres de l'équipe. On repart sur une dynamique de jeunesse guidé par quelques cadres, qui resteront au club".

Comme pour Sébastien Le Naour, promu à 24 ans, à la tête de l'équipe de l'ES Kerfeunteun (DSR) en 2004/2005, le Quimper Kerfeunteun a choisi de confier à Julien Rozec, les rênes de l'équipe première. Auteur d'un parcours époustouflant en coupe Gambardella avec un 16ème finale, et de deux ans concluants à l'US Concarneau, il sera sans doute, à 23 ans le plus jeune entraîneur en ligue de Bretagne, à la rentrée prochaine.

Le budget resserré du club Quimpérois a été une contrainte supplémentaire, au moment des choix finaux. " Pour avoir de l'ambition, il faut avoir des moyens. La saison prochaine, notre budget de fonctionnement pour le foot à 11 sera évalué dans une fourchette de 80.000 à 100.000 euros. La porte est ouverte. Si des personnes veulent aider le club financièrement ou structurellement, nous les accueillerons à bras ouvert. Nous voulons créer une dynamique. Notre base de formation est solide. Un joueur formé au club comme Jocelyn Laurent rejoindra le FC Lorient B (CFA), à l'intersaison", affirme le président du Quimper Kerfeunteun FC, Frédéric Patérour.

Un appel lancé aux joueurs Quimpérois

L'autre grande idée des dirigeants est de refaire vibrer l'âme des joueurs Quimpérois, désireux de se battre pour défendre les couleurs d'une ville. " Nous sommes le club fanion d'une ville de 65.000 habitants. Pour des jeunes Quimpérois, ils auront la chance de jouer à un très bon niveau régional. On recherche ce style de joueurs, qui ont de l'ambition pour jouer à un bon niveau. On veut récreer cette envie de mouiller le maillot pour le club d'une ville", affirme Philippe Sizorn, le chargé de communication du QKFC.

Fort de 600 licenciés avec la section féminine et l'école de football, le Quimper Kerfeunteun, pris dans des contraintes budgétaires, a recadré ses priorités sur la jeunesse. " Nous réduisons la voilure. Financièrement, nous devons faire avec une structure allégée. Ca ne veut pas dire renier sur la qualité de nos éducateurs. Dans toutes nos catégories d'âge jeune ou senior, ces derniers sont diplômés. En deux ans, la formation des jeunes a montré sa valeur, nos conditions d'entraînements avec le terrain synthétique ont été améliorés. Je m'étais fixé trois ans pour stabiliser le club, après la fusion. J'avais pris cet engagement moral. Nous mettrons l'accent sur la convivialité et l'ambiance. Ca nous a manqué cette année, et je suis le premier à le reconnaître", ajoute Frédéric Patérour.

Avec l'arrivée de Julien Rozec, en équipe première, un binôme composé de Anthony Le Pape et Edwin Feunteun en équipe réserve et Franck De Micheli en remplacement de Didier Guevel (Saint-Evarzec, D1) à l'équipe C, le Quimper Kerfeunteun FC a refait complètement l'organigramme de son staff technique en senior.  
 
  Edwin Feunteun et Anthony Le Pape (ici avec les U19) reprendront l'équipe réserve senior, relégué en DRH.  

 

Morgan, un U17 de Lesneven, face aux Bleus de 1998

   
  Football. Un joueur de Lesneven, en lice pour jouer contre l'équipe de France, championne du monde 1998 
  Mercredi 22 mai. Morgan, un jeune joueur U17 de Lesneven est en passe de réaliser un rêve, envié par beaucoup: jouer un match contre l'équipe de France, championne du monde 1998. C'est le seul Breton pré-sélectionné en lice à ce jeu, parrainée par le Crédit Agricole ( Opération: "On a tous un côté foot"). Il ne reste plus que 2 jours pour voter sur Facebook, avant la clôture. Il totalise pour le moment 1.213 votants à son nom. Voir la page Facebook  

 

 

Un aboutissement de six ans d'école de football

   
  Football. Sélection de Combrit.  
  Le mondial pupilles est la récompense de la fin de cycle, ouvert dès le plus jeune âge à l'école de football de son club formateur. Passage d'un football à 9 à un autre à 11, ce tournoi marque un cap et un souvenir inoubliable à tout enfant, ayant participé cet évènément. A Combrit, la sélection locale est aux anges. Avec une victoire et deux matchs nuls, les jeunes réalisent le bonheur de jouer face à des équipes prestigieuses.

Licenciés à Combrit, Tréméoc et l'Ile-Tudy, la sélection du centre de Combrit est à fond dans son mondial. Pourtant, ce centre, réputé pour son superbe accueil, n'avait pas été retenu à l'origine du mondial en 1986. " Il ne faut pas oublier les racines de notre centre et l'importance de Daniel Le Corre. En 1987, Plonéour s'était désisté pour lancer un tournoi féminin. Notre ancien président avait réussi à convaincre les organisateurs de donner sa chance au centre de Combrit. On était parti de rien, à l'aventure la plus complète. Aujourd'hui, pour les jeunes, c'est un moment fabuleux! Nous avions assez de joueurs sur les trois communes pour faire une équipe. On réunit les jeunes sélectionnés deux mois avant le Mondial pour les premiers matchs avec les sélections des autres centres. Le passage à un football à 11 se fait par cet événement", reconnait Frédéric Le Borgne, encadrant de la sélection.

" Anderlecht? Impossible à jouer"

Le capitaine de l'équipe, Hugo Chauvel, milieu récupérateur, savoure les matchs disputés et le simple fait de rencontrer des équipes "Champions League". " On s'entend très bien dans l'équipe. Nous sommes bien! On gagne face à Graffenhausen (4-1), deux matchs nuls face à la sélection du Poher et Bayeux (on méritait de gagner sur ce match-là). Anderlecht? Eux, ils sont injouables. C'est impossible de gagner car on n'a jamais la balle. On passe son temps sur le terrain à courir pour la récupérer et quand on l'a, on la perd aussitôt. Ils sont vraiment impressionnants! C'est la plus grosse équipe face à laquelle j'ai joué depuis que j'ai commencé le football, à l'âge de six ans".

Le rêve pour ces footballeurs prendra fin, ce dimanche, après le défilé sur le centre de Plomelin. Il sera ensuite temps de passer à la réalité du football à 11.

Le groupe de Combrit: Gaétan Pouliquen, Kilian Le Gall, Evan Le Borgne, Tom Louarn, Victor Christien, Hugo Chauvel, Jessy Bonini, Matao Fouasse, Esteban Cano, Alexandre Dolain, Vincent Dolain, Baptiste Bilien, Simon Le Brigand, François Le Henaff, Thomas Toullec, Vincent Miravalls. Coachs: Frédéric Le Borgne, Frédéric Chauvel, André Hamon.  
 
  Le RCS Anderlecht et la sélection de Combrit posent ensemble pour une des nombreuses photos souvenirs.  

 

Gourlizon reprend une autre coupe

   
  Football. Finale coupe du conseil général. Gourlizon (D1) - Quimper Italia (D1) 1-1 (5-3, tab)  
  " Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse de la victoire", Gourlizon a dû batailler ferme, sur son terrain de Bel Air pour venir à bout d'une solide et talentueuse équipe du Quimper Italia. En remportant la coupe aux pénaltys (1-1, 5-3), Gourlizon fait le coup double, après sa victoire en 2011/2012 sur le FC Pont l'Abbé B (4-3). Les Azzuris par Christophe Pincemin, plein de sang-froid, à l'exécution du but, avait ouvert le score (41'), mais la grinta Gourlizonnaise, avec le rentrant Le Roux de la tête (51'), a fait la différence. Mention spéciale au gardien visiteur, Ruffin Gouédan, prodigieux dans ses cages sur un tir à bout portant de Jérôme Le Breton (68'), et auteur d'une superbe claquette sur une tête de Robin Le Berre (86'). VOIR LA SEANCE DE PENALTYS.  
 
  Gourlizon Sport conserve son trophée de la coupe du conseil général, face à une équipe du Quimper Italia, qui avait pourtant ouvert le score par Christophe Pincemin. 
 

 

 

Alex Duprat à l'ultime minute!

   
  Football. Coupe de Bretagne. Plobannalec-Lesconil - Saint Renan : 1-0 (ap)  
Mercredi 8 mai. Battu en prolongation, en coupe de France au 7ème tour (2-1), l'AS Plobannalec-Lesconil, leader en DSR, jouait l'acte II de sa pièce face à Saint-Renan. Déjà buteur en coupe de France (104'), Alex Duprat a récidivé à l'ultime minute de jeu, pour un succès mérité. Plobannalec-Lesconil est en quart de finale de cette coupe de Bretagne 2012/2013 (1-0).

Les acteurs n'avaient guère changé. La premier vers revenait au visiteur, suspendu en coupe de France, le puissant et racé, Sakho (2'). Plobannalec, invaincu sur son terrain, voulait rester le narrateur principal de la partition. La première salve d'applaudissement des spectateurs faillit retentir dès la 6ème, avec un coup-franc de Caoudal, repris sur le sommet du crâne par Christophe Gueguen. La trajectoire trouvait le montant gauche des buts de Abgrall (6'). Les débats s'échauffaient, se tendaient même après un tacle viril mais correct de Bonthennou sur Félici. Trop sévère pour l'arbitre, Monsieur Gaudin, qui n'hésitait pas et sortait le carton rouge (15'). A 10, avec le remplacement de Mann, en défense centrale, les Renanais étaient partis pour une harassante tirade en infériorité numérique. Mickaël Caoudal semblait tenir le premier rôle de ce match. Sa frappe puissante et ultra-précise des 30 mètres se logeait dans les buts de Abgrall mais l'arbitre de touche signalait un hors-jeu de position de Félici (27').

Malgré tout, l'énergie était compensée par une bonne occupation de l'espace de jeu. Le Fait alertait le portier suppléant de Yann Raphalen, Raphael Corcuff (29'). Christophe Gueguen reprenait l'idée de la frappe lointaine à son compte. Même geste, hormis le côté, Abgrall, cette fois-ci ne faisait point piéger par ce verve essai (37').

Ploba au forceps

L'entracte n'avait guère entamé le jeu des acteurs de ce match. Plobannalec remettait une intensité et un pressing soutenu et rapproché sur le porteur de balle. Mickaël Caoudal (59') ratait sa reprise écrasée sur un centre en retrait. L'arme fatale dans le football était la solution utilisée pour mettre les visiteurs, hors du champ de la lumière des quart de finale. Tanguy Allain offrait un caviar au rentrant Alex Duprat mais un rebond soudain faisait perdre la maîtrise de son plat du pied (63'). Les rôles s'inversaient. Duprat rendait la pareille à Allain mais la quête du but était encore raté. Allait-on avoir recours, comme en coupe de France, à une prolongation forcément annonciatrice d'une remontée de mauvais souvenir? Telle une tragédie Grecque, Plobannalec s'engouffrait dans les méandres d'une séance supplémentaire de 30 minutes. Comme en coupe de France, Alex Duprat était bien le talisman/porte-bonheur de cette équipe des Canaris, généreuse. Les Sudistes, archi-dominateurs en prolongation, trouvaient une juste récompense par une volée écrasée de Duprat. Abgrall était battu. On jouait l'ultime minute du temps règlementaire (1-0, 119').

8ème finale de la coupe de Bretagne. Plobannalec-Lesconil (DSR) - Saint-Renan (DSE)
400 spectateurs, 260 entrées payantes
Score mi-temps: 0-0
But: Alex Duprat (119')
Avertissements:
Plobannalec: Felici (41'), Scoarnec (50'), Lucas (65')
Saint-Renan: Mann (14'), Alazet (45'), Kemeneur (73')
Expulsion:
Saint-Renan: Bonthennou (16')  
 
  Alex Duprat fait lever tout le stade de Pont-Plat suite à son but à la 120ème.  

 

VIDEO : LE BUT D'ALEX DUPRAT

 

Concarneau amorce par deux fois son retour

   
  Football. CFA. Concarneau - Viry-Châtillon : 2-2 
Exempté d'enjeu, cet affrontement face à Viry-Châtillon n'avait de sens pour Concarneau que dans le souhait émis d'aller quérir une 5ème place finale. Par alternance, Concarneau aura placé ses accélérations, Viry-Châtillon aussi. Au final, les deux équipes finissent sur le score de 2-2.

Entre une équipe maintenue et une autre à la recherche de cette précieuse quête, le match tardait vraiment à attendre un rythme intéressant. Viry-Châtillon, scolaire et appliqué, dans ses deux lignes de quatre, en défense et au milieu, ne se montrait dispendieux en initiative. Seul Bensaidi brisait cette lame de fonds par une demi-volée manquée aux six mètres (10'). Concarneau n'était pas non plus dans un grand jour, peinant à étirer le bloc défensif adverse. Gourmelon s'essayait pourtant (17'), comme Valérius (26'). Le but adverse restait la meilleure chose pour débloquer un match fermé. Sur un centre venu de la droite, le téléscopage entre le portier Deichelbohrer et l'avant-centre visiteur, Senon, fit le bonheur de Marcilla, qui avait suivi l'action, et se trouvait à la croisée des chemins pour appuyer sa tête dans les filets désertés (0-1, 41').

Bénamara égalise!

L'embrayage était actionné avec un changement de vitesse. Viry-Châtillon voulait se mettre à l'abri avec le rapide Bensaidi (48'). Concarneau campait dans la moitié de surface adverse, sans toutefois bouger les lignes bien resserrées de Viry-Châtillon de son entonnoir axial. La solution ne pouvait venir que d'un coup de pied arrêté. Et sur une balle finement travaillée par l'orfèvre maison, Christophe Gourmelon, le portier Francilien jugeait mal la trajectoire, en repoussant timidement. Benamara d'un plat du pied, remettait les deux équipes à égalité (1-1, 58'). Les locaux étaient bien mieux inspirés dans cette seconde période. Marc Labat faillit prendre l'ascendant en se trouvant à la réception d'un centre second poteau de Benamara (63').

Alors que Concarneau semblait accélérer sur la bonne direction, la machine déraillait en pleine vitesse. Le coaching gagnant du coach adverse, Patty Badjoko, était payant. Gohiri faisait parler sa vitesse et son sens du jeu, pour crucifier par une demi-volée écraséé Deichelbohrer (1-2, 72'). Lopès Tavarès et Gohiri voulaient mettre le KO final dans les minutes suivantes (76', 77'). Dans les cordes, Concarneau parvenait à refaire surface sur un centre d'Arguilhé, à la réception Christophe Gourmelon, qui plaçait sa tête en lucarne (2-2, 82'). Le score ne bougea plus, ponctuant ce match d'un match nul toutefois logique.

Football. CFA. 31ème journée
Arbitres: Nicolas Guillemain assistés de MM. Cargouet et Bienvenu
555 spectateurs
Score mi-temps: 0-1

Concarneau: Benamara (58'), Gourmelon (82')
Viry-Châtillon: Marcilla (41'), Gohiri (75')
Avertissement:
Concarneau: Palut (79')
Viry-Châtillon: Marcilla (90')  
 
  Sur un centre d'Arguilhé à la 82', Christophe Gourmelon plaçait sa tête dans la lucarne pour la seconde éaglisation de l'US CONCARNEAU 

 

Nicolas Cloarec, coach de Concarneau :

" Le scénario a été rocambolesque. Nous n'avons pas fait ce que nous devions faire, ce soir. Il y'a eu trop de joueurs loin de leur forme optimale. Le match nul est un moindre mal car nous étions sincèrement plus proche de la défaite. Je m'excuse même auprès du public, des partenaires et des dirigeants car le contenu global était beaucoup trop approximatif et nous manquions d'envie. Les joueurs sont à classer dans trois catégories: ceux qui sont fatigués, ceux en phase de reprise et certains qui ont été décevants, ce soir. Il faut prendre les bonnes décisions. Casser cette zone installée de confort et remettre de la concurrence. Néanmoins, une soirée comme celle-ci est très enrichissante car l'ensemble reste très fragile. On avance mais insuffisamment. Si on croit qu'on se maintiendra tous les ans en CFA en affichant un tel contenu, on se trompe gravement!."
 

 

Patty Badjoko, coach de Viry-Châtillon:

" Nous sommes repartis avec deux points. C'était l'objectif. L'an passé, nous en avions pris quatre. C'est la copie conforme du match aller où ils étaient revenus deux fois au score. Nous avons notre destin entre nos pieds pour le maintien. Je suis content de notre production, ce soir. On reste sur quatre matchs sans défaite à l'extérieur. Sur la physionomie, nous pouvons même exprimer des regrets légitimes de ne pas être reparti de Concarneau avec la victoire".
 

 

Trégunc maîtrise son sujet

   
  Football. Demi-finale de la coupe JP Gonidec. US Trégunc - US Fouesnant : 7-1  
Compter dans ses rangs une ligne d'attaque de la qualité de Joris Le Roux, David Le Pors, Clément Collorec et Fabrice Lancien est l'assurance d'une finesse, d'une vitesse et d'une force de frappe unique dans les zones principales de décision. En face, Fouesnant (DRH) ne pouvait rien face au rouleau-compresseur maison (7-1).

Appui, contre-appui, Trégunc (DSE) ne voulait pas installer la moindre part de suspense dans cette demi-finale de la coupe Jean-Pierre Gonidec et finale de la coupe de Cornouaille face à l'US Fouesnant (DRH). Sur un mouvement, le latéral Damien Jégou recherchait en appui David Le Pors, qui subtilement dévié à l'aveugle dans la course du latéral. La défense était prise de court et le portier, Julian Le Brusque était battu au cordeau (1-0, 8'). Partir fort avait été le leitmotiv appuyé dans les vestiaires d'avant-match. Trégunc dominait son sujet. Fabrice Lancien, face à ses anciens partenaires, était près de doubler la mise dès le quart d'heure de jeu. La suite s'annonçait superbe. Joris Le Roux faisait mine de temporiser, pour mieux ajuster une sorte de sombrero. L'adversaire effacé, la reprise des 20 mètres en demi-volée trouvait pour la 2ème fois de la journée, les filets de Le Brusque (2-0, 23').

Fouesnant peinait à sortir proprement les ballons, gêné par un pressing agressif des Trégunois. Clément Collorec scellait définitivement la victoire à la 40ème (3-0). Néanmoins, sur l'une de leurs rares offensives, Aurélien Queffelec continuait la série des superbes buts sur un lob plein de sang-froid, ajusté parfaitement (3-1, 45').

Triplé de Lancien et Collorec

La seconde mi-temps confirmait ce scénario. Trégunc maîtrisait sereinement son affaire. Le pressing n'était plus aussi appuyé. Fouesnant avait le temps de se retourner après le premier contrôle. Les pertes de balles faisaient mal au collectif visiteur. Fabrice Lancien tendait la jambe sur un centre altruiste de Collorec (4-1, 48'). Mathieu Le Loch, le milieu de terrain Fouesnantais, enveloppait une frappe qui prenait à contre-pied le portier Kaputa, mais la balle échouait au pied du poteau (66'). Trégunc finissait fort avec Collorec (5-1, 71) et un triplé de Fabrice Lancien (6-1, 7-1, 79', 89').

Finale de la coupe de Cornouaille. Trégunc (DSE) - Fouesnant (DRH)
Arbitres: Mr Coiet (Rosporden) assistés de MM. Jean-François Peron (Trégunc) et Julien Deblauwe (Fouesnant)
314 entrées payantes
Score mi_temps: 3-1

Trégunc: Damien Jégou (8'), Joris Le Roux (23'), Clément Collorec (40', 71'), Fabrice Lancien (48', 79', 89')

Fouesnant: Aurélien Queffelec (45').  
 
  L'US Trégunc (DSE) est le vainqueur de la coupe de Cornouaille 2012/2013. Crédit photo : René RIOU
 
 

 

Greg Bello, coach de l'US Trégunc:

" Nous avons continué à faire tourner l'équipe. Nous nous étions faits sortir à ce même stade de la compétiton, l'an passé, par les Paotred Dispount (DSR). Nous ne voulions pas reproduire pareille mésaventure. On a été sérieux jusqu'au bout. Les joueurs sont récompensés de leur investissement". Crédit photo DR.
 

 

Arnaud Tréguer, capitaine de l'US Trégunc:

" Dès le départ, nous avons montré de l'envie. On voulait marquer vite dans ce match pour ne pas douter. Nous sommes au-dessus de notre tarif maison à domicile (4-1). La coupe n'est pas un objectif au départ. Elle sert surtout à ne pas perdre le rythme de la compétition. En finale, on espère afficher ce même sérieux". Crédit photo DR.
 

 

Alban Huitric, coach de l'US Fouesnant:

" On a payé cash toutes nos erreurs. Nous avons eu trop de déchet dans le jeu pour rivaliser face à une très forte équipe de Trégunc. A chaque erreur de notre part, il y'a eu un but". Crédit photo DR.
 

 

Qui seront les heureux élus?

   
  Football. Demi-finale de la coupe du conseil général. Dimanche 15h: Gourlizon (D1) - Camaret (D1), Bannalec (D1) - Quimper Italia (D1) 
Bannalec, Quimper Italia, Gourlizon, Camaret, le carré d'as de la compétition reflète bien une hiérarchie dans le district. Hormi Landeleau (D2), battu aux tirs au but à Bannalec (0-0, 4-3), l'élite du district a tenu le haut du pavé dans cette compétition. Bannalec et Gourlizon auront l'avantage de recevoir, Camaret et Quimper Italia ont les dents longues pour créer la surprise. Le point avec les quatre entraîneurs.

L'honneur revient au tenant du titre, Gourlizon Sports, vainqueur à Bel Air en finale de Pont l'Abbé B (4-3). L'entraîneur des "rouge et noir", Jean-Pierre Flochlay, parle d'un match équilibré face à Camaret. " Nous sommes 3ème de notre poule, eux aussi. Nous les avons déjà joués et battus de justesse à deux reprises 1-0 en coupe. On espère reproduire cette performance sur notre terrain. Ca a toujours été des rencontres équilibrées. La défaite face à Plogonnec nous retire de la 2ème place finale en championnat. La coupe est une récompense de la saison. Une fois arrivé en demi-finale, on se prend au jeu de la gagner. On récupère Thibault Le Brun et Stephane Barré, avec un doute sur la participation de Aurélien Le Berre".

Pour Mickaël Sevellec, l'entraîneur-joueur de l'AS Camaret, éloigné des terrains depuis deux mois, pour une entorse, la motivation est bien présente, après la grosse déception du week-end dernier face à Landrévarzec. " On passe à travers, dimanche. Avec les cinq descentes de PH en D1 des clubs du Sud-Finistère, la 2ème place risque d'être synonyme de montée. On avait la possibilité de la reprendre sur Plonévez du Faou, mais nous avons manqué trop d'occasions. Nos adversaires ont été beaucoup plus réalistes", souligne-il.

" Nous avons connu un gros trou de dix matchs sans victoires de trois mois durant l'hiver. Nous allons chercher à nous qualifier pour cette finale. Ca ferait du bien dans les têtes. On se souvient encore de la finale jouée et perdue dans les arrêts de jeu face au FC Odet, en 2007, à domicile. Ce jour-là, il y'avait eu 500 spectateurs".

Au complet, Camaret pourrait bien jouer les troubles-fêtes dans un match où Gourlizon part avec une légère avance.  
 
  Dans l'autre demi-finale, Bannalec surfe sur une saison réussie: 1ère place dans le groupe C D1, 2ème place en B, synonyme de montée en D2 avec cinq points d'avance, et demi-finaliste de la coupe du conseil général. Le coach Laurent Suignard, ne veut pas faire de choix entre la coupe et le championnat. " Le groupe est compétiteur. La fin de saison est des plus palpitantes avec ce dernier match à Scaër (2ème, 57 points). La montée n'était pas la priorité. Nous avions souffert face aux Scaërois au match aller (0-2, doublé de Benoît Duval). On s'appuie sur une grosse défense (7 buts encaissés sur la poule aller). Le Quimper Italia est très fort individuellement. Ca sera un bon match! Nous avons battu le Quimper Penhars (2-1). Nous avions fait un très bon match. Je place le Quimper Italia au même niveau que cette équipe. Il faudra être très fort pour passer. J'ai deux joueurs, ma charnière qui sont passibles de suspension. Nicolas Duval et Alan Cueff, mon interrogation porte principalement sur les faire jouer ou pas".

L'entraîneur des "Azzuris", Jean-Jacques Le Lay, reste sur une série convaincante depuis son arrivée en cours de saison. Pas encore sauvé de la relégation, le Quimper Italia a vécu une saison agitée. Avec deux défaites au compteur en 2013, l'équipe peut se qualifier pour la première fois de son histoire pour une finale. " Des quatre équipes encore en compétition, Bannalec est l'équipe la plus forte. C'est le plus gros tirage! Je les ai ai joués deux fois quand j'étais entraîneur de l'Hermine Concarneau. Nous avions gagné à deux reprises. J'ai pris mes renseignements sur cette équipe. Nous n'avons rien à perdre. Nous ne sommes pas les favoris. Je sens que le groupe a envie d'aller goûter à une finale de coupe. Mehdi Chouffe et Loïc le Loupp (contracture cuisse) sont incertains pour dimanche".  
 

 

Alves/ Messi: la simplicité dans la difficulté

Football. Ligue des champions. Paris SG - Barcelone. : L'art de faire paraître simple les choses difficiles, le FC Barcelone résume au mieux cette philosophie. Pour arriver à ce résultat, il faut des milliers d'heures de travail. Et encore, seuls les génies y arrivent au bout. Un supporter au Parc des Princes a pris de son smart-phone, cette vidéo de Dani Alvès et Leo Messi à l'échauffement. Superbe! (merci à Anthony Le Pape, pour le lien fb).

 

 

L'US Clohars-Carnoët sort en 16ème de finale

   
  Football. Coupe de Bretagne Clohars Carnoët - Stade Brestois C : 1-2 
  Face à une équipe de Brest C, fortement remaniée, avec seulement quatre titulaires de la DSE, Clohars-Carnoët (PH) a bien défendu ses chances mais les visiteurs jouaient un ton plus juste (1-2). Il ne reste plus que Plobannalec-Lesconil, comme unique représentant, pour le Sud-Finistère, dans cette coupe de Bretagne .

La maîtrise technique était dans le camp des visiteurs, qui se montraient plus sereins dans l'utilisation de la balle. Les décalages se faisaient naturellement. Ballard (11'), Allot (12') et un centre du latéral droit, Bikei (18'), mettaient à contribution l'excellent portier Cloharsien, Sébastien Lannon. Néanmoins, Clohars était une équipe de coupe. Déjà tombeur du FC Quimperlé en coupe de France (2-1) et du Quimper Kerfeunteun FC (2-0), en coupe de Bretagne, les locaux étaient près pour une 3ème tête à leur tableau de chasse. Sur un coup-franc finement joué, Goalen puis Duclos passaient le premier frisson dans une défense Brestoise, soudainement friable dans sa concentration (30'). La menace s'était fait sentir pour ne pas éveiller l'attention des Brestois, qui goûtaient modéremment à ce jeu d'esprit. Ballard trouvait encore Lannon sur la trajectoire mais Allot suivait pour projeter dans la cage vide, le ballon (0-1, 35').

Clohars rate sa chance

Avec un ajustement en défense centrale avec l'entrée de Jérémy Perdoux, Clohars était remonté d'un cran sur le terrain. La récupération plus haute, les possibilités devenaient supérieures. Le très actif, Pierre Duclos s'essayait sans succès. Brest faillit plier l'affaire par un poteau de Coulombe (57'). Clohars avait la balle de l'égalisation au bout du pied mais Robino ne "brossait" pas assez son intérieur dans une cage pourtant vide, suite au contre de Duclos sur le portier Cabioch (57'). Le meneur de jeu, Goalen avait encore avec une reprise sèche l'occasion de remettre les compteurs à égalité mais Julien Cabioch se coucha rapidement sur son côté gauche (73').

Les Brestois jouaient avec le feu en baissant de présence au milieu de terrain. Sur un contre, le remuant Rodrigue Quinquis ajustait parfaitement son tir pour tromper Lannon (0-2, 75').

Le moral prit un coup, du côté local. Le baroud d'honneur de Clohars sonnait dans les dernières minutes, après un pénalty converti de Morgan Goalen (88'). Pour les locaux, cette réduction au score pouvait laisser place à des regrets car le coup apparaissait jouable sur les occasions, en cette seconde mi-temps.

16ème finale de la coupe de Bretagne.
80 spectateurs
Arbitre: Mr Philippe Daniel (Pleuven) accompagnés de MM. Simon Le Roux (Leuhan) et Joseph Moal (Spézet)
Score mi-temps: 0-1

Buteurs:
Clohars-Carnoët: Goalen (88, sp)
Brest C: Allot (35'), Quinquis (75')
Avertissements:
Clohars: Le Thoer (52')
Brest C: Chalm (32'), Hilliou (87')  
 
  LA RÉACTION DES COACHS :

Laurent Le Flecher, coach de Clohars-Carnoët: " Nous étions fortement amoindris sans 6 à 7 titulaires de la première. Il n'y a pas à rougir de cette défaite. On fait un bon match avec huit joueurs de l'équipe réserve, leader en D2. Il y'a deux ans, avec cette même équipe, nous aurions pris l'eau face à Brest. C'est un signe fort d'une progression du club"

Laurent Kerdilès, coach de Brest C: " On retiendra la qualification et on va oulbier le match, qui a été très moyen, sinon mauvais de notre part. On se met en danger tout seul. Je n'ai pas passé une bonne après-midi. En terme de jeu, nous avons été clairement en-dessous " 

 

Laurent Le Flecher, coach de Clohars-Carnoët:

" Nous étions fortement amoindris sans 6 à 7 titulaires de la première. Il n'y a pas à rougir de cette défaite. On fait un bon match avec huit joueurs de l'équipe réserve, leader en D2. Il y'a deux ans, avec cette même équipe, nous aurions pris l'eau face à Brest. C'est un signe fort d'une progression du club"
 

 

Laurent Kerdilès, coach de Brest C:

" On retiendra la qualification et on va oulbier le match, qui a été très moyen, sinon mauvais de notre part. On se met en danger tout seul. Je n'ai pas passé une bonne après-midi. En terme de jeu, nous avons été clairement en-dessous " 

 

Concarneau fait un pas vers le maintien

   
  Football. CFA. US Concarneau - Stade Bordelais UC : 3-2 
  Et de cinq! La victoire ajoutée à la manière est venue ponctuer cette rencontre face au Stade Bordelais. Même si la pression d'un retour a été contestée jusqu'au bout par le Stade Bordelais, Concarneau a fait le nécessaire pour vaincre. Le maintien est en bonne voie (3-2).

Le maintien, si ardemment convoité, devait prendre encore plus son chemin, après ce match face au Stade Bordelais. La ligne droite, tout schuss, semblait être l'emprunt voulu pour les Thoniers. Dès la 5ème minute, le duo Gourmelon/Viel se mettait en place. La patte gauche du premier déposait le cuir pile sur la tête du second pour un cas d'école (1-0, 5'). Bordeaux quémandait un pénalty non sifflé sur Dia (11'). La maîtrise du ballon était Concarnoise. Parfaitement en place, avec une utilisation maximale de la largeur du terrain, les locaux se signalaient encore par Labat (20') et une demi-volée de Koré (28'). Logiquement, Concarneau doublait la mise par une frappe sèche ras du sol de Valérius, suite à une action de brio en solo (2-0, 40'). Le profit certain n'était cependant pas capitalisé. Le portier Concarnois, Jérémy Deichelbohrer semblait avoir fait l'arrêt décisif dans son face à face contre Janin (41'). Sur l'ultime corner, Bordeaux refaisait une partie de son retard par De Gea (2-1, 45').

Le match devient fou en cinq minutes

Mal rentré dans cette seconde mi-temps, Concarneau se mettait à donner des signes de retour au Stade Bordelais. Toujours sur corner, ces derniers ressortaient leur synopsis préféré avec une tête premier poteau de Niang. Un parfait copier-coller du premier but!

L'arroseur se faisait prendre à son propre jeu. Ce match était décidément une histoire de coup de pied arrêté. Tel le Stade Bordelais, les Concarnois reprenaient la tirade du 1er but. Au coup-franc, Gourmelon, à la réception Viel. La réplique trouvait alors un acteur inattendu avec Labat, qui avait tout compris en suivant la tête de Mathieu Viel pour ajuster sèchement par une parfaite reprise maîtrisée Thomas Valverde (3-2, 58').

Bordeaux voulait à nouveau revenir à hauteur et en avait la possibilité par Dupuy et Dia (66', 68'). La rencontre était de qualité et haletante jusqu'au bout tant les Bordelais manifestaient l'envie d'un partage de points. A force de reculer dans le jeu, les corners s'accumulaient dangereusement en fin de partie. Les dernières minutes furent crispantes pour l'assistance. Le coup de sifflet de Olivier Esneu était vécu comme une libération pour les Thoniers, au terme d'un vrai bon match de foot (3-2, 90').

CFA. Football. 25ème journée
615 spectateurs
Arbitre: Mr Olivier Esneu
Score mi-temps 2-0

Concarneau: Viel (5'), Valérius (40'), Labat (58')
Stade Bordelais: De Gea (45'), Niang (55')

Avertissement:
Concarneau: Gourmelon (68'), Drouglazet (73')
Bordeaux: Diakhaté (70'), Dupuy (86')

Concarneau: Deichelbohrer, Benamara (puis Drouglazet, 63'), Gegousse, Jannez (cap), Viel, Clement, Valerius, Ilien, Gourmelon (puis Sinquin, 70'), Labat, Koré (puis Arguilhé, 59')

Stade Bordelais: Valverde, Didion (puis Roumazeilles, 73'), Diakhité, Diaby (puis Barata, 61'), Belbachir, Moudio, De Gea, Janin (puis Moisan, 61'), Dupuy (cap), Dia, Niang  
 
  A la lutte avec Diatta, Herman Koré aura le dernier mot, tout comme ses coéquipiers. 
 
  La patte gauche caviar de Christophe Gourmelon a fait merveille dans le jeu des Thoniers. 

 

Nicolas Cloarec, coach de Concarneau :

" Cette victoire est importante! Nous avons une semaine cruciale. Si nous nous rapprochons des 12 points engrangés, le maintien ne sera plus très loin. Nous avons maîtrisé ce match jusqu'à 2-0. Il y'a deux tournants, dans ce match, un nous a été défavorable avec leur réduction du score juste avant la mi-temps et un autre favorable avec le 3ème but de Marc Labat qui intervient par bonheur peu de temps après leur égalisation. On savait cette équipe Bordelaise efficace offensivement mais moins à son aise sur le plan défensif. Ca s'est confirmé, ce soir. Nous ne sommes pas loin du système idéal, pensé et réfléchi dans notre période de recrutement à l'intersaison même s'il n'est pas figé. On jouera mercredi à Viry-Châtillon, dans un match en retard, sans Marc Labat, Sébastien Clément, Guillaume Jannez et Laurent Palut. Notre victoire face à Bordeaux nous donne le droit d'y aller pour ne pas perdre et non pour gagner à tout prix. Ce soir (samedi), nous pensons fortement à Laurent (Palut) et sa compagne Delphine. Cette victoire est pour eux!".
 

 

Laurent Dauriac, coach du Stade Bordelais:

" Nous sommes battus logiquement. Nous avons produit beaucoup de jeu, plus que lors de nos précédents déplacements. Nous avons des problèmes récurrents depuis le début de saison sur les coups de pied arrêté. C'est regrettable de ne pas repartir de Concarneau avec le partage des points. J'ai mis en place une équipe offensive car avec le retour de mes défenseurs centraux, Didion et Diatta, je pouvais me le permettre. Ce sont des joueurs costauds dans les duels. On ne prend d'ailleurs qu'un but sur une situation de jeu en mouvement. Concarneau? Nous ne sommes pas étonnés. Ce championnat de CFA est faussé avec les longs déplacements. Quand ils sont venus chez nous, ils n'avaient pas de jambes avec la fatigue de leur voyage. On ne se cherche pas d'excuse cependant car nous avons voyagé dans de très bonnes conditions. Nous avions beaucoup de jus, ce soir. La défaite est méritée. J'ai des tricheurs dans cette équipe. Je ne veux pas mâcher mes mots. On les prévient d'être fort dans les duels aériens. Certains se cachent et ne jouent pas le jeu. On encaisse encore deux buts sur coup de pied arrêtés. C'est malheureux mais nous ne sommes pas armés pour endurer les exigences de ce championnat de CFA" 

 

Glwadys donne le coup d'envoi

   
  Football. RC Porzay. D1, poule A 
  Dans le cadre de la journée de la femme du 8 mars, la Fédération Française de Football avait demandé que les coups d'envoi sur les terrains soient effectués par une féminine du club. Le Racing Club de Porzay a appliqué à la lettre, la consigne nationale, bien relayée par le district du Finistère-Sud, en faisant donner le coup d'envoi par sa plus jeune spectatrice, Gwladys. première supportrice de son papa qui joue en équipe A. Elle a d'ailleurs porté chance aux joueurs du Porzay car ces derniers se sont imposés face à Camaret, 4-2 grâce à un doublé de Jonathan Derouet, un pénalty de Thomas Lagadec et une autre réalisation de Enzo Le Menn.  
 
  Gwladys a donné le coup d'envoi, dans le cadre de la journée de la femme du 8 mars. 

 

Le diesel Concarneau vrombit trois fois.

   
  CFA. US CONCARNEAU - CAEN B : 3-0 
Hormis l'accroc à Romorantin (3-1), Concarneau reste sur une période fructueuse en points. La réserve de Caen est arrivée avec l'ambition d'un rapproché au classement. Elle repart bredouille, avec un passif alourdi de trois buts. L'opération est belle. La victoire aussi (3-0).

A quatre points de leur adversaire (16ème, 45 points), Caen voulait raccrocher le wagon point à une unité de Concarneau. Leur début de match plaidait en ce sens. Heureusement, le portier Concarnois, Jérémy Deichelbohrer, sortait l'arrêt décisif sur son face à face devant Koné. Son plat du pied trouvait la jambe du gardien, l'arrière latéral, Guillaume Gégousse se sacrifiait en seconde lame pour stopper la nouvelle tentative de Jonathan Beaulieu (4'). Il sortait d'ailleurs dix minutes plus tard, suite à ce dévouement personnel pour le collectif. L'armoire Normande, Traoré, à la pointe de l'attaque, misait sur sa force pour armer une frappe puissante des 30 mètres, repoussée par Deichelbohrer (8').

Le cap de la frayeur passé, Concarneau s'installa dans la partie. Il y'avait du mieux dans les transmissions et la récupération. Les solistes Concarnois ne parvenaient néanmoins à briller face à la garde rapprochée de M'Bone et Musayu-King. A la 36', Concarneau se procura une sérieuse opportunité d'ouvrir la marque avec Koré, seul aux 6 mètres, qui choisissait, sur un centre parfait de Valérius, une tête piquée plutôt que de la smasher dans les filets de Bosmel (36').

Le pli était pris, cependant. Et la balance pencha nettement en faveur des Concarnois, suite à l'ouverture du score grâce au trident magique, Labat, Koré, Gourmelon. Un jeu en triangle orchestrée à sa juste mesure, qui voyait une apothéose sur une frappe sèche du dernier dépositaire de la note finale (1-0, 42').

Caen KO en trois minutes

Attendre ou placer la banderille fatale? Le matador Concarnois se transforma en picador pour mettre en place l'estocade finale des Normands. Mathieu Viel sortait de son rôle de libéro pour jouer un bien mauvais tour à ses anciens partenaires du Stade Malherbe en ajustant une tête qui prit une forme curvée pour se loger dans la lucarne adverse (2-0, 52'). Même pas la peine de se remettre de cette avance que Herman Koré sortait le geste de cette partie. Une balle levée pour lui-même aux 30 mètres suivie d'une reprise parfaite, le public saluait le maestro de l'USC par l'intermédiaire de ce geste de classe et d'instinct (3-0, 55').

Encore sur le pont, mercredi prochain, à Viry-Châtillon, Nicolas Cloarec, le coach Concarnois, intelligemment, décida de faire tourner ces cadres offensifs, comme Koré ou Gourmelon. Sans que ça n'incombe au rendement Thonier. Labat (73') et Sinquin (75') avaient une chance d'alourdir la marque. Sans se mettre en danger inutilement, Concarneau contrôlait cette seconde mi-temps. Le portier n'avait rien à exécuter de spectaculaire en 2ème mi-temps, preuve d'une maîtrise supérieure portée par une avance devenue confortable au fil des minutes (3-0, 90').

CFA. 23ème journée. Concarneau - Caen B 3-0
Score mi-temps: 1-0
520 spectateurs
Buteurs: Gourmelon (42'), Viel (52'), Koré (55').
Avertissements:
Caen B: Benmansour (36'), M'Bone (80'). 
 
  Marc Labat et Herman Koré ont été deux grands artisans de la victoire confortable de l'US Concarneau face à Caen B (3-0).  

 

Nicolas Cloarec, coach de Concarneau:

" Compte-tenu que Caen était un concurrent direct au maintien, c'est une bonne opération. J'avoue qu'au bout d'un quart d'heure, je n'en menais pas large mais l'équipe s'est bien reprise. Nous avons été solide et sérieux. Mercredi, pour des raisons professionnelles, nous devrons évoluer face à Viry-Châtillon pour notre match en retard sans Sébastien Clément, Guillaume Jannez et Marc Labat"
 

 

Philippe Tranchant, coach Stade Malherbe de Caen

" On demande à nos jeunes d'appliquer ce qu'ils apprennent au centre de formation. Ils l'ont fait pendant 15 minutes. Après, ça sortait complètement du cadre. En face, c'est solide et cohérent. C'est clairement notre plus mauvais match de notre saison".
 

 

Le plateau complet des équipes engagées

   
  Mondial Pupilles 2013. Le plateau complet de la 28ème édition.
 
72 équipes masculines réparties sur neuf groupes, 8 ou 9 formations féminines sur le centre de Quimper, le tirage au sort par centre du 28ème mondial pupilles (9 au 12 mai) a été effectué, ce vendredi soir, à la salle Salvador Allende de Pluguffan. En lumière, un plateau renouvelé par 16 nouvelles équipes étrangères, dont la première participation du Liban (AB Beyrouth), de Haïti (AS Truitier) et de la Martinique ( ASC Emulation Schoelcher). La ligue 1 sera représentée par huit clubs, 27 équipes étrangères seront présents au total: 5 Brésiliennes, 3 Canadiennes, 3 Russes.

Centre de Combrit:
RSC Anderlecht (Belgique), Minsk (Biélorussie), RAC Mons (Belgique), AC Beyrouth (Liban), Montpellier Hérault, ES Wasquehal, Graffenhausen (Allemagne), Sélection du Poher, Sélection Combrit Sainte-Marine

Centre de Douarnenez: Jet Mada Tannanarive (Madagascar), FC Noguinsk (Russie), Capital United Ottawa (Canada), Sainte-Catherine Buenos Aires (Argentine), AS Nancy Lorraine, Le Havre AC, Tarbes Pyrénnes, Saint-Nazaire, Sélection de Douarnenez

Centre de Gourlizon Plonéis: Standard Liège (Belgique), Dynamo Moscou (Russie), Ottawa Fury Soccer (Canada), Prolozac (Croatie), Stade Rennais, Toulon Var, ASC Emulation Schoelcher (Martinique), Orvault, Sélection GPGP

Centre de Penmarc'h: Académie Mohamed VI Rabat (Maroc), Capao FC Sao Paulo (Brésil), FC Brussels (Belgique), Drumchapel (Ecosse), AS Saint-Etienne, FC Tours, Sélection de Guyane, US Concarneau, Sélection Bigoudène

Centre de Plogastel: Dynamo Kiev (Ukraine), Vila Nova Passo (Brésil), Servette Genève (Suisse), AS Truitier (Haïti), Stade Brestois, Trélissac, FC Geispolsheim, Ville de Quimper, Sélection Plogastel Saint-Germain

Centre de Plomelin: Ecole Pape Sarr (Sénegal), C Fut Talentos Sao Paulo (Brésil), Dilbeek Sport (Belgique), Pays d'Hateg (Roumanie), Evian Thonan Gaillard, Vannes OC, Crymych (Pays de Galles), AS Ginglin Cesson, AS Plomelin

Centre de Pluguffan: Selection Moscou (Russie), FC Rostrenen, Lideranca Sao Paulo (Brésil), KAEC Marrakech (Maroc), Académie Sports Bejaia (Algérie), Olympique Lyonnais, SM Caen, RC Joinville, Sélection Pluguffan

Centre de Primelin: Maccabi Haifa (Israël), Selection Parana (Brésil), Nepean Hot Spurs (Canada), Jersey (Royaume-Uni), FC Lorient, EA Guingamp, Perpignan Le Canet, AS Dirinon, Sélection du Cap Sizun

Centre de Quimper, tournoi féminin: Olympique Lyonnais, Montpellier Hérault, EA Guingamp, Le Mans FC, Kassel (Allemagne), La Vitréenne, Condé-sur-Noireau, Sélection de Quimper. 
 

 

Préparer la rencontre contre Lyon

   
  Football. Le Stade Brestois en stage de récupération à Bénodet 
Défait au Moustoir, en huitième de finale de la coupe de France (3-0), le Stade Brestois est arrivé, ce mercredi soir sur Bénodet. Jusqu'à samedi 15h30, ils seront dans le Sud-Finistère afin de préparer au mieux un match décisif face à l'Olympique Lyonnais, dimanche à 14h.

Vite arriver à la barre des 42 points sera le but premier de Brest, dans ces 12 derniers matchs en ligue 1. Avec 28 points, le Stade Brestois devra récolter encore 14 points supplémentaires. Avant d'aborder la dernière ligne droite de la saison, les joueurs de Landry Chauvin se ressourcent sur Bénodet. " Ce n'est pas une mise au vert mais plus un stage de récupération. Nous avons profité de notre match en semaine sur Lorient pour venir dans le Sud-Finistère. On sort d'un bon match à Bordeaux, on fait une bonne heure de jeu à Lorient. Encaisser le premier but sur un coup de pied arrêté est un regret. Après, nous nous sommes trop précipités dans notre jeu", souligne Landry Chauvin.

Séance ouvert au public, ce vendredi à 14h au stade.

En récupération et en soin, ce jeudi, les remplaçants et non entrés en jeu, face à Lorient, ont fait un entraînement au stade Bouilloux Laffont à 14h. Les autres ont enjambé un VTT pour faire une sortie en plein air. Un entraînement grand public est organisé, ce vendredi à 14h, avec une séance dédicaces pour les posters, prévue vers 15h-15h30. " Nous sommes sur Bénodet jusqu'à samedi après-midi. Dès notre dernier entraînement, à 14 h, nous remonterons sur Brest. Comme nous jouons Lyon à 14h, nous avons programmé les séances à cette même heure avec un déjeuner à 11h. Lyon aura plus de fraîcheur comme ils n'ont pas joué en coupe de France en semaine", rajoute Landry Chauvin.

Un fossé énorme entre la ligue 1 et ligue 2.

Pour sa première année en Ligue 1, après une expérience de 5 ans en ligue 2, trois à Sedan et deux à Nantes, Landry Chauvin revient sur ce fossé qui sépare cette division avec la ligue 2. " La qualité de jeu, l'engagement, le fossé est énorme entre la ligue 1 et la ligue 2. Nous sommes beaucoup plus sollicités à l'extérieur. Il faut savoir déléguer et faire confiance au staff. C'est capital dans la durée. Parfois, en tant qu'entraîneur, nous sommes plus performants dans une phase d'observation d'une séance qu'en la dirigeant. A Brest,nous avons une équipe de 10 personnes dans le staff technique et médical"  
 
  A l'hôtel Kermor, à Bénodet, le Stade Brestois passe à table, après une journée passée entre oxygénation et récupération du match de la veille face au FC Lorient. 

 

" Fixer de buts, indispensable à la progression"

   
  Football. Intervention de Régis Le Bris, directeur du centre de formation du FC Lorient 
Ce lundi soir, au centre du Juvénat de Châteaulin, Régis Le Bris, le responsable du centre de formation du FC Lorient, intervenait devant les éducateurs du Finistère. Réuni par l'amicale présidée par Pascal Razer, le brassage s'est fait large sur les différentes composantes, qui amènent un jeune au plus haut niveau professionnel. Garant d'un équilibre entre l'homme, l'élève et le footballeur, le FC Lorient propose son approche de la formation des jeunes.

Comment arriver à faire de la formation de très haut niveau sans renier ses valeurs? Cette question a fait l'objet d'une réflexion globale au FC Lorient. " Sur dix jeunes d'un centre de formation, seulement 1 à 3 réussiront à jouer en ligue 1. Que faire des 90% à 70% restants, qui joueront dans des ligues inférieures. Dans certains clubs, le football est hypertrophié par rapport à l'éducation morale, aux valeurs du respect et à la scolarité. Le résultat en football n'a aucune importance, chez les jeunes jusqu'à ses 17 ans".

Le respect, le travail, le collectif et la responsabilité sont les quatre grands axes travaillés par le FC Lorient. Indispensable mais pas suffisant pour bonifier le travail des éducateurs. " Le danger dans la formation est l'année post-bac car un espace d'oisiveté se crée. Le jeune, qui ne consacre qu'au football, perd ses repères et son cadre. Pour ne pas rompre, 10 de nos jeunes de 18 à 20 ans suivent en parallèle des études de langues ou un BTS MUC (management unité commerciale). Ca leur permet de sortir de leur cadre du football et de continuer à avoir des horaires fixes, hors d'entraînement".

La filiation avec le Barca

La préparation mentale et la connaissance de l'être humain ont été abordé en longueur. La fixation de buts apparaît comme une conviction de Régis Le Bris. " L'effet bénéfique de la fixation de buts est une idée à laquelle j'adhère pleinement. De savoir la direction entreprise amène un rehaussement palpable de la confiance en soi du joueur, une diminution de son anxiété et une auto-satisfaction renforcée. Il se décline dans le résultat de mon équipe, la performance individuelle et le comportement spécifique de l'individu. Au FC Lorient, nous plaçons l'idée du collectif, au-dessus de tout. Le plaisir du football n'est pas individuel, il est le fait d'un partage et d'une création".

Le FC Lorient trouve un modèle dans le Barca. Les passerelles sont évidentes et à peine masquées par Régis Le Bris. Si Christian Gourcuff, le coach du FC Lorient voue une profonde admiration pour le Milan AC d' Arrigo Sacchi et son modèle de pressing constant et collectif, à la fin des années 80 et début des années 90, la filiation avec le Barcelone se fait plus prégnante avec l'éthique du FC Lorient. " Notre semaine de travail avec les U17 se fait par un exercice de jonglerie. Seul deux de nos jeunes sont parvenus au bout d'un parcours de six ateliers. Les jeunes de Barcelone (la Masia, centre de formation du FC Barcelone) n'ont qu'un entraînement par jour de 18h à 20h. Leur capacité à pratiquer leur jeu, quelque soit l'évènement, est admirable. Il reste fixe à une logique et à un projet de jeu".

Au cours de deux heures d'entretien, les éducateurs Finistériens ont écouté le process d'un directeur de centre de formation professionnel. Né à Pont l'Abbé, joueur au Stade Rennais et Stade Lavallois, Régis Le Bris applique une rationalité au football, tout en laissant une part de liberté aux joueurs dans les comportements et les attitudes en matchs. Le FC Nantes, autre modèle et apôtre du dogme du collectif, avait fait du jeu sa marque de fabrique avec les José Arribas, Jean Vincent, Jean-Claude Suaudeau et Reynald Denoueix. Dans la filiation, le FC Lorient avec Christian Gourcuff et Régis Le Bris déposent leur vision idéale du football. Cette démarche commence par l'individu pour se fondre dans un collectif, qui respire d'un seul cerveau. De l'intérêt individuel à un idéal collectif, le FCL avance avec ses valeurs.  
 
  Lundi soir, le directeur du centre de formation du FC Lorient, Régis Le Bris est intervenu longuement face aux éducateurs de football du Finistère.  

 

Le tirage au sort des deux coupes effectué

 
Les matchs de la coupe Gonidec. Les matchs seront joués le dimanche 3 mars  
- AS Melgven (DRH) - US Tregunc (DSR)
- FC Quimperlé B (DSR) - Clohars-Carnoët (PH)
- AS Telgruc/Mer (DRH) - FC Gourin (PH)
- US Fouesnant (DRH) - FC Châteaulin (DRH)
- US Landudec Guiller (D3) - AS Plobannalec-Lesconil (DSR)
- Stella Maris (DSE) - Camaret (D1)

Exempt: FC Pont l'Abbé (DSR)  
Le tirage de la coupe du conseil. Les matchs seront joués le dimanche 3 mars  
- Landeleau (D2) - Châteaulin B (D2)
- Motreff (D2) - EA Scaër (D1)
- Kerlaz Sports (D2) - Stella Maris B (D1)
- Plogastel SG (D1) - US Quemeneven (D1)
- Ergué-Gabéric (D1) - Quimper Italia (D1)
- Bannalec (D1) - Mellac (D1)

Clubs exempts: Camaret (D1), FC Quimper Penhars (D1), AS Plomelin (D1), Tréméoc (D2), Gourlizon (D1) 

 

Le Trepuel crucifie Coray

   
  Coupe de Bretagne. Coray - Pluvigner : 0-2
 
  En 32ème de finale de la coupe de Bretagne, les Glazicks de Coray (PH) étaient confrontés à un gros morceau en recevant à Poullen, les Kériolets de Pluvigner, leader en DSE. La logique a prévalu malgré l'envie des locaux de faire l'exploit (0-2)

En milieu de tableau de PH, Coray partait pour un sacré défi. Mais en bonne équipe de coupe, le challenge n'était pas pour déplaire aux Glaziks, qui voulaient compenser par l'envie et l'agressivité. Surtout que Pluvigner ne s'étaient déplacés qu'à douze joueurs, afin de permettre à l'équipe réserve de jouer au complet, dimanche en championnat de PH. Marquer vite semblait être la priorité recherchée. Au bout de 12 minutes, les visiteurs frappaient les premiers avec une faute dans la surface sur Ruyet. Le Trepuel convertissait le pénalty en prenant à contre-pied le portier local, Perez (0-1, 12'). Accrocheurs, les Glazicks réagissaient par une frappe au sol, de Florent Le Du, captée sans problème par Belz (25'). Pluvigner essayait d'alourdir la marque pour plier ce match à la mi-temps mais Le Guen envolait trop sa frappe (28'). Même dominé dans la maîtrise de la balle, Coray misait sur les coups de pied arrêté pour revenir à hauteur. Hascoët servait Suignard mais sa tête n'était pas suffisament apputyé pour battre Belz (38').

Coray se fait piéger

En seconde période, Coray rehaussait son agressivité. Plus présents dans les duels et plus proche du porteur de balle, les Glazicks avaient de bonnes séquences et pouvait espérer rejoindre au score Pluvigner. Mais ces derniers avaient l'expérience pour laisser passer l'orage. Et par ce diable de Le Trepuel, qui partait sur son côté, jouait pour lui, en misant sur un grand pont de 20 mètres. Tout le monde croyait au hors-jeu mais le meneur de jeu des Keriolets suivait le ballon jusqu'au bout pour crucifier les Glazicks en ajustant du plat du pied Perez (0-2, 74'). Le rythme baissait d'un ton. Le plus dur était fait pour Pluvigner qui se qualifiait pour les 16ème de finale de la coupe de Bretagne.

32ème finale de la coupe de Bretagne. Coray (PH) - Pluvigner (DSE) 0-2
Stade Poullen. 85 spectateurs
Score mi-temps: 0-1
Buteurs: Le Trepuel (12', sp, 74') 

 

Erwan Gourlaouen, entraîneur-joueur de Coray:

" Nous avons retrouvé de l'engagement. Nous restions sur deux lourdes défaites face à Gourin (5-2) et Plouay (1-5). Nous avons changé pas mal de choses sur notre composition. Je retire beaucoup de satisfactions face à une équipe leader en DSE. On aurait même mérité de marquer un but. L'équipe est jeune avec 22/23 ans de moyenne. Nous devons afficher ce même état d'esprit dans deux semaines face à Edern, qui sera un match décisif pour le maintien"
 

 

Philippe Plunian, coach de Pluvigner:

"Coray nous a donné du fil à retordre. On ne fait pas un bon match mais nous gagnons. Même en étant très moyen, l'équipe a progressé. Je n'ai pas aimé notre 1ère période. Coray a fait jeu égal. On était mieux en 2ème période. Face à une équipe qui jouait avec beaucoup de volonté, nous gagnons difficilement. L'essentiel en coupe reste la qualification. Ca permet à nos jeunes d'emmagasiner de l'expérience"
 

 

Le plateau complet des équipes engagées

   
  Mondial Pupilles 2013. Le plateau complet de la 28ème édition.
 
Même si le tirage des poules sur les différents centres aura lieu, vendredi 1er mars, à Pluguffan, le plateau complet du mondial pupilles 2013, est finalisé. Il y'a encore une interrogation sur la dernière équipe féminine engagée sur le centre de Quimper. Découvrez ci-joint les équipes qui participeront à la 28ème édition.

Liste des équipes engagées 2013:

1- ANDERLECHT (Belgique, vainqueur en 2012)
2- Maccabi Haïfa (Israël)
3- Dinamo Kiev (Ukraine)
4- Standard Liège (Belgique)
5- Ecole Pape Sarr DAKAR (Sénégal)
6- Sélection Moscou (Russie)
7- Jet Mada TANANARIVE (Madagascar)
8- Acad Mohammed VI RABAT (Maroc)
9- CAPAO FC Sao Paulo (Brésil)
10 VILA NOVO PASSO (Brésil, finaliste édition 2012)
11 SELECTION PARANA (Brésil)
12 C FUT TALENTOS SAO PAULO (Brésil)
13 LIDERENCA SAO PAULO (Brésil)
14 FC ZVEZDA BGU MINSK (Biélorussie)
15 FC ZNAMYA VILLE DE NOGUINSK (Russie)
16 FTS MELBOURNE (Melbourne)
17 CAPITAL UNITED OTTAWA (Canada)
18 SERVETTE DE GENEVE (Suisse)
19 KAEC MARRAKECH (Maroc)
20 FC BRUSSELS (Belgique)
21 RAEC MONS (Belgique)
22 DILBEEK SPORT (Belgique)
23 OTTAWA FURY SOCCER (Canada)
24 NEPEAN HOT SPURS (Canada)
25 AC BEYROUTH (Liban)
26 JERSEY (Grande-Bretagne)
27 PAYS D'HATEG (Roumanie)
28 PROLOZAC (Croatie)
29 AS TRUITIER (Haïti)
30 Academie des sports BEJAIA (Algérie)
31 DRUMCHAPEL (Ecosse)
32 STE CATHERINE BUENOS AIRES (Argentine)
33 MONTPELLIER HSC
34 FC LORIENT
35 STADE RENNAIS
36 Olympique LYONNAIS
37 AS ST ETIENNE
38 EVIAN THONON GAILLARD
39 STADE BRESTOIS 29
40 AS NANCY
41 SM CAEN
42 EA GUINGAMP
43 VANNES OC
44 LE HAVRE
45 TRELISSAC FC
46 SPORTING TOULON VAR
47 ES WASQUEHAL
48 TOURS FC
49 GRAFENHAUSEN (Allemagne)
50 SAINT NAZAIRE OS
51 ORVAULT
52 TARBES PYRENEES
53 Selection de Guyane
54 RC JOINVILLE
55 PERPIGNAN LE CANET
56 ASC EMULATION SCHOELCHER (Martinique)
57 FC GEISPOLSHEIM
58 AS GINGLIN CESSON
59 VILLE DE QUIMPER
60 US CONCARNEAU
61 SELECTION DU POHER
62 Crymych (Pays de Galles)
63 ROSTRENEN FC
64 AS DIRINON
65 Sélection de Combrit/Sainte Marine France
66 Sélection de Douarnenez
67 Sélection de GPGP
68 Sélection Bigoudène
69 Sélection de Plogastel St Germain France
70 AS Plomelin
71 Sélection de Pluguffan
72 Sélection du Cap Sizun

Les équipes féminines au centre Quimper:

1- O Lyon
2- Montpellier HSC
3- EA Guingamp
4- Kassel (Allemagne)
5- La Vitréenne
6- Condé sur Noireau
7- la Sélection Quimpéroise.  
 
  Le plateau du 28ème édition U13 du mondial pupilles de Plomelin (9 au 12 mai 2013) est maintenant connu. Le RCS Anderlecht, vainqueur de la dernière édition, sera encore présent sur cet évènement sportif.  

 

Le tirage au sort des deux coupes effectué

 
Football. Coupe du conseil général et Jean-Pierre Gonidec 
Le tirage au sort de la coupe Gonidec et la coupe du conseil général a été effectué. Les matchs seront joués le dimanche 24 février et le dimanche 3 mars. Avant de passer à ce tour de compétition, il reste une journée de championnat à disputer, ce week-end. 
Le tirage au sort de la coupe du conseil général
Les matchs du 24 février:
 
Saint-Goazec (D3) - Châteaulin B (D1)
Pleyben (D1) - Ergué-Gabéric (D1)
Mellac (D1) - Saint-Yvi (D1)
Scaër (D1) - Paotred Dispount B (D1)
Quimper Italia (D1) - Elliant (D1)
Poullan/Mer (D2) - Stella Maris Douarnenez B (D1)
Gourlizon (D1) - Pluguffan (D2)

Clubs exemptés:

Kerlaz (D2), Motreff (D2), Plogastel Saint-Germain (D1), Bannalec (D1), Landeleau (D2), Camaret (D1), Landudec (D3), Quimper Penhars (D1), Quemeneven (D1), Plomelin (D1), Tréméoc (D2)  
Le tirage au sort de la coupe Gonidec
Trois matchs, le 24 février
 
Quemeneven (D1) - FC Châteaulin (DRH)
Edern (PH) - Telgruc/Mer (DRH)
Penmarc'h (DSR) - Quimper Penhars (D1)

Matchs, le 3 mars

Quemeneven ou Châteaulin - Fouesnant (DRH)
Edern ou Telgruc/Mer - Gourin (PH)
FC Quimperlé B - Clohars-Carnoët (PH)
Melgven (DRH) - Trégunc (DSE)
Stella Maris Douarnenez (DSE) - Camaret (D1)
Landudec (D3) - Plobannalec (DSR)

Exempt: FC Pont L'Abbé (DSE)  
 

 

 

La tournée des stades

   
  Football. Les faits marquants de ce week-end.
 
  Malgré le nombre encore important de reports, le week-end a été dense avec plusieurs faits amusants. Une revue en détails exhaustifs, s'impose pour mettre en lumière ceux qui ont fait l'actualité autour des stades, ce dimanche. Aux quatre coins du terrain, les anecdotes amusantes récoltées et relayées par les personnes qui étaient présents sur les stades. 
  Sébastien Guidel - Julien Edern 3-2  
Ce match entre Guidel et Edern a donné lieu à un drôle de scénario. Déjà vainqueur d'un match à couper le souffle, dimanche dernier, face aux Glazicks de Coray (2-1), avec un remake de la finale Manchester United - Bayern en 1999, les Guidélois ont remis le couvert en s'offrant le scalp de l'équipe en forme du moment, Edern Sports. Tout s'est décanté en seconde mi-temps, dans cette rencontre. Les attaquants flingueurs se nommaient Sébastien Le Pen, à Guidel et le chouchou du public à Edern, Julien Morvan (http://edernsport.footeo.com/actualite/2013/02/05/interview-de-julien-morvan.html).

Et ils se sont suivis à la trace, quand l'un marquait, l'autre répliquait dans la minute suivante. Le Pen (52'), Morvan (53'). Et quand l'un s'amusait à bomber le torse, l'autre le faisait aussi. Morvan (65'), Le Pen (66'). Mais le mot final est revenu à Sébastien Le Pen à la 80'.  
  Maout costaud à Locunolé! 
Locunolé montera-il pour la première fois de son histoire en D1? Le club cher au président Ronan Corbihan joue les terreurs dans son groupe. Leader en D2, poule A, les Locunolois sont potentiellement avec un match de retard, en tête de leur groupe. Et ils ont la chance et l'abnégation de l'équipe qui monte. Face à Tremeven, le score était de 2-2, quand l'arbitre du match siffla un pénalty justifié à la ...97'. Frédéric Le Maout gardait ses nerfs pour porter l'estocade finale. 
  Platini, buteur à Crozon: 
On avait déjà entendu son nom du côté de Cléden Cap Sizun, lorsque son équipe de Guipavas B était venu défier le Penn Ar Bed. Hors, au mercato d'hiver, il est revenu dans son club de l'US Crozon mais Arnaud Platini n'a rien perdu de sa marque de buteur. puisque c'est lui qui a ouvert la marque face à Pleyben à la 7'. Malheureusement, pour Crozon, si Pleyben offre des largesses surprenantes en défense, l'attaque fait feu de tout bois avec les Yann Pedrono, Ronan Scotet ou Eric Cozien. . Ces scores sont même plus souvent synonyme de parties de baby-foot comme à Crozon (2-5)  

 

Un succès mitonné à la sauce Concarnoise.

   
  Football. CFA. US Concarneau - Girondins Bordeaux (B) : 2-0 
Le frimas de l'hiver a trouvé un réchauffement au stade Guy-Piriou avec la victoire de l'US Concarneau face aux Girondins de Bordeaux. Après une période tumultueuse, les Thoniers retrouvent une altitude plus harmonieuse pour se projeter vers la suite de leur périple en CFA (2-0).

Dès les premières minutes, malgré une défense entièrement remaniée dans son axe avec Guillaume Jannez et Cyril Benamara à la place de Laurent Palut et Mathieu Viel, les Concarnois se plaçaient sous un bon jour, avec une circulation rapide et fluide au milieu de terrain. Avec l'ambition d'écarter le jeu au maximum pour profiter de la vitesse de Vidian Valérius, les Thoniers se portaient les premiers à la charge des buts de Azbe Jug.

Les débordements pleine aile droite de Valérius semaient un premier trouble chez les Girondins, qui restaient pourtant sur quatre succès consécutifs. La tactique était validée dès la 17ème minute avec l'ouverture du score du goléador maison, Herman Koré, suite à un bon centre de Marc Labat. Le tibia gagnant de l'avant-centre Concarnois dénouait une partie de l'équation Bordelaise (1-0, 17'). A Bordeaux, le danger se nommait Younès Kaabouni, facile dans l'élimination et intelligent dans son timing de passes même si la finalité n'était pas là (28', 41'), ses esquisses de tentatives laissaient entrevoir un vrai potentiel et une menace pour la défense adverse. Et Concarneau remettait un coup de starter, sur les côtés. Avec un caviar en retrait, de Kharim Semman, le latéral gauche Thonier, qui trouvait démarqué au six mètres un Marc Labat dont le pied droit ne tremblait pas pour porter l'estocade (2-0, 33').

Sébastien Clément bat la mesure

Jouer groupé et placer un contre ou être maître de la balle et s'exposer aux contres, Concarneau misait pour la première formule, en attendant patiemment une averse Bordelaise. Malgré un déboulé intéressant de Touré, celle-ci tarda à se manifester. Un homme éclatait en pleine heure de jeu, l'indispensable taulier de cette équipe, Sébastien Clément. A l'image de Claude Puel, à l'AS Monaco, jamais forcément titulaire dans le onze type de début de saison, mais à la fin, le premier nom placé par un entraîneur dans sa composition. Sa récupération, suivie de son service taclé en profondeur, finissait par une frappe enveloppée de Labat, détournée difficilement par le portier Girondin, Jug (62'). Trop apathique dans leur agressivité, Bordeaux ne semblait disposer à changer le rythme de cette rencontre. Comme ce n'était pas le jeu Concarnois de mettre ce brin de folie, la seconde mi-temps était forcément moins emballante que la première en terme de contenu.

Les Thoniers tenaient leur premier succès de l'année 2013. Le crû de ce match était bon. Il doit servir dans sa gestion intelligente des temps forts et faibles de cette rencontre. Cette victoire 2-0 permet de prendre un peu d'air par rapport aux retardataires de la troupe dans ce championnat.

Championnat CFA. 19ème journée
Arbitres: Mr Janet assistés par MM. Le Diouris et Rouaux
658 spectateurs
Score mi-temps: 2-0
Concarneau: Herman Koré (17'), Marc Labat (33')  
 
  Photo Archive. Crédit Photo René RIOU 

 

Le challenge de la convivialité repart

   
  Football. Challenge de la convivialité. 
  Récompenser les clubs pour leur engagement sur le respect du jeu et l'éthique des règles est la constante du challenge de la convivialité, depuis son origine en 1996. En sommeil depuis deux ans, il repart sur cette phase retour pour mettre en lumière quatre clubs du district. Interview des partenaires du challenge.

Vous êtes associés à ce projet récompensant un club dans son ensemble. Qu'est ce qui vous a poussé à vous engager en faveur de ce challenge?

Christian Rose, président de l'association Pour le Sport:
" Nous souhaitons mettre en valeur les clubs, respectueux d'un état d'esprit. Le football doit rester un jeu et un plaisir. Le challenge de la convivialité a été crée en ce sens par Didier Ferelloc, ancien chef de la rédaction sportive en Sud-Finistère au Télégramme, pour récompenser les clubs de districts, les plus efficaces dans ces domaines".

Joseph Le Bris, directeur du groupe SEBACO: " Notre groupe a toujours communiqué sur le sport parce que nous aimons ça tout simplement. Récompenser les clubs pour l'accueil dans les stades, l'ambiance sur un terrain et la convivialité sur l'après-match est sain. Nous sommes investis à ce projet dans la durée"

Maurice Nicolas, responsable du développement sur le secteur de Quimper au Crédit Agricole: " Nous sommes partenaires de tous les footballs. Le football est avant tout un sport, pratiqué dans une éthique et des règles précises. L'essentiel pour les acteurs est de trouver un maximum de plaisir dans leur rencontre, et permettre aux gens de tisser un lien social sur les stades".

Existant depuis 17 ans, le challenge de la convivialité repart, cette saison. Quels en sont les grands principes?

Christian Rose:
"Nous veillons à donner aux arbitres du district la primauté dans le choix des clubs lauréats. Trois clubs du district seront récompensés par un kit d'entraînement d'une valeur de 600 euros, qui pourra servir à l'ensemble des licenciés. Pour le meilleur public désigné, un bon de 700 euros sera alloué au club. Souvent, nous faisons un buffet pour récompenser le club lauréat."

Joseph Le Bris: "On est à contre-courant d'une certaine évolution autour des stades. Tous les week-ends, ils se passent des choses fabuleuses autour des stades et c'est juste de les mettre en lumière par cette action. Nous sommes le seul département en France à proposer ce type de récompense".  
 

 

Le plateau des équipes connues

   
  Football. Mondial pupilles Plomelin 2013. 9 au 12 mai 2013. 
  Le site du mondial pupilles (http://mondialplomelin.net), a révélé une partie du plateau de la 28ème édition, du 9 au 12 mai 2013. Pour les 81 équipes (72 masculines et 9 féminines), le tirage au sort des poules aura lieu, cette année, à Pluguffan, le vendredi 1er mars. En attendant la liste complète et définitive, les clubs annoncés sont encore une fois à la hauteur de l'évènement, qui se résume en trois mots: le football, l'enfant et la fête.

17 nouvelles équipes étrangères feront partie de cette 28ème édition: AC Beyrouth ( Liban) , AS Truitier ( Haïti ) Académie des sports de Bejaïa ( Algérie) , FTS Melbourne (Australie) ,Futbol Talentos Sao Paulo ( Brésil ) , Nepéan Hotspurs (Canada) ,Académie Mohammed VI Rabat ( Maroc ), Selection du Pays d' Hateg ( Roumanie ) ,Sélection de Moscou (Russie) , Znamya Noguinsk ( Russie) Ecole Pape Sarr Dakar ( Sénégal ) qui s'opposeront à une forte délégation de ligue 1: Olympique Lyonnais , Montpellier HSC, AS St Etienne , FC Lorient , Stade Rennais , AS Nancy , Evian Thonon Gaillard , Stade Brestois 29.

Autres noms à l'affiche: Tarbes Pyrénées , Trélissac FC , Tours FC , Sporting Toulon Var , Orvault. Pour la première fois, une équipe de Martinique (ASC Emulation Schoelcher) participera à notre tournoi.

Le plateau féminin, qui se déroulera sur la phase de poule, à Quimper, sur le terrain synthétique de Penvillers, prend forme avec la participation de l'Olympique Lyonnais , du Montpellier HSC , d'En Avant Guingamp et de l'équipe allemande de Kassel. 
 
  Qui succèdera aux Belges d'Anderlecht, vainqueur de l'édition 2012?  

 

 

Les jeunes de l'AS Plomelin au Moustoir

   
  Football. AS Plomelin/US Pluguffan. Les U17 au Challenge D'Aucy.  
  A la mi-temps du match entre le FC Lorient et Troyes (3-2), les U17 du Groupement des Jeunes Plomelin/Pluguffan ont participé au challenge face à Plouay. La rencontre amicale de quelques minutes s'est soldée sur un 2-2. Malgré un froid intense,une cinquantaine de personnes de Pluguffan et de Plomelin (enfants U9, encadrants, reliquat U17) s'était déplacée pour l'évènement avec des places offertes par le FC Lorient. En effet, l' AS Plomelin est inscrite auprès de l'Armada du FC Lorient, cette inscription comprenant une multitude d'animations pour les jeunes des U7 au U 17. 
 
  Les jeunes de Plomelin présent sur ce challenge: Amaury Fagon, Thibault Le Guennec, Guillaume Pichon, Jean Christophe Le Pape, Arnaud Tendron, Augustin De Visme, Lucas Perennou, Melvyn Le Brun, Nicolas Ruiz, Jordan Cariou, Alexandre Le Dréau. Crédits photos: DR
 

 

On jouera en championnat le 3 février!

Pour cause d'intempéries prolongées, la ligue de Bretagne avait pris, vendredi dernier, la décision d'un report intégral pour les divisions de la DH à la PH, les jeunes et les féminines. Suite à cette décision, les nouvelles dates de match ont été fixées pour jouer les matchs.

- En senior, la journée du 20 Janvier 2013 est reportée intégralement au 3 Février 2013.
- Matchs remis déjà programmés le 3 Février 2013 seront joué le 24 Février 2013 (pour les clubs non pris en Coupe Région Bretagne Seniors)
- Matchs remis du 3 Février 2013 reportés au 3 mars 2013 (pour les clubs en Coupe Région Bretagne Seniors le 24 Février 2013)

Autres matchs en retard reportés date ultérieure.

- Coupe Région Bretagne Seniors 32° de Finale maintenue au DIMANCHE 24 Février 2013.
- Concernant les championnats régionaux féminins (DH/PH) : la journée du 20 janvier est reportée au dimanche 27 janvier 2013

Confirmation pour le district du Finistère-Sud. Les matchs reportés du 20 janvier seront bien joués le dimanche 3 février. Football. 

 

16ème de finale de la coupe de France.

   
  Benoît Bégoc et Vincent Le Mat: deux joueurs formés à l'ES Plogonnec en 16ème de finale.  
Avec Christophe Lohier (Mende, DRH), Vincent Le Goff (Le Poiré/Vie, National), les footballeurs, Benoît Bégoc et Vincent Le Mat font partie de ce club très fermé des quatre footballeurs Sud-Finistériens (Yohan Rivière, Le Havre est suspendu), qui joueront les 16ème de finale de la coupe de France. A distance, l'ES Plogonnec (D1) peut se réjouir de faire un peu partie de ce grand frisson populaire en ayant observé les premiers pas de footballeurs de Vincent Le Mat et Benoît Bégoc, à l'école de foot des écureuils.

L'ES Plogonnec (D1) peut se flatter d'avoir assisté aux premiers buts de Vincent Le Mat et Benoît Bégoc, à l'école de football. Alors que les 16ème finale de la coupe de France donnent leur coup d'envoi, ce mardi soir, Vincent Le Mat (CA Bastia, National) et Benoît Bégoc (Plabennec, CFA) s'apprêtent à affronter les professionnels de Brest et de Lille. Un vrai conte de fée dont les premières lignes se sont écrites au stade de Plogonnec. " Je suis originaire de Kerlaz. Mes parents y habitent toujours. Plogonnec, j'en garde de très bons souvenirs de ce club. A l'époque, à l'école de football, nous jouons sur la montagne de Locronan. Ce sont mes premiers souvenirs de footballeur. Les tournois gagnés avec les copains comme Nicolas Bozec ou Arnaud Le Bras. Nous avions une bonne petite équipe chez les jeunes. Et nous rivalisions avec la Stella Maris de Douarnenez, qui était la référence dans notre secteur", explique Vincent Le Mat, 26 ans.

Benoît Bégoc, 22 ans, n'était pas de la même génération que Vincent Le Mat mais son passage aux Ecureuils de Plogonnec était plus prévisible. " Mon père, Jean-Luc, a été président de nombreuses années du club. Et mon frère aîné, Sébastien joue en équipe première senior en première division. Dès que je peux, je viens les voir jouer. Cette année, j'ai assisté à leur match en coupe de France face au FC Châteaulin en coupe de France. Ils font un bon match mais ils avaient perdu 2-3 en prolongations".
Tous deux sont passés par la case de l'ES Kerfeunteun, chez les jeunes. " J'en garde un très bon souvenir. C'était vraiment un super club formateur. Ca me fait mal de les voir à ce niveau-là aujourd'hui. La ville de Quimper mériterait d'avoir un club au minimum en CFA", juge Benoît Bégoc, le latéral droit de Plabennec.

Un attachement profond à leur département

Sur son île de beauté, Vincent Le Mat est un grand voyageur du football. A 26 ans, il est déjà passé par la Stella Maris de Douarnenez (3 ans en jeunes), Kerfeunteun, Lorient, Concarneau (" un club où je me sentais bien"), l'AS Vitré, la Vitréenne, Orléans, Le Poiré/Vie, et le CA Bastia. Attaquant à la pointe du CA Bastia, il savoure pleinement le moment présent à 24 heures d'affronter le Stade Brestois (Ligue 1). " Le CA Bastia est le club historique de la ville. Je suis rentré 15 minutes face au Sporting Club de Bastia (Ligue 1, 2-0). Le stade de Furiani était suspendu pour ce match et nous avons du jouer à Ajaccio. Il y'avait 2.500 spectateurs au match précédent. Pour beaucoup de Bastiais, faire 2h30 de route, c'est compliqué. Face à Brest, nous disputerons la rencontre à Furiani. Nous jouerons le jeu à fond, sans complexe. Nous n'allons pas seulement les regarder jouer car c'est la meilleure façon de perdre ce match. Nous avons une équipe joueuse. On ne se contentera pas de jouer à 10 derrière".

Arrière central de formation, Benoît Bégoc a glissé au poste de latéral droit à Plabennec. Déjà tombeur de Reims à Kerveguen (3000 spectateurs), le Plogonnecois est serein avant ce match. " On forme un groupe de potes, à Plabennec. Nous sommes presque tous passés par le Stade Brestois. Pour ce jeudi soir, nous devrions évoluer devant plus de 10.000 spectateurs. J'avais joué 80 minutes face à Reims. Normalement, dans ma zone, je dois me retrouver face à Dimitri Payet. Je ne sais pas s'ils feront tourner leur effectif comme ils ont un match important, dimanche, au Parc des Princes face à Paris. Nous y allons sans complexe".

Du Sud-Finistère, les joueurs conservent leurs racines et reviennent au pays dès qu'ils le peuvent. " Je suis un privilégié dans ma vie. Je suis payé pour vivre de ma passion. J'étais bien à Concarneau. J'aurais pu y rester mais ma compagne n'a pas trouvé sur place une école d'optique. C'est le club qui présente le projet le plus solide dans le Finistère-Sud. Ils ont franchi un cap, ces dernières années. Après, pour évoluer plus haut, il faut des moyens financiers. Leur stade respire le football". Pour Benoît Bégoc, le cordon n'est ps coupé. " Je reviens dès que je peux sur Quimper. J'étais vraiment bien là-bas. J'aurais pu y retourner en senior. Après comme je faisais des études sur Brest, j'ai choisi d'y rester et passer un diplôme de comptabilité en alternance dans le groupe Le Saint. Voir Quimper mal en point en DH, ça fait mal au coeur. Repartir en DSE serait peut-être un mal pour un bien pour le club. Pour une ville de cette taille, le potentiel est clairement le niveau CFA".  
 
  Benoît Bégoc et Vincent Le Mat, tous deux ayant débuté le football à l'ES Plogonnec, défient, en coupe de France, Lille et le Stade Brestois avec leurs clubs de Plabennec (CFA) et le CA Bastia (National). Crédits photos: DR
 

 

Les faits marquants du week-end

 
Football. Un week-end passé à la loupe.
 
La reprise s'est effectuée sur toutes les pelouses du Sud-Finistère, excepté sur le terrain de Pennanguer de l'AS Plomelin. Les faits marquants de cette 10ème journée de la DH à la D2. Les meilleurs moments, les plus douloureux, et les faits insolites en quelques brèves rapportées sur les bords des terrains.  

 

CFA. Coup dur pour Ivan Seznec!

L'US Concarneau glisse dangereusement vers la zone rouge, battu ce week-end par Trélissac (1-0). Comme si cela ne suffisait pas, les Thoniers ont perdu à la demi-heure de jeu leur gardien de but, Ivan Seznec. En attente du diagnostic de l'IRM, il pourrait être absent plusieurs mois dans les buts thoniers. Une bien mauvaise nouvelle pour les rouge et bleu. 

 

DH. La symphonie héroïque du Quimper Kerfeunteun

" Nous avons tout tenté dans ce match. Ca ne voulait pas rentrer. On tape deux fois les poteaux, une fois la barre. En face, ils ont trois occasions et ils nous en mettent deux", soulignait le président de Plouzané, Yves Léon. En mode catenaccio avec une prorité à la fermeture totale des espaces, les hommes de Florent Philippe ont frappé un grand coup. Personne ne les voyait s'imposer à Plouzané mais ils ont réussi l'exploit de gagner dans le Nord-Finistère, ce week-end avec des buts de Julien Le Reste et Latif Doumbia (1-2). 

 

DSE. Concarneau B enlève le derby!

Derby d'une grande tenue à la Pinède! Face à Trégunc, les jeunes de l'US Concarneau se sont offert une victoire de prestige (3-4). La Stella Maris, en déplacement à Larmor-Plage se distingue décidément par sa propension à bien voyager. Après la victoire à Carnac (1-3), les Douarnenistes s'offrent une deuxième victoire dans le Morbihan grâce à un doublé d'Alan Blouët et un but de Yannik De Sanoguera (2-3).  

 

DSR. Le patron, c'est Ploba.

Le match au sommet est revenu à Plobannalec-Lesconil, vainqueur de La Montagne (2-1, Mickaël Caoudal, Thomas Jolivet). Le moment insolite de la journée est venu du match énorme de Gérald Ansquer (AS Plouhinec), dans les buts pour un rôle à contre-nature pour ce défenseur latéral. Autrement, Penmarc'h chute lourdement sur le synthétique d'Auray. Quant à la réserve du Quimper Kerfeunteun, elle réalise la bonne opération en battant Pont l'Abbé (2-0). Face à un adversaire direct, Quiberon, les Paotred Dispount ont bataillé dur pour s'imposer. Un but à la dernière minute de Yoann Le Coore permet aux Gabéricois d'arracher la victoire (2-1). 

 

DRH. Rosporden près de l'exploit!

Longtemps, on a crû que Rosporden accomplirait l'exploit de cette journée. Dernier au classement, les Rospordinois de Jean-Fanch Le Lay ont tenu tête au leader, Milizac. Menant encore 3-1 à six minutes, les Sudistes partagent les points au coup de sifflet final (3-3). Châteaulin, non plus, n'a pu aller au bout de son avantage, chutant de justesse à Ploudaniel (2-1). Telgruc/Mer n'est plus imbattable à Menez-Luz. Après Ergué-Armel, Fouesnant s'est imposé sur ce terrain (0-3). Dans le match de la peur, pas de vainqueur entre Ergué-Armel et Melgven (1-1). 

 

PH. Edern enfonce son voisin.

Déjà mal en point, les Paotred Briec ont maintenant un pied en première division. Face à Edern, à peine mieux loti en championnat, les Briécois ont coulé sur leur terrain. Alexandre Gilot, Hervé Jézéquel et Anthony Le Page (doublé) sont les buteurs du jour à Edern Sports (0-4). Julien Maltret (FC Odet) a également joué un mauvais tour face à ses ex-partenaires de l'AS Plobannalec en marquant le deuxième but du match, celui qui donne l'avantage aux Bénodétois (3-1). Clohars-Carnoët s'est régalé en première mi-temps à Guidel (0-5, 45'), avant de gérer de manière sereine la fin de match. Enfin, les Gars d'Ys, avec un but de Kevin Marchadour peuvent souffler. Ils ont remporté le match qu'il ne fallait surtout pas perdre à Henri Guichaoua (1-0). 

 

D1. Quemeneven reprend la tête.

Après la défaite surprise de Plonévez du Faou sur son terrain face à Pleyben (2-3), l'US Quémeneven reprend la tête de ce championnat en gagnant à Camaret (0-2). Gourlizon et Quimper Penhars se quittent sur un match nul logique (1-1), dans le duel au sommet de la D1, poule A. Sur la poule C, Manami Mankarini offre à Scaër une victoire étriquée mais précieuse face à Ergué-Gabéric (1-0). Bannalec, solide leader, ne fait toujours pas de faux-pas et peut compter avec Matthieu Cadou sur un joueur, capable de faire la différence à tout moment d'un match. 

 

D2. Jérémy Le Liboux fait voler Locunolé.

" Nous ne savons pas encore par quel miracle nous avons réussi à conserver Jérémy Le Liboux, à l'intersaison. C'est un joueur qui vaut largement au-dessus de la D2", précise le président de Locunolé Sports, Ronan Corbihan. Auteur d'un nouveau triplé, le milieu de terrain de Locunolé, 20 ans, permet à son équipe d'être toujours en tête du championnat (4-0 face à Trégunc C). Une position renforcée avec le match nul de Clohars-Carnoët B et l'ES Nevez (1-1).

Excellent retour sur les terrains de Jonathan Le Cleach des Marcassins de Tréogat, qui a réussi à percer les filets de la meilleure défense du Sud-Finistère, Combrit (4 buts encaissés en 2012/2013). Il s'en ait fallu de très peu pour que Tréogat reparte avec les points de la victoire mais Combrit a égalisé par Aurélien Mesnier à la dernière minute.

Kerlaz mène toujours grand train dans sa poule C (5-0 face à Edern B). Enfin, le FC Lestonan, meilleure défense du groupe F, a passé un dimanche noir au stade Prat Ar Rouz, chez l'US Portugaise en sombrant en première mi-temps (3-0, score final 3-2).
Enfin, à noter le surprenant forfait de Poullaouen à Trégourez. Avant-dernier au classement, les hommes du président Patrick Tallec n'avaient pas besoin de ça au classement.  

 

Portrait de Riyad Mahrez. Le Havre (Ligue 2)

 
Le fabuleux destin de l'ancien Quimpérois, Riyad Mahrez 
Intégrer le milieu professionnel sans avoir fait ses classes dans un centre de formation est un phénomène atypique en football. Rares sont les joueurs à avoir ce chemin de parcours. L'ancien Quimpérois, Riyad Mahrez, 21 ans, a emprunté un sentier détourné pour arriver à exercer son rêve, celui de décrocher un contrat professionnel. Pour lui, l'aventure a vraiment commencé à Penvillers au Quimper Cornouaille Football Club en Août 2009. Même s'il n'est resté qu'une saison à Quimper, sous la houlette de Ronan Salaun et de Mickaël Pellen en CFA, celle-ci lui a permis de découvrir l'exigence du haut niveau.

Et si une des révélations de la ligue 2 se nommait Riyad Mahrez, cette année? Depuis la fin de saison dernière, le milieu de terrain droit du Havre est en plein boom. La fin d'exercice lui avait fait gagner une place de titulaire dans le onze de départ du Havre AC. L'intersaison a confirmé son changement de statut. Les matchs de préparation ont été un vrai baromètre de l'importance prise par l'ancien Quimpérois dans le collectif de Cédric Daury, le coach du HAC, avec deux buts face à Boulogne/Mer (2-1), un autre face à Caen (2-0) et enfin une passe décisive face à l'UNFP (les joueurs libres de tout contrat)

Dès la première journée, il a été l'un des principaux animateurs du jeu avec une passe décisive pour le Pont l'Abbiste, Yohan Rivière en première mi-temps. Malgré la défaite dans leur nouveau stade face à Arles Avignon, Riyad Mahrez devrait être titulaire au Roudourou, vendredi soir face à Guingamp. Encore en PH, avec Sarcelles, en 2008/2009, l'ex-Quimpérois a réussi à se faire une place, chez les pros.

" J'ai un parcours atypique"

Même si la passerelle est étroite entre le monde pro et celui amateur, il garde de bons souvenirs de son passage à Quimper. " Je me souviens très bien de Quimper. Nous avions une bonne petite équipe. Ca m'a servi de tremplin dans ma carrière. Tout a commencé là-bas. Je suis toujours en contact avec Cali (Mamadu Calidjalo), Gérald Le Hacault, Idrissa Soares ou Anthony Bonnard, mes anciens coéquipiers. Je ne suis plus leur résultat. Je sais juste qu'ils sont maintenant en DH. C'était Edern Le Lann, qui m'avait invité à venir faire un essai en Bretagne. Fin juin 2009, nous nous sommes retrouvés à 25 joueurs à effectuer un essai. Beaucoup venait de centres de formation. J'ai été le seul retenu. Je ne jouais pas au début mais j'avais gagné ma place de titulaire en janvier, février. Même si nous étions descendus, l'expérience avait été enrichissante car elle m'avait fait découvrir le niveau CFA".

Son jeu n'était pas passé inaperçu non plus, à Penvillers. Sa facilité sur le terrain avait surpris plus d'un observateur car il avait cette faculté d'élimination et de changement de rythme, qui font un joueur spécial. Il lui manquait seulement du physique pour laisser parler totalement sa technique. Dans un football professionnel rythmé par un dogme tactique, ce type de joueur se fait rare. " J'ai un parcours atypique. Je n'ai pas appris le football dans les centres de formation. Je reste encore entier dans ma façon de concevoir le football. Pour moi, il doit être synonyme de plaisir. Je suis encore dans cette insouciance. Après Quimper, je suis allé directement au Havre. D'abord en contrat amateur, j'ai réellement explosé avec mon entraîneur de CFA, Yohan Louvel. La première année, j'inscris 13 buts en CFA et 7/8 passes décisives et la seconde, 10 buts.En fin de saison, j'avais signé mon premier contrat professionnel et je jouais en équipe première, sur la fin de saison dernière".

A Guingamp, vendredi soir

Au Havre, l'ancien Quimpérois a pris son envol. Avec le nouvel écrin du club doyen Français, un stade flambant neuf de 25.000 (le stade Océane), Riyad Mahrez touche de près le haut niveau. " Jouer devant 25.000 personnes est formidable. Pour notre premier match en Ligue A face à Arles Avignon, le match se jouait à guichet fermé. Pour l'inauguration face à Lille (1-2), il l'était aussi. J'ai joué le match comme titulaire. J'étais directement dans la zone de Franck Béria, le latéral gauche du LOSC. Je suis bien au Havre. Mon envie de progresser est constante. J'espère atteindre un jour la ligue 1. Mon parcours m'a aidé à rester humble. C'est un beau métier. Le plus dur arrive maintenant. Il faut être constant. La remise en question doit être perpétuelle. Il ne faut jamais se croire arrivé car c'est la meilleure façon de régresser".

Face à Guingamp, Riyad Mahrez retrouvera un goût de la Bretagne, vendredi soir. " Depuis mon départ, je ne suis plus jamais revenu à Quimper. Mais avec Yohan (Rivière), on parle dès fois du Sud-Finistère. On cite des noms de villes ou villages du coin. Lui en connait beaucoup plus et il le fait avec l'accent (rires)".  
Sous le maillot du Havre AC (Ligue 2), Riyad Mahrez s'est fait une place dans le collectif du coach Cédric Daury. Crédit photo: Emmanuel Lelaidier, www.hac-foot.com  
Sous le maillot du Quimper Cornouaille Football Club, sous la houlette de Ronan Salaun et de Mickaël Pellen en CFA. Crédit photo: Christian ROSE  

 

 

Mercato Hiver. Une future recrue aux Paotred ?

 

Le tournoi Foot Ouest Indoor Sebaco U13

   
  Le rouleau compresseur du FC Lorient 
Le FC Lorient a offert un véritable football champagne aux spectateurs de la salle omnisports de Croas Spern, à Ergué-Gabéric. Un à un, tous les adversaires sont passés sous la moulinette de ce rouleau compresseur, qui fait de la technique et de la passe, un leitmotiv non négociable. En finale, les Merlus battent le Stade Brestois, 4-3.

Cette édition 2012 a été un grand crû. Un millésime renforcée par la venue du sélectionneur national, Didier Deschamps. " Ce tournoi, à Ergué-Gabéric, est vraiment très convivial. Quand j'avais leur âge, nous attendions les tournois avec impatience. Ca reste des grands souvenirs. J'ai commencé plutôt tard le football dans un club. J'ai pris ma première licence à 12 ans, à l'Aviron Bayonnais. Après, je me suis fait repérer par les sélections du district, de la ligue pour intégrer le centre de formation de Nantes à 15 ans", précisait Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France.

Le Quimper Kerfeunteun FC, révélation du tournoi

Arrivé sur les lieux à 15h30, trente minutes avant l'horaire fixée de rendez-vous, Didier Deschamps est resté une heure et demie, sur place. Passée cette surprise ô combien appréciée, les jeunes footballeurs ont repris la compétition. La surprise de ce tournoi est l'arrivée des jeunes du Quimper Kerfeunteun FC de Thomas Brusq. A peine épuisés par leur pré-tournoi qualificatif de la veille, ils ont été la vraie révélation de cette édition 2012, réussissant l'exploit de faire tomber le Stade Rennais en quart de finale (2-1 en prolongation), avant de céder face aux vainqueurs de ce tournoi, Lorient en demi-finale (2-6). Mais les Quimpérois ont retrouvé des forces pour battre Le Havre pour la 3ème place (1-0).

Vivement 2013!

A l'aise techniquement, mention spéciale à Enzo Le Fée, auteur d'un but extraordinaire en finale, les Lorientais n'ont pas trouvé d'adversaire à leur mesure. On sait le jeu Lorientais basé sur la mobilité, le déplacement, le jeu en triangle et la qualité de la passe, les spectateurs Gabéricois en ont eu un net aperçu sur ce tournoi. En finale, avec des buts de Enzo Le Fée, Louis Le Bescond et un doublé de Junior Burban, les Lorientais inscrivent leur nom pour cette édition 2012 en battant le Stade Brestois en finale 4-3.

2013 marquera la 15ème édition du challenge Sebaco. Et aussi les 100 ans des Paotred Dispount. La barre a été placée très haute en 2012. On attend avec impatience la prochaine édition.

LES RESULTATS :

Finale:
- FC Lorient - Stade Brestois 4-3

Finale 3ème place:
- Quimper Kerfeunteun FC - Le Havre AC 1-0

Demi-finale:
- FC Lorient - Quimper Kerfeunteun 6-2
- Stade Brestois - Le Havre AC 1-1 (TAB)

Quart de finale:
- Quimper Kerfeunteun - Stade Rennais 2-1 (AP)
- Le Havre AC - EA Guingamp 5-0
- FC Lorient - FC Nantes 3-0
- Stade Brestois - FC Metz 0-0 (TAB)

Meilleure attaque:
- FC Metz 21 buts

Top But:
- Wilson Isidor (Stade Rennais), but inscrit en 5"12

Meilleur buteur:
- Junior Burban (FC Lorient), 8 buts

Meilleur gardien:
- Valentin Petton (Stade Brestois)

Meilleure équipe "jonglerie":
- SM Caen, 989 jonglages

Vainqueur consolente:
- Vannes OC

Le classement final:
1- FC Lorient, 2- Stade Brestois, 3- Quimper Kerfeunteun FC, 4- Le Havre AC, 5- FC Metz, 6- FC Nantes, 7- Stade Rennais, 8- EA GUingamp, 9- Vannes Oc, 10- AS Brest, 11- SM Caen, 12- Angers SCO, 13- Stella Maris Douarnenez, 14- US Concarneau, 15- TA Rennes, 16- GJ Ergué-Gabéric.  
 
  Le Stade Brestois et le FC Lorient se sont disputés la victoire dans le tournoi Foot Ouest "indoor" Sebaco U13, à Ergué-Gabéric, samedi.
 

 

 

Le pré-tournoi Foot Ouest Indoor Sebaco U13

   
  Quimper Kerfeunteun et la Stella Maris de Douarnenez gagnent leur billet pour la grande finale. 
Le pré-tournoi Foot Ouest Indoor Sebaco U13 a élu les deux lauréats, qui joueront, samedi, le plateau final. Sans surprise, le Quimper Kerfeunteun FC et la Stella Maris de Douarnenez se sont qualifiées pour cette grande finale. Ils rejoignent des équipes prestigieuses comme Nantes, Le Havre, Rennes, Caen, Brest, Metz et Lorient

40 équipes venues du Sud-Finistère en U13 se sont disputées, ce vendredi, les deux billets en jeu pour la grande finale du lendemain, à Croas Spern. Par équipe de six joueurs sur une formule de poule, puis d'une phase éliminatoire à partir des quart de finale, les jeunes footballeurs ont troqué les crampons pour les baskets afin de montrer à un nombreux public leur capacité à faire briller leur technique dans un périmètre plus restreint.

Déjà à l'aise dans les poules, la Stella Maris et le Quimper Kerfeunteun confirment en phase éliminatoire en allant au bout jusqu'en finale.

Déjà assuré de leur participation au grand tournoi national, Quimper Kerfeunteun FC a battu les Stellistes 2-0 en finale sur des buts de Pierre Onoffré et Guillaume Lautrédou, malgré un excellent Vincent Le Berre, dans les cages, qui sortit un grand nombre de tirs.

Ce samedi, l'entrée en lice des clubs comme le Stade Rennais, le FC Nantes, le Stade Malherbe de Caen, EA Guingamp ou le FC Metz fera grimper de plusieurs crans cette compétition. Mais cette entrée en matière fait déjà envie d'y revenir pour suivre le final de ce tournoi Foot Ouest Indoor Sebaco, en U13. Les débuts des rencontres sont fixées à 9 heures.

Les résultats:

Finale:
Quimper Kerfeunteun FC - Stella Maris Douarnenez 2-0

Finale 3ème place: GPGP - Landredern 1-4

1/2 finale:
- Landredern - Stella Maris 2-3
- GPGP - QKFC 0-1

1/4 de finale:
- GJ Pen Ar Moor (Ile-Tudy, Tréogat, Combrit) - Stella Maris 0-2
- Quimper Kerfeunteun FC - Quimper Ergué-Armel FC 1-0
- Plonéour - Landredern (Briec-Edern) 0-1
- EA Scaër - GPGP (Guengat Plonéis Gourlizon Plogonnec) 0-1

Le classement final:

1- QKFC, 2- Stella Maris, 3- GPGP, 4- Landredern, 5- Quimper Ergué-Armel FC, 6- FC Plonéour, 7- EA Scaër, 8- GJ Pen Ar Moor, 9- GJ Ergué-Gabéric (2), 10- Fouesnant, 11- Spézet, 12- Plomelin, 13- Quimper Penhars, 14- GJ Bigouden, 15- FC Quimperlé, 16- Saint-Evarzec, 17- GJ EG (3), Hermine Concarneau, 19- Rosporden, 20- Penmarc'h, 21- Saint-Yvi, 22- Pluguffan, 23- Tréboul, 24- Pleyben.

Didier Deschamps sera à Croas Spern, ce samedi à 16h : Le sélectionneur national sera présent pour le plateau final du tournoi Foot Ouest Indoor Sebaco U13, à Ergué-Gabéric. Il arrivera vers les 16 heures, à Croas Spern, pour assister aux derniers matchs de ce tournoi national U13.  
 
  La Stella Maris de Douarnenez et le Quimper Kerfeunteun FC sont les deux équipes qualifiées pour la grande finale du Foot Ouest Indoor Sebaco U13, à Ergué-Gabéric. 

 

 

L'équipe type du Mondial Pupilles de Plomelin

 
Football. Mondial Pupilles de Plomelin. Le Onze d'or du Mondial 
26 ans de Mondial! Des souvenirs à vie pour les participants, des générations entières qui ont réalisé un rêve d'enfant en affrontant des grands clubs. Pour 98% des enfants passés par le Mondial, le football a rimé ensuite avec loisir et compétition à un niveau régional ou départemental, chez les seniors. Une minorité des ex-mondialistes a prolongé leur parcours vers une carrière professionnnelle. Le site officiel du Mondial Pupilles (http://mondialplomelin.net/) a retracé une liste de seize joueurs. Découvrez le Onze d'or du Mondial Pupilles. 
 
Petr Cech. La montagne magique du Vitoria Plzen 
Le grand Petr! Qui pensait qu'une fracture de la jambe à 10 ans serait une révélation pour le jeune joueur? Suite à cet aléa du football, Petr Cech revient sur les terrains et se fixe définitivement au poste de gardien. Au centre de Plogastel en 1994, Petr Cech joue avec son club formateur du Vitoria Plzen. Son rapport avec la Bretagne est ancré en lui. Gardien au Stade Rennais, coaché depuis neuf ans par un autre Breton Christophe Lollichon, le vainqueur de la Ligue des Champions 2012, avec le FC Chelsea, fait partie des meilleurs gardiens du vieux continent. Et il a toujours gardé contact avec sa famille d'accueil au Mondial Pupilles.  
Cédric Uras. 100% Gones 
L'enfant de Lyon, Cédric Uras n'a pas connu cette même carrière prestigieuse. Défenseur de devoir avec l'OL, il a participé au Mondial en 1990. Latéral ou stoppeur, sa carrière a connu son pic avec la finale de Bastia en coupe de France en 2002, battu par le FC Lorient (0-1). Définitivement rattaché au département du Rhône, après un passage en Bulgarie (Litex Lovetch) et en Ecosse (Falkirk), le Gone joue encore à 35 ans en CFA au club de Vaulx en Velin. 
Jérémie Brechet. La " Brèche", grand défenseur 
Joueur de l'Olympique Lyonnais au Mondial en 1992, Jérémie Bréchet avait tout du grand défenseur. En 2002, l'Inter de Milan avait fait des pieds et des mains pour attirer ce joyau de la formation Lyonnaise. Joueur Nerazzuri, une saison, il a payé toute sa carrière une grave blessure à un moment clé de sa carrière. Ce gaucher pur jus a l'élégance des plus grands défenseurs centraux. Un profil à la Franz Beckenbauer! Propre dans ses interventions avec une qualité de relance nettement au-dessus de la moyenne. Il n'a pas eu la carrière qu'il méritait. A 33 ans, il joue aujourd'hui au FC Sochaux Montbéliard, après un court passage à la Real Sociedad entraîné alors par Maître Raynald Denoueix et au PSV Eindhoven. 
Jérémy Clément. Ratisseur au long cours 
Ce gros moteur du milieu de terrain a connu le Mondial en 1996 avec l'Olympique Lyonnais. Ratisseur infatigable de l'axe central, Jérémy Clément a été pendant des années un des joueurs préférés de Paul Le Guen, qui avait réussi à le recruter au Glasgow Rangers et au Paris Saint-Germain. Le Bittérois joue aujourd'hui chez le frère ennemi, l'AS Saint-Etienne. En doublette avec le Breton Fabien Lemoine, Jérémie Clément a failli disputer l'Europa League, la saison prochaine avec les Verts. 
Jérémy Berthod. La génération maudite 1984 
On continue la défense 100% OL pour le onze d'or du mondial avec le latéral gauche, Jérémy Berthod. La génération 1984 sera sans doute la plus maudite du Football Français. Champion du monde junior à Trinidad et Tobago en 2008 face au Nigéria (3-0), les Bleus étaient tous promis à un avenir doré dans les plus grands clubs Européens. Pas un n'est aujourd'hui joueur dans un grand club du top 10 Européen. Jérémy Berthod, le capitaine de la sélection tricolore a réussi des brillants débuts avec son club formateur de Lyon avant de tomber dans l'anonymat de la ligue 1. A 28 ans, il était, cette année, latéral gauche de l'AJ Auxerre, relégué en Ligue 2. La malédiction continue. 
Yoann Gourcuff. La Breizh Touch 
Yoann Gourcuff, c'est le football réincarné! Doué des deux pieds, vision périphérique, sens du jeu, grosse frappe de balle, technique impeccable! A 12 ans, il avalait même des cassettes vidéos de Johan Cruyff et Pelé, après l'école. Comme Thierry Henry, il possède cette culture encyclopédique du football qui manque tant à beaucoup de joueurs professionnels. Venu avec le FC Lorient au mondial en 1998, Yoann Gourcuff essaie de rebondir depuis deux ans suite à l'épisode Knysna en Afrique du Sud en 2010. Sélectionné dans la liste des 27 joueurs pour l'Euro 2012 en Pologne/Ukraine, l'homme de Ploemeur a une chance de montrer à tous qu'un talent hors norme ne se perd pas du jour au lendemain. 
Bryan Bergougnoux. Le feu-follet Lyonais 
L'Olympique Lyonnais a toujours eu un joueur court sur patte, capable d'éliminer une forêt de joueurs dans un périmètre restreint. Dans les années 60, 70, Fleury Di Nallo ou Serge Chiesa répondaient à ce profil. Dans les années 90 et 2000, Ludovic Giuly et Bryan Bergougnoux ont été les dignes héritiers d'une tradition Lyonnaise. Joueur au Mondial avec l'Olympique Lyonnais en 1995, Bryan Bergougnoux a connu une carrière éphémère basé sur la fulgurance de ses dribbles. Catalogué comme un "super Sub", un remplaçant idéal capable de faire la différence en 20 minutes de temps de jeu, l'ailier gauche s'est perdu en chemin. Il joue en 2012, dans le championnat Chypriote, à l'Omonia Nicosie. 
Frédéric Kanoute. La " Girafe" de l'OL 
La " Girafe" Lyonaise, comme le surmom de Jackie Charlton, joueur Anglais des années 60, Frédéric Kanouté a ce pouvoir d'aimanter les ballons sur sa tête. Joueur de grande taille (1,92 m), le Franco-Malien a connu le mondial en 1990 avec Lyon. Son envol sportif s'est fait au FC Séville en Liga Espagnole où il formait un tandem détonnant avec l'ancien Rennais, Luis Fabiano. En fin de contrat avec le club Sévillan après un septennat plus que réussi, le Malien veut faire une dernière pige, à 35 ans, en Iran, Qatar ou aux Etats-Unis pour la prochaine saison. 
Anthony Le Tallec et Sinama Pongolle. Les " Twins Towers" du HAC 
Comment dissocier cette paire d'attaquant, si complémentaire, si semblable dans le jeu et leur parcours? Eux ont gagné le mondial pupilles de Plomelin avec le club du Havre AC en 1997 et le championnat du monde junior en 2008 avec l'équipe de France. Ils auront payé un choix de carrière trop hâtif avec un transfert conclu sur les bords de la Mersey, à Liverpool, à 19 ans, avec Gérard Houillier. Jamais ils n'auront eu le temps de jeu nécessaire à leur épanouissement chez les Reds.

Leur " jurisprudence" a servi à beaucoup de jeunes en France pour leur persuader de parfaire leur post-formation en France (M'Villa, Hazard, Sakho) au lieu de tenter le grand saut à l'étranger à 18/19 ans. Jacques Faty, Mourad Meghni, Florent Sinama-Pongolle, Anthony Le Tallec: toute la génération 1984 souffre d'un manque de reconnaissance. A 28 ans, ils essaient tous de récupérer le temps perdu. Si Florent Sinama-Pongolle a rebondi à Saint-Etienne, il a été barré, cette saison par l'éclosion de Pierre-Emerick Aubameyang. De son côté, Anthony Le Tallec faisait partie du naufrage collectif qu'a vécu l'AJ Auxerre, cette année.
Jamais ils n'ont trouvé un club sur la durée, ce qui les a obligé à faire leurs valises presque tous les ans depuis leur passage en pros. 
Thierry Henry: Le Titi Parisien de Viry-Châtillon 
Monaco, Juventus de Turin, Arsenal, Barcelone et aujourd'hui, les Red Bulls de New York. Thierry Henry est une légende dans le monde du football. Après un passage par Palaiseau (91), il rejoint un autre club de l'Essonne avec Viry-Châtillon à 12 ans. Il effectue le mondial avec ce club en 1990. Repéré un an plus tard par Arnold Catalano, dans un match où il marqua les six buts d'une rencontre, le gamin des Ulis rencontrera en 1994, son "mentor", qui a contribué à sa gloire et sa notoriété sportives, Arsène Wenger. Le premier entraîneur a lui avoir fait confiance au poste d'avant-centre quand il broyait du noir à la Juventus de Turin en 1999 en occupant la position de latéral gauche dans le club Transalpin.

Meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France avec 51 buts, Thierry Henry reste le cannonier des Gunners d'Arsenal. Un des rares footballeurs (si ce n'est le seul) à avoir une statue à son effigie à l'Emirates Stadium alors qu'il est encore en activité. Dôté d'une rapidité hors-norme d'éxécution, il a été un symbole de la génération des footballeurs des années 2000: grand, rapide et puissant.  
 

 

Le tirage de la coupe de Bretagne s'est déroulé, ce jeudi soir, au parc des expositions de Saint-Jacques de la Lande, près de Rennes (35). Découvrez les affiches de ce 16ème finale de la coupe de Bretagne pour les clubs du Sud-Finistère. Le cendrillon de cette compétition s'appelle l'ES Plogonnec (D1). Les matchs seront joués le week-end de Pâques du 19/20 et 21 avril.

- Chartres-de-Bretagne (DSE) - Vignoc (DSR)
- Le Rheu (DRH) - Montgermont (DSR)
- Stade Rennais 3 (DSE) - Rannée la Guerche (DH)
- Ploërmel (DSE) - Plaintel (DSE)0
- Moréac (DRH) - Bain-de-Bretagne (DRH)
- Saint-Jouan-des-Guérêts (DRH) - Cesson-Sévigné (DH)
- AS Vitré 2 (DSE) - TA Rennes (DH)
- Plogonnec (D1) - Châteaulin (DRH)
- Plouguerneau (DSR) - Saint-Brieuc Cob (DSE)
- Quimperlé (DSE) - Pluvigner (DH)
- Saint-Thégonnec (DRH) - US Concarneau 2 (DSE)
- Ploubezre (PH) - Plobannalec (DSE)
- Plouvorn (DH) - Plouzané (DH)
- Saint-Renan (DSE) - Stade briochin 2 (DSR)
- Quimper Kerfeunteun FC (DSE) - Larmor-Plage (DSR)

 

 

Vous êtes ici:  >> Foot