Le 23/02/2018

L'US Concarneau regarde vers le haut

Ce vendredi soir, l'US Concarneau défiait le surprenant promu, le Rodez Aveyron Football. Deuxième du championnat, les Ruthénois ont accompli une poule aller remarquée. Devant de 10 points des Thoniers, ce match retour amorçait un espoir pour les Sudistes de regarder encore plus haut au classement. Face à une belle équipe visiteuse, organisée et disciplinée, Concarneau a aussi produit une partie de qualité, avec beaucoup de rythme dans leurs actions. En jambes, les Concarnois sont revenus au score, après avoir frôlé le 0-2 à la demi-heure. A égalité à la mi-temps, Séïd Idazza a mis le feu. En marquant un but extraordinaire à la 62ème minute, Concarneau renverse la vapeur pour remporter ce match face au dauphin du championnat (2-1). Les Thoniers sont maintenant 4ème au classement du National, leur meilleur place depuis le début de la saison.

Saïd Idazza a mis le turbo dans cette fin de première mi-temps.   

Maël Illien, à la construction du jeu

Le public concarnois dans les travées de Guy-Piriou

Dans un match au sommet, l'US Concarneau, décomplexée par ces deux bons derniers mois, voulait aller chercher cette équipe visiteuse. Malgré une bonne entame, sans être mis en danger, Concarneau se faisait cueillir sur un coup de pied arrêté. Pierre Ruffaut trouvait dans la surface, sur un corner, Joris Chougrani dont la tête ne laissait pas de chance à Théo Guivarch (0-1, 13'). Face à une formation intelligente dans son expression, Concarneau mettait du coeur à l'ouvrage. A la 29ème minute, Thibault Sinquin sonnait la charge par une frappe appuyée à rebond, au ras du poteau de Enzo Basilio. Rodez ratait le 0-2. Par un centre de Da Silva, Michel Ramon ajustait son plat du pied. Théo Guivarc'h s'étendait de son long. A la manière d'un gardien de handball, il sortait du pied in-extremis, ce tir qui heurtait le poteau droit (32'). 

Les visiteurs pouvaient rager car dans la minute suivante, la chance changeait de camp. A l'entrée de la surface, Saïd Idazza frappait. Légérement détournée de sa première trajectoire par un défenseur adverse, Enzo Basilio était battu sur son côté fermé (1-1, 33'). Intenable, le Franco-Maroccain, Saïd Idazza lançait parfaitement par Maxime Toupin, relais de Maël Illien. A la course, le Concarnois passait. Il fallait un arrêt de grande classe de Basilio pour éviter le 2-1. Pour les spectateurs, le match était vraiment agréable à suivre entre deux équipes qui ne fermaient pas du tout le jeu.

En seconde mi-temps, sur une action à une touche entre Idazza, Donisa, Guillaume Gégousse la jouait aussi en une mais Enzo Basilio était toujours impérial (51'). L'USC appuyait encore sur l'accélérateur. Notammentun Saïd Idazza, en feu, auteur d'un de ses meilleurs matchs sous le maillot concarnois. Jaffrey N'Simba ratait son centre. Saïd Idazza anticipait avant tout le monde et reprenait instantanément. Basilio sauvait encore la maison visiteuse (60'). Concarneau trouvait la faille par une magnifique frappe des 35 mètres de Saïd Idazza. Quel match pour le joueur concarnois (2-1, 63'). Rodez était forcé de réagir. Dans l'axe de la défense, Loïc Coupin était trop juste pour donner de la puissance à sa frappe (68'). Rodez était près du 2-2. Théo Guivarch sauvait encore les Thoniers devant Pierre Ruffaut (76'). 

Les visiteurs finissaient le match à 10 sur un carton rouge direct sur une grosse faute de Pierre Ruffaut sur Maël Illien. Sur un nouveau déboulé, Julio Donisa tentait la frappe lourde dans un angle fermé dans la surface. L'homme du match, côté visiteur, le gardien, Enzo Basilio, était à la parade (82'). Même à 10, Rodez jouait son va-tout en sortant un défenseur central, Pierre Bardy pour un attaquant. Concarneau tenait la fin de match pour s'imposer 2-1 devant un public en liesse.

Championnat National. 23ème journée.
US Concarneau - Rodez Aveyron Football
Arbitre: M. Jérémie Pignard
2050 spectateurs
Score mi-temps: 1-1
US Concarneau:
Saïd Idazza (33', 62')
Rodez:
Joris Chougani (13')
Avertissements:
Rodez: Mellot (27'), Ramon (38'), Daillet (66')
Carton rouge: Pierre Ruffaut (79')