Le 22/04/2017

Arbitrage L1: Mickaël Lamouche, la sophrologie en atout majeur

Officier de police judiciaire à Quimper de 2009 à 2014, Mickaël Lamouche a mis cette carrière entre parenthèse pour vivre à fond sa passion devenue son exercice professionnel d'arbitre assistant en Ligue 1. Affecté en juillet 2014, dans l'élite du championnat de France, Mickaël Lamouche est au contact tous les week-ends de toutes les stars de la ligue 1, comme son dernier match au stade Raymond Kopa, Angers - Paris Saint-Germain. Un parcours exemplaire pour ce Morbihanais d'Hennebont de 38 ans qui s'est donné les moyens de sa réussite actuelle. Sa méthode est celle d'une parfaite association de l'esprit et du corps. Préparation physique, préparation mentale adaptée, à base de sophrologie et respiration, Mickaël Lamouche parle avec sincérité de son approche avant les grands matchs. Au côté du Quimpérois, Ronan Salaun, intervenant au Quimper Volley 29, il recueille beaucoup de positif sur ces exercices commencés réellement depuis son arrivée en Ligue 1. Portait d'un passionné de l'arbitrage.

Mickaël Lamouche, arbitre assistant de ligue 1 avec le sophrologue quimpérois, Ronan Salaün

Le sport à tous niveaux apprend à gérer les émotions et la frustration. Bien souvent quand celle-ci n'est pas assimilée, les dérivatifs de la colère portent un dénominateur commun, l'arbitrage. Objet de commentaires, d'appréciation, les arbitres sont sous le feu constant des remarques et des observations. " Nous demandons à ces hommes en noir d'être parfait et irréprochable alors que nous le sommes pas nous-même", soulignait le mythique entraîneur de Leeds United des années 60/70, Don Revie. Cette appréciation juste dénote la responsabilité par les arbitres en 90 minutes de temps de jeu. " La compétition est anxyogène par nature. La majorité des contres-performances sportives est liée à un excès de stress. C'est valable aussi dans toutre vie active", explique Ronan Salaun, sophrologue quimpérois. A ses côtés, Mickaël Lamouche a appris des techniques de relaxation, de concentration pour arriver à être dans cette bulle maximale d'attention, les soirs de match.

" J'avais déjà un préparateur physique personnel mais j'étais persuadé de franchir un cap dans une préparation mentale adaptée à mes besoins. Je suis devenu beaucoup plus serein en trois ans de travail dans la gestion des émotions, la descente de la pression et l'état de concentration. Je ne voulais pas avoir de regrets, à la fin de cette carrière. Arbitre central et arbitre assistant sont deux métiers différents. L’arbitre assistant est là, au service du central. La personne humaine fait beaucoup car nous sommes ensemble avec Sébastien Desiage (Saint-Etienne) et Gilles Lang (Strasbourg) une bonne partie de l'année. Nous sommes 22.000 à 23.000 arbitres en France. J'ai beaucoup de plaisir à être en Ligue 1, tous les week-ends"

A 38 ans, Mickaël Lamouche a sûrement atteint son plus haut-niveau. Le maintenir est son cap fixé. " Nous étions fixés à la limite d'âge de 45 ans. Cette barrière a été enlevée. Nous sommes sous le statut d'un travailleur indépendant. Je suis en disponibilité pour un temps de mon métier d'officier de police judiciaire". Son travail est quotidien, à l'image des joueurs professionnels. Avec un équilibré trouvé grâce à la préparation mentale. " J'avais déjà fait du yoga. La sophrologie en est inspiré en influant tout sentiment positif. Etre performant dans un domaine précis, dans mon cas, je l'utilise plus dans la gestion des émotions, du stress, la confiance en soi et la concentration".

Sophrologue de métier, Ronan Salaun, triathlète de haut-niveau dans les années 80/90, a utilisé la préparation mentale à un plan personnel avant de la faire comprendre et apprécier aux autres dans le cadre de son travail. " Les Américains ont longtemps été en avance sur ce genre de pratique. Il y'a tout un travail effectué à base d'imagerie mentale, de geste signal, de relâchement, de concentration, des enregistrements ressources utilisables à tous moments. Il  y a le match, le point culminant mais aussi une préparation d'avant-match, 40 à 45 minutes la veille ou l'avant-veille et une autre séance de récupération, de relâchement des tensions et de retour debriefing. Le but est toujours de booster le positif dans l'organisme. Le négatif est modifié mentalement et les points forts renforcés".

La sophrologie permet une focalisation sur le temps présent

En étant en alerte sur tout ce travail de développement personnel, Mickaël Lamouche évoque avec toute franchise sur ces étapes de préparation. " Quand on voit les commentaires d'après-match, ils sont souvent stigmatisés sur une décision arbitrale. La sophrologie m'a énormément appris. Celui de savoir quand et comment activer une pensée positive, savoir mettre en mot des ressentis d'après-match, en parler pour définitivement évacuer pour se tourner vers le prochain match. La sophrologie permet une focalisation sur le temps présent essentiel dans les nombres de décisions immédiates à prendre en match. C’est un très bel outil d’aide à la performance".
Après une carrière d'arbitre, décidée au moment des fêtes de Pâques en 1996, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, avec les relayeurs du Blavet, cet ancien gardien de but en jeune de l'US Montagnarde, a réalisé un superbe parcours en exploitant à fond sa passion et son potentiel. Bien guidé à ses débuts par Paul Le Jolly (Hennebont) et Lionel Dagorne (arbitre assistant à la coupe du monde 2006 en Allemagne), il a été classé à la 12ème place des assistants de la Ligue 1 la saison dernière. Convaincu que tout ce travail de fond et minutieux a payé dans cette gratification individuelle.

Christophe Marchand

Mentions légales